[Playoffs-U17] Laurent Huard : « Nous voulons aller au bout tous ensemble ! »

_MG_4209 copie

Six jours après leur succès aux dépens de Laval (2-0), les jeunes U17 du PSG affrontent Rennes en demi-finale du Championnat de France à Brive-la-Gaillarde (Corrèze). Un joli clin d’œil pour le coach Laurent Huard, ancien joueur et formateur au sein du club breton, qui vise un 3e succès d’affilée pour Paris. Il s’est longuement confié pour Le Parisien, tout en confirmant qu’il resterait à la tête des U17 du PSG la saison prochaine.

Le PSG est-il le grand favori de cette demi-finale ?

« On s’appelle le PSG, on est attendus à chaque rencontre mais nous ne sommes pas l’ogre des U 17 nationaux. Notre équipe n’a pas marqué le plus de buts ou engrangé le plus de points. Cela va faire un bon match. Rennes est une formation joueuse qui a marqué plus de 100 buts en championnat (NDLR : 101 en… 26 matchs !) et ses deux attaquants internationaux, Lucas Da Cunha et Yann Gboho, viennent de signer leur premier contrat pro. Nous devrons réaliser un match plein pour nous qualifier. »

Vous retrouvez le Stade rennais…

(Il coupe.) « Cela fait trois ans que je suis à Paris. Retrouver un ancien club fait partie du parcours d’un joueur ou d’un entraîneur. Je connais de nombreux éducateurs. On a été pendant sept ans d’affilée le centre de formation n° 1 de l’Hexagone. Ensuite, il y a eu des changements et aussi plus de concurrence. D’autres clubs se sont lancés à fond dans la formation. »

Sentez-vous une pression supplémentaire du fait des mauvais résultats des U19 (7es en championnat) et de l’élimination en 32e de finale de Coupe Gambardella ?

« Non, pas du tout. On ne subit aucune pression de la part des dirigeants et nous avons fait de même avec les joueurs. Ces derniers ont simplement envie de bien faire et d’aller au bout ensemble. »

Votre défenseur Loïc Mbe Soh peut-il avoir une destinée à la Presnel Kimpembe ou votre milieu Kays Ruiz suivre les traces d’Adrien Rabiot ?

« Oui, ils en ont les moyens footballistiques. Mais ils ont encore cette maturité à acquérir. Maintenant, tout est possible. L’an dernier, on jouait une demi-finale puis une finale en U 17 avec Timothy Weah et Yacine Adli, qui ont participé à des matchs de Ligue 1 en fin de saison (trois pour Weah et un pour Adli). Même s’il y avait des circonstances favorables, ils ont su saisir cette chance. D’autres joueurs de notre équipe peuvent aussi rêver d’un avenir radieux mais ils auront besoin de plus de temps. »

« Je m’éclate sur le terrain avec les jeunes ! »

Est-ce facile d’entraîner le PSG ?

« Oui, je m’éclate sur le terrain avec les jeunes. On parle beaucoup de foot au camp des Loges. C’est une catégorie d’âge où les jeunes sont dans l’ouverture, l’écoute. Ils savent qu’il faut être patient. »

Après un an avec la réserve et deux avec les U 17, que ferez-vous l’an prochain ?

« Le club veut que je reste avec les U 17. C’est une marque de confiance et je vais répondre positivement. Je me sens épanoui ici ! »

Envisagez-vous d’entraîner un jour une équipe pro ?

« J’avais passé mes diplômes à Rennes dont le DEPF (diplôme d’entraîneur professionnel de football) mais aujourd’hui, je me considère comme un véritable formateur possédant de l’expérience. A Rennes, j’ai travaillé avec Ousmane Dembélé pendant près de deux ans avec l’équipe réserve. C’est une fierté de le voir maintenant au plus haut niveau à Barcelone. On a le même challenge pour les jeunes, ici. Les voir atteindre le haut niveau. »