[12J-L1] Weah : « Mon destin, c’était Paris » (La Voix du Nord)

Publié le

L’attaquant américain Timothy Weah va retrouver, ce vendredi soir (21 h), son club formateur qu’il a côtoyé entre 2014 et janvier 2019. Il revient sur son séjour parisien, son premier but en Ligue 1, ses entraînements aux côtés de Neymar et Mbappé. Mais ne regrette rien pour se consacrer au projet lillois comme il l’a confié à La Voix du Nord.

L’histoire est incroyable. Le premier club français de Timothy Weah aurait dû être Toulouse. « J’avais 13 ans et je commençais à être international pour les États-Unis. Ma mère a pensé que c’était le moment de chercher un autre projet. J’ai arrêté au New York Red Bulls et j’ai rejoint un petit club de New York tenu par mon oncle. Ça me permettait de faire des essais où je voulais », raconte l’attaquant des Dogues.

États-Unis : Thimothy Weah lance un message aux Bleus | Goal.com

Il pense alors rejoindre les Blues de Chelsea, mais il n’a pas le passeport requis. Un autre oncle fait valoir ses connexions à Marseille et à Toulouse. « J’y fais mon essai et ça se passe super bien. Tout me plaisait à Toulouse, les équipiers, le staff. Et en plus, il faisait beau. »

Mais le Téfécé et Weah se font remarquer au tournoi de Sens. Et l’adolescent tape dans l’œil des recruteurs parisiens. « Je suis allé faire un essai à Saint-Germain-en-Laye et ils m’ont pris. Mon premier match contre Évreux avec les 1999, j’inscris un triplé… »

« Je souhaitais juste un club pour jouer et ne pas utiliser le nom de mon père. Mais mon destin, c’était Paris. » Le jeune homme va s’épanouir au cœur d’une génération dorée avec notamment Yacine Adli et Claudio Gomes. Il va aussi côtoyer Jonathan Ikoné, Boubakary Soumaré, Moussa Diaby.

Timothy Weah, rising star | Paris Saint-Germain

Loin de sa famille, quatre éducateurs (Cédric Cattenoy, David Bechkoura, François Rodrigues, Laurent Huard) vont particulièrement s’occuper de lui. « Ce sont comme mes pères. Ils étaient très durs avec moi, mais je savais que c’était pour mon bien. Ils étaient francs, ils étaient vrais. »

Le Franco-Américain va alors profiter des séances d’entraînement avec Kylian Mbappé, Neymar, Julian Draxler ou Layvin Kurzawa pour taper dans l’œil d’Unai Emery. « J’étais heureux, je savais que ça pouvait aller très vite. »

Six mois après sa première apparition en Ligue 1 (3 mars 2018, à 18 ans), il va inscrire son premier but en Ligue 1. Cétait contre Caen, le 12 août (3-0). « Je remplace Neymar en fin de match », se rappelle-t-il avec un grand sourire.

Weah est Lillois ! | Lille LOSC

« Comme d’habitude, je fais un pressing et je chipe le ballon à Brice Samba (le gardien caennais). On se connaissait bien, car nos deux pères étaient amis. Et j’enlève le maillot pour aller fêter ça. Ça faisait un an que j’attendais ce moment », précise Weah. Avant d’évoquer l’ambiance parisienne. « Le Parc des Princes, ce sera toujours chez moi. J’ai toujours Paris dans mon cœur. »

Timothy Weah est déjà revenu deux fois au Parc avec le LOSC. « On perd en Coupe de France (3-0, le 17 mars 2021), mais il y a cette victoire la saison dernière avec le but de Jonas (David, victoire 1-0, le 3 avril 2021). On a vraiment bien joué ce jour-là », résume l’attaquant, 21 ans désormais.

Il ne regrette pas son départ de la capitale. « C’était une étape dans ma vie. C’est du passé. Je suis parti pour autre chose, pour grandir et avoir du temps de jeu. Je pense que tu vois souvent ça à Paris. On peut être content de rester sur le banc et de voir des grands joueurs. Mais à un moment, il faut faire des choses pour toi-même et avoir de l’ambition. » La sienne est désormais de réussir à Lille.