🚨[News-Anciens] Mario Mongelli : « Mon apprentissage du football a véritablement débuté à Paris ! »🔴🔵💯

Publié le

Comme chaque semaine, LTDPSG & PSG.FR retrouvent un ancien joueur passĂ© par le Centre de Formation du Paris Saint-Germain. Direction l’Essonne, Ă  Morangis, pour prendre des nouvelles de Mario Mongelli (gĂ©nĂ©ration 1958), qui revient sur son actualitĂ© et sur ses annĂ©es parisiennes.

Mario, peux-tu nous dĂ©crire ton parcours qui t’a menĂ© sous le maillot rouge et bleu ?

« J’ai commencĂ© le football très tard puisque j’ai signĂ© Ă  seulement 14 ans ma première licence pour le FC Morangis-Chilly en catĂ©gorie minimes, puis en cadets et juniors en 1976. Cette saison-lĂ  justement, nous avons rĂ©alisĂ© un bon parcours en Coupe Gambardella. Nous sommes parvenus Ă  sortir de la ligue Paris et jouer contre Saint-Etienne que nous avons battu Ă  Geoffroy-Guichard en lever de rideau d’un Saint-Etienne-OM. Ce soir-lĂ , j’ai marquĂ© deux buts et nous l’avons emportĂ© 2-1. A partir de lĂ , j’ai Ă©tĂ© contactĂ© par Pierre Garonnaire le recruteur de Saint-Etienne et RenĂ© Baule, son homologue du Centre de Formation du PSG. J’ai choisi Paris pour deux raisons. Premièrement parce que je suis Parisien et que je vivais en Ile-de-France. Mais aussi parce que je connaissais bien Jean-Marc Pilorget qui est lui aussi sorti de Morangis. Il Ă©tait au PSG depuis dĂ©jĂ  un an et m’avait vantĂ© les mĂ©rites de ce club. »

Te souviens-tu de tes premiers pas au club ?

« Je suis arrivĂ© au PSG pour la saison 1977-78 en tant que stagiaire professionnel avec l’Ă©quipe rĂ©serve en D3 Nationale. Nous avions un groupe fantastique avec les Tanasi, Merelle, Jean, Lemoult, Toffolo, les frères Brisson ou encore Luis Fernandez. Cette saison-lĂ , nous terminons 4e sous la direction de Pierre Alonzo. J’avais mon propre appartement et je venais prendre mes repas avec mes coĂ©quipiers dans l’ancien Centre de Formation situĂ© avenue Foch Ă  Saint-Germain-en-Laye. »

Ta première annĂ©e au club fut ponctuĂ©e par une finale de la Coupe Gambardella !

« Malheureusement perdue avec les juniors contre l’INF Vichy (dĂ©faite 3-1). Le match s’Ă©tait disputĂ© Ă  Sainte-Sigolène au sud de Saint-Etienne, contrairement aux prĂ©cĂ©dentes Ă©ditions organisĂ©es Ă  Paris. Cette finale avait Ă©tĂ© dĂ©localisĂ©e et dĂ©calĂ©e d’une semaine Ă  cause d’un Ă©vènement liĂ© aux Bleus pour leur participation au Mondial en Argentine. Le staff nous avait laissĂ© une semaine de repos, grosse erreur… Le futur parisien Alain Couriol (1983-1989) ne nous a pas fait de cadeau Ă  l’image de son doublĂ©, alors que nous menions pourtant au score. Nous n’avions pas mis tous les ingrĂ©dients avant et pendant le match pour espĂ©rer mieux. Dommage, car j’aurais tant aimĂ© soulever le premier trophĂ©e remportĂ© par une Ă©quipe issue du Centre de Formation. »

Puis vĂ®nt le jour oĂą tu as de nouveau affrontĂ© les Verts, mais cette-fois ci en D1 !

« La saison suivante, je suis reparti avec l’Ă©quipe rĂ©serve, mais en cours de saison, l’entraĂ®neur de la première, Velibor Vasovic a voulu sanctionner les attaquants titulaires, Ă  savoir Mustapha Dahleb et Carlos Bianchi après une sĂ©rie de deux dĂ©faites. Je venais dans le mĂŞme temps de marquer le but de la victoire en rĂ©serve contre Saint-Quentin (1-0), il a donc dĂ©cidĂ© de m’appeler, ainsi que Bernard Bureau pour jouer avec l’Ă©quipe première. Il nous a bien prĂ©cisĂ© que cela allait ĂŞtre dur pour nous puisque le match en question Ă©tait contre Saint-Etienne, mais qu’il nous sĂ©lectionnerait aussi pour les trois ou quatre matches suivants, le temps de faire nos preuves. Bien qu’Ă©tant ailier gauche, j’ai eu l’impression de jouer dĂ©fenseur latĂ©ral toute la rencontre tellement la pression Ă©tait forte. GĂ©rard Janvion m’a rendu fou ! Nous avons perdu 4-1 Ă  Geoffroy-Guichard et la semaine suivante en Coupe de France contre la Roche-sur-Yon il ne m’a pas rappelĂ©, il ne m’a d’ailleurs jamais rappelĂ©. Ce fut mon seul match officiel avec l’Ă©quipe première, celui qui m’a permis de devenir le 99e joueur de l’histoire du club ! Et ça, j’en suis très fier ! »

MalgrĂ© une seconde saison pleine disputĂ©e avec la rĂ©serve du Paris Saint-Germain, tu as Ă©tĂ© laissĂ© libre par le club…

« C’Ă©tait juste après le dĂ©part de Daniel Hechter au profit de Francis Borelli. Dans ce contexte instable, tous les joueurs en fin de contrat n’ont pas Ă©tĂ© conservĂ©s. Il y avait Philippe Jean, Bernard Moraly, Franck Tanasi et moi-mĂŞme. Nous avons tous les quatre signĂ©s au Paris FC en deuxième division. Sur mon passage au PSG, je n’ai pas trop de regrets. J’ai vĂ©cu deux grandes saisons avec des gens formidables. Je regrette simplement de ne pas avoir pu jouer ces fameux trois ou quatre matches avec l’Ă©quipe première. Mais très franchement, je n’aurai jamais pu devenir titulaire au PSG ni mĂŞme en première division d’ailleurs. J’avais un bon pied droit, je dribblais plutĂ´t bien, j’Ă©tais assez technique, j’allais vite mais mon pied gauche n’Ă©tait pas assez bon pour jouer en première division, et puis le poste d’attaquant demande beaucoup. J’aurais pu jouer quelques matches mais il faut dire que la concurrence avec Dahleb et Bianchi Ă©tait plus que difficile pour le jeune joueur que j’Ă©tais. Et mĂŞme si je faisais de bons matches avec la rĂ©serve, c’Ă©tait plus souvent mon coĂ©quipier HervĂ© Porquet qui Ă©tait appelĂ© avec les pros. »

Bien qu’arrivĂ© sur le tard au Centre de Formation, te considères-tu comme un ‘vrai’ Titi du PSG ?

« Et comment ! Paris a fait de moi un autre joueur et un autre homme. Mon apprentissage du football a vĂ©ritablement dĂ©butĂ© au PSG. Sans dĂ©nigrer mon ancien club, tout a changĂ© pour moi en revĂŞtant ce maillot mythique. Les entraĂ®nements, la tactique, le niveau des joueurs, l’alimentation… Ce fut un rĂ©el tremplin pour dĂ©couvrir le monde pro. Si je n’avais pas vĂ©cu cette expĂ©rience, je n’aurais jamais pu atteindre le plus haut niveau et encore moins jouer avec de très grands joueurs. Et puis j’y ai construit de belles amitiĂ©s avec certains de mes coĂ©quipiers. Ces deux annĂ©es ont fait de moi un Titi pour la vie. C’est toujours avec une certaine impatience que j’attends le rassemblement annuel des anciens formĂ©s au club organisĂ© par l’association des Titis du PSG. Les retrouvailles sont toujours pleines d’Ă©motions et de bons souvenirs. Et je reste bien Ă©videmment un supporter Ă  vie de Paris. Je suis revenu de temps en temps au Parc des Princes oĂą j’ai pris Ă©normĂ©ment de plaisir Ă  encourager l’Ă©quipe. »

Quel est ton avis sur les Titis apparus ces derniers mois au sein de l’Ă©quipe pro ?

« Ce que rĂ©alise Warren ZaĂŻre-Emery est exceptionnel. Ses compères Mayulu et Zague ont Ă©galement Ă©tĂ© Ă  la hauteur. Luis Enrique a parfaitement gĂ©rĂ© leur intĂ©gration. Ils dĂ©montrent que les Titis ont vĂ©ritablement leur place dans le projet sportif du club. Cela fait maintenant plusieurs annĂ©es que bon nombre de jeunes font leurs dĂ©buts professionnels au sein du club. C’est très bien, il faut s’appuyer sur les Titis car ils ont ce petit truc en plus que tous les autres apprentis footballeurs de France n’ont pas. Le titre de champion de France U19 rĂ©cemment acquis en est Ă©galement la preuve la plus parlante. »

Mario, le jeune retraitĂ© que tu es rechausse-t-il parfois les crampons ?

« J’ai repris une licence vĂ©tĂ©rans au FC Morangis-Chilly lorsque j’avais 35 ans. Le football me manquait trop. En parallèle, j’Ă©tais gĂ©rant d’un commerce de scooters avec mon frère. J’ai ensuite Ă©tĂ© entraĂ®neur-joueur de l’Ă©quipe vĂ©tĂ©ran A en DH. Aujourd’hui j’ai 65 ans, je ne joue plus, je suis seulement entraĂ®neur des plus de 45 ans (palmarès : 8 championnats remportĂ©s, 2 coupes dĂ©partementales). Je tape seulement dans le ballon Ă  l’entraĂ®nement et c’est toujours un très grand plaisir. Je souhaite d’ailleurs Ă  tous les anciens pros de vivre ce que je vis aujourd’hui avec les vĂ©tĂ©rans. J’ai l’amour du football, ils me le rendent bien et j’espère que les gĂ©nĂ©rations actuelles auront le mĂŞme Ă©tat d’esprit après leur carrière. »

PROFIL

Date de naissance : 25 octobre 1958
Lieu de naissance : Villejuif (Val-de-Marne)
Poste : attaquant

Clubs successifs : FC Morangis-Chilly (1972 Ă  1977), Paris Saint-Germain (1977 Ă  1979), Paris FC (1979 Ă  1981), RCP Fontainebleau (1981 Ă  1983), USL Dunkerque (1983 Ă  1984), Paris FC (1985 Ă  1986), FC Morangis-Chilly (1987 Ă  1988)

Palmarès avec les jeunes du Paris Saint-Germain : finaliste de la coupe Gambardella (1978)

Powered by Live Score & Live Score App