[17J-L1] Leca : « Si on prend un point, ce sera super et faire mieux, ce sera un exploit ! »

Publié le

Le RC Lens va tenter de bouger un gros morceau à l’échelle européenne samedi soir à Bollaert avec le PSG (17e journée de Ligue 1, 21h, diffusé en intégralité sur Canal+ Décalé). Le gardien Jean-Louis Leca a évoqué en conférence de presse ce grand rendez-vous, sans surplus de pression par rapport à l’enjeu mais avec l’envie de redresser la barre défensivement.

Comment abordez-vous ce match face au PSG ?

« Ce n’est forcément pas un match comme les autres, parce que c’est Paris et parce que c’est la Sainte Barbe. On sait que c’est très important pour nos supporters. Quand on a la chance en plus de recevoir un club comme Paris, tous les éléments sont réunis pour faire en sorte que la soirée soit réussie. »

Imaginiez-vous, à votre arrivé en 2018, pouvoir vivre une telle affiche, dans un tel contexte ?

« Si j’ai rejoint le RC Lens et cru au projet potentiel, c’est parce que je savais le potentiel du club. J’avais aussi confiance en moi et en ce que je pouvais amener. Si je partais de chez moi, si je délocalisais ma famille, c’était pour vite monter en Ligue 1 et donc pouvoir jouer des rencontres comme celle de ce samedi. »

Existe-t-il une forme de pression différente avant cette rencontre, d’autant plus suite à vos derniers résultats ?

« Non, chaque match a sa vérité. On sait qu’on aura moins le ballon contre Paris que contre n’importe quelle autre équipe en France. On sait où on sera mis en difficulté et on essaye d’être attentifs à beaucoup de choses. Mais si Paris venait à gagner samedi, ça ne serait pas un exploit. Il faut être lucide. Le PSG fait partie des 10 meilleurs clubs d’Europe. Si on prend un point, ce sera super et faire mieux, ce sera un exploit. On a surtout envie de coller à nos valeurs, de rendre fiers ceux qui vont nous regarder. Forcément, les résultats sont un peu moins bien mais s’ils avaient toujours été dans la continuité de ce qu’on fait depuis le début, on serait peut-être premiers. La continuité est là. Sur 20 mois, on ne fait que progresser. Si on nous avait dit qu’on serait 5e en recevant Paris le 4 décembre, tout le monde aurait signé. »

Il s’agira d’abord de bien défendre contre Paris ?

« On sait très bien que quand on joue contre une grande équipe, ça passe par bien défendre. Mais si on veut créer un exploit, il ne va pas falloir faire que défendre. On a confiance en notre entraîneur et en notre staff qui mettent des choses en place pour les contrarier. Ça va passer par beaucoup de temps sans ballon mais si dans l’utilisation on n’est pas performants, on n’arrivera pas à grand-chose. »

Comment tentez-vous de résoudre vos problèmes défensifs du moment ?

« On a des discussions ensemble pour analyser et je me remets aussi en question car sur le premier but à Clermont, je fais une erreur où je juge mal. Je ne me suis jamais caché de mes responsabilités. Il y a des périodes où ça va bien comme Lille et Marseille, d’autres  ou ça va moins bien, on essaye de rester soudés et de trouver les meilleures solutions pour nous améliorer. Il y a quand un petit manque de tout, on est moins concentrés sur certaines choses, il y a moins de réussite. On doit aussi se remettre en question pour avoir plus de rigueur. On connait les ingrédients pour être en haut, à nous d’avoir la même implication. Je ne dis pas qu’elle est moindre mais peut être qu’à certains moments on se fait amadouer quand on parle tout le temps de vous en bien. L’équipe a la capacité de bien finir ce championnat. »