[Revue de Presse] La jeunesse triomphante !

6684744_3_1000x625

Le grand coup de neuf. Le PSG a rajeuni de plus de trois ans entre le quart de finale retour contre Manchester City, en avril dernier, et la victoire contre le Barça ce mardi. Les Parisiens affichaient une moyenne d’âge de 24 ans et 11 mois mardi face aux Catalans, contre 28 ans face aux Anglais. Une cure de jouvence expliquée par les absences de Thiago Silva et Thiago Motta mais aussi par les choix du coach, Unai Emery. L’édition du « Parisien » du jour revient sur les grandes performances des jeunes issus du centre de formation rouge et bleu…

« On a construit quelque chose pour le futur », s’enthousiasme le président du PSG, Nasser Al-Khelaïfi. Du fait de leur expérience, on oublierait presque l’âge de certains cadres de cette équipe : Marquinhos n’a que 22 ans, Verratti 24 ans et Draxler 23 ans. Mais mardi, ce sont surtout les « Titis », les jeunes du centre de formation du PSG, qui ont crevé l’écran : Presnel Kimpembe (21 ans) et Adrien Rabiot (21 ans), puis Christopher Nkunku (19 ans) en fin de match. « C’est encourageant pour la formation, souligne Eric Rabésandratana, ancien défenseur central du club. Ils ont surtout affiché une énorme force mentale. Ils démontrent une certaine insouciance. Il en faut pour gérer les événements comme ça. »

Kimpembe applaudi dans le vestiaire

Cette impression est frappante chez Presnel Kimpembe, 26 matchs en pro et aucun en Ligue des champions avant de se frotter à Messi et Suarez. Le gaucher qui remplaçait Thiago Silva, blessé à un mollet, leur a marché dessus, au point d’être applaudi par le vestiaire parisien après la rencontre. « Je le connais depuis longtemps, il a dans ses gènes cette mentalité de joueur de haut niveau, glisse son agent, François Gil. Il a galéré pendant sa formation mais il a toujours été à l’écoute et il a toujours eu cette lucidité et cette sérénité. Il avait besoin de cette étape pour que tout le monde soit convaincu. Là, il a franchi un cap. »

François Rodrigues, l’entraîneur de la réserve du PSG, se montre lui aussi époustouflé par la prestation du défenseur qu’il dirige encore régulièrement : « Même nous, il nous épate. J’ai discuté avec lui ce matin (hier matin), et il était serein. Ça lui semblait normal. Qu’il joue contre Suarez ou contre l’attaquant de Saint-Malo, il est le même… »

Adrien Rabiot, arrivé au PSG à 15 ans, est l’autre symbole d’une soirée inoubliable. Au poste de sentinelle qu’il n’apprécie pas particulièrement, il a réussi le match presque parfait. Il fait figure de grand frère pour la jeune génération parisienne. « C’est un vrai modèle, souligne François Rodrigues. Il s’intéresse toujours aux résultats des équipes de jeunes. Il vient voir les copains. C’est un vrai amoureux du club. »

La soirée de mardi est une excellente nouvelle pour la formation et un tournant pour le projet parisien, censé mixer stars internationales et pépites parisiennes. « C’est une grande fierté et une reconnaissance de la part du staff des pros, conclut François Rodrigues. Cela envoie un excellent signal pour garder nos meilleurs potentiels, qu’on a parfois du mal à convaincre de signer chez nous. »

Le chiffre : 24,9 ans. C’est la moyenne d’âge des Parisiens au coup d’envoi mardi, soit deux ans de moins que leurs adversaires du soir (26,9 ans au Barça). La moyenne d’âge des Parisiens est même descendue à 24,6 ans en fin de match avec l’entrée en jeu de Christopher Nkunku, 19 ans.