[11J-L1] AS Monaco – PSG 3-2 (0-2)

Publié le

Pour son retour à la compétition, Kylian Mbappé a inscrit ses 98e et 99e buts avec Paris, pensant guider les siens vers la victoire. Il a d’abord exploité une passe en profondeur d’Angel Di Maria (25e), en résistant notamment au retour d’Axel Disasi, pour ouvrir le score dans ce match. Puis, il a transformé un pénalty suite à une faute de Ballo-Touré sur Rafinha dans la surface (37e). A ce moment-là de la rencontre, Paris pensait pouvoir appliquer le même tarif que lors de ses précédentes sorties. C’était sans compter sur le sursaut d’orgueil des Monégasques.

Avant que l’ASM ne se rebiffe, avec l’incorporation précieuse de Cesc Fabregas, l’équipe de Tuchel a manqué à plusieurs reprises d’assurer le but de KO. Moise Kean (39e) et Mbappé (44e) ont même cru le faire, mais leurs réalisations respectives ont été annulées pour cause de hors-jeu suite à l’intervention de la VAR. A ces deux tentatives s’est aussi ajoutée une reprise sur la transversale de l’attaquant italien (44e).

Les visiteurs n’ont pas assez bien exploité leurs temps fort, et ils l’ont amèrement regretté au retour des vestiaires. Trop suffisants, ils ont laissé leurs opposants prendre le contrôle des débats. Il n’y avait dès lors rien d’illogique à ce que les hommes de Niko Kovac recollent à la marque et finissent même par l’emporter.

C’est Kevin Volland qui a amorcé la révolte monégasque. Il a d’abord réduit le score d’une reprise de près suite à un excellent travail de Gelson Martins (52e). Puis, il a remis ça un quart d’heure plus tard en exploitant une offrande de Fabregas, suite à une belle ouverture de Tchouaméni (66e). Ça faisait 2-2. L’ASM aurait pu se contenter de ce résultat, mais l’occasion était trop belle de s’offrir le scalp du champion.

Après une belle opportunité raté à la 86e, Fabregas a assuré le but de 3-2 sur pénalty (84e), consécutivement à une faute d’Abdou Diallo sur Volland dans la surface. Un coup de grâce, qui pendant au nez aux Parisiens, au vu du piètre visage proposé durant le second acte. Et ce ne sont pas les occasions de Kean (63e), de Neymar (68e) et de Sarabia (78e) qui altéreront cette impression de naufrage.

Après Lens et Marseille, Monaco a donc réussi à dompter Paris. Une belle prestation qui vient confirmer le regain de forme de cette séduisante formation, et aussi ses ambitions pour la suite de la saison. La bande à Kovac se retrouve d’ailleurs 2e au classement. Pour Paris, il s’agit par contre d’un vrai coup d’arrêt. Il n’a pas d’énormes conséquences sur le plan comptable, mais pour le moral il fait très mal, surtout à quatre jours d’un match décisif en Ligue des Champions contre Leipzig.