[1/4F-UYL] Camara : « Je n’envisage pas de quitter le club »

Publié le

Présent en zone mixte, Zoumana Camara a fait part de sa déception après la défaite du PSG face au Red Bull Salzbourg en quart de finale de la Youth League. Le technicien rouge et bleu a également fait part de sa volonté d’honorer sa deuxième année de contrat auprès des jeunes du club.

Quelle analyse faites-vous de ce match qui aboutit à l’élimination de votre équipe ?

« Déjà, j’ai félicité les joueurs parce que le parcours était bon. Mais plus on avançait dans la compétition, plus on pouvait sentir la jeunesse de notre équipe. On a le sentiment aujourd’hui d’avoir affronté des adultes, des joueurs avec beaucoup plus de maturité, qui dans l’impact et l’intensité physique sont capables de répondre pendant 96 ou 97 minutes. Nous, on peut élever notre niveau. On l’a fait pendant 45 minutes, mais il fallait tuer le match. On a eu les situations, et on ne l’a pas fait. C’est là que sont les regrets parce qu’il y a deux occasions de Michut et une de Yansané qu’il ne cadre pas. Quand on a les situations pour mettre KO l’adversaire, il faut le faire. L’égalisation est discutable, mais on ne va pas se cacher derrière ça. Ils ont logiquement remporté le match parce que physiquement et dans l’impact ils sont plus mûrs et plus forts. »

Il y avait faute sur Zaïre-Emery sur le but de l’égalisation d’après vous ?

« Oui, il y avait faute. L’arbitre laisse l’avantage et derrière le ballon est perdu, mais pour moi il doit revenir à la faute. »

Vous pensez que ça a pu avoir une influence négative dans les têtes de vos joueurs ?

« J’avais dit dans la semaine, zéro excuse. On ne va pas se cacher derrière ça. C’est trop facile. À la mi-temps, il y avait 1-1, on n’était pas éliminés. C’est un fait de jeu qui aurait très bien pu tourner en notre faveur, ça tourne pour eux et ça fait partie du jeu. Ils en vivront d’autres des frustrations comme ça. Il faut apprendre à les surpasser et continuer à jouer. »

Pourquoi avoir fait le choix de passer à une défense à cinq à l’heure de jeu ?

« J’étais en réflexion parce que j’ai trois bons défenseurs centraux. Quand El Chadaille (Bitshiabu) n’était pas là, j’ai souvent joué avec Fernandez-Veliz et El Hannach. C’est mon socle défensif. Je sentais qu’on était en souffrance en début de deuxième mi-temps. J’ai voulu sécuriser avec une défense à trois et redonner une solidité en mettant un joueur en plus dans l’axe. Cela n’a pas fonctionné comme je voulais, mais je n’ai pas de regret par rapport à cela. Si c’était à refaire, je ferai la même chose. C’est vraiment sur l’impact physique qu’ils ont pris le dessus. Sans me dédouaner, je ne suis pas certain qu’un autre choix tactique aurait changé quoi que ce soit. »

C’est un parcours qui fera grandir cette équipe à coup sûr…

« Ça change des matchs de championnat qu’ils ont l’habitude de jouer. On a pu voir que certains ont fini avec des crampes. Ce sont des matchs qui vont leur servir pour la suite. Dans l’effectif, près de 60 % des joueurs peuvent rejouer la Youth League la saison prochaine. C’est bien qu’ils se confrontent à des joueurs capables de mettre de l’impact, et ça les fait progresser beaucoup plus vite. C’est formateur, ça les aide. Pour moi aussi c’est intéressant. »

En quoi l’absence de Xavi Simons (suspendu) a-t-elle pu avoir un impact ?

« L’impact est grand pour nous. Xavi est important dans notre équipe. En Youth League, avec et sans Xavi, c’est une équipe différente. Il ne faut pas se voiler la face et être réaliste, mais on était capables de passer sans lui. »

La saison n’est pas encore terminée, mais avez-vous déjà l’envie de poursuivre à la tête des U19 la saison prochaine ?

« J’ai deux ans de contrat avec le club et je pense que je vais les honorer oui. Aujourd’hui je suis dans la saison, je suis à fond dedans. C’est ma première saison avec cette équipe. À vrai dire, je ne me pose pas la question, mais je n’envisage pas de quitter le club. »