[31J-L1] Galtier : « On est dans la bataille ! »

Publié le

En battant le Paris Saint-Germain (1-0) ce samedi en Ligue 1, Lille a envoyé un message fort en vue de la lutte pour le titre. Après 31 journées, les Dogues sont leaders du championnat. Une place amplement méritée selon l’entraîneur nordiste Christophe Galtier. LTDPSG vous propose la retranscription intégrale de ses dires.

Après le match de Coupe de France (défaite 3-0), vous aviez dit que vos joueurs devraient être à 100%. On vous imagine fier d’eux…

« Très fier de mes joueurs. Cette victoire-là leur appartient vraiment. Il fallait avoir un comportement différent par rapport au match de Coupe ou contre Nîmes (NDLR: défaite 2-1 à domicile). Dans un discours, je leur ai dit que pour l’emporter il faudrait être précis tactiquement et avoir une grande débauche d’énergie. Ils y ont mis beaucoup d’envie. Je les félicite. »

Quels changements avez-vous effectués par rapport au match de Coupe perdu au Parc ?

« Beaucoup plus de densité dans le bloc-équipe. Beaucoup plus d’équilibre, pour leur donner le moins de profondeur possible. Mais on aurait pu être beaucoup plus dangereux. On aurait pu éviter d’être dans la précipitation. Sur un plan défensif, mes joueurs ont été très bons, très lucides. »

Etes-vous enfin candidat au titre ?

« On est premiers avec 66 points à la 31e journée. Je vous laisse faire les commentaires ! On est dans la bataille. Monaco est là. Lyon est là. Paris aussi. Il reste 21 points. Mais ce qui est sûr, c’est que mon équipe face aux grosses cylindrées a fait 4 points. J’espère qu’on aura un grand rendez-vous contre Lyon. D’ici-là, il faudra garder le même état d’esprit contre Metz et Montpellier. Mais on est bien dans la bagarre quand même. »

Jonathan David a marqué un but sur un pied après une faute de Gueye…

« Il a une très vilaine blessure à la cheville. Il a des béquilles, on va voir s’il va être plâtré. »

Qu’avez-vous pensé du climat autour du match et de Neymar en particulier ?

« Je n’ai pas senti de la tension. Il y avait de la détermination des deux côtés, beaucoup d’échanges, de la parole. C’était quand même un rendez-vous important. C’était un match très engagé. On a un joueur qui sort avec une cheville très abîmée. Un autre qui est expulsé de manière trop rapide à mon sens. Est-ce qu’il y a plus de nervosité du côté de Neymar ? Ce qui est arrivé à Neymar peut arriver à un de mes joueurs. Il n’y a pas eu de gestes méchant de Neymar mais un de mes joueurs a aussi été expulsé. »

Avez-vous été surpris par la prestation du PSG ?

« Surpris, non. Pour les bousculer, il fallait ce visage-là pas celui de la Coupe ou contre Nîmes. Ensuite c’est une équipe à qui il faut laisser le moins d’espace possible. J’avais regardé leur belle prestation à Lyon. Après dans ces matchs il faut un peu de réussite. Evidemment il y a des enjeux importants pour eux. Est-ce que les joueurs avaient la tête à mercredi ? Il y avait des précautions prises avec Florenzi. Mais voilà. »

Vous avez perdu trois matchs contre Brest, Angers et Nîmes. Comment faire pour ne plus perdre contre les petits ?

« Il faut rester sur nos fondamentaux et aussi que le groupe croie à son réel potentiel. Et que les joueurs comprennent que seul on ne peut rien faire. Je ne pense pas qu’on soit le meilleur effectif de Ligue 1, mais dans l’investissement on doit être les meilleurs. On doit se servir de ce genre d’erreurs. J’ai aimé le discours de Mike (Maignan) : fêter cette victoire, mais vite remobiliser tout le monde et les énergies pour être prêts à Metz. »

Yusuf Yazici, votre milieu turc, a été contrôlé positif et isolé le matin du match. Que s’est-il passé ?

« Comme tous les joueurs qui sont rentrés de sélection, il a été testé. Il avait une sérologie positive. On nous a dit que ce n’était que des traces résiduelles de son Covid du mois de janvier. On l’a retesté hier et en attendant le résultat : il a voyagé avec beaucoup de précaution. On l’a retesté ce matin et donc il était encore positif. On a pris beaucoup, beaucoup de précautions, j’ose espérer que ça suffira. Mais la question qu’on peut se poser, c’est : que fait-on des joueurs qui ont déjà contracté le Covid pour qui la Ligue ne prévoit pas d’être testés systématiquement ? Là, Yusuf a été testé. Mais on s’aperçoit qu’à l’image de Verratti, des joueurs peuvent attraper deux fois le Covid alors que selon la LFP on n’est pas obligé de les tester. Il va se passer quoi dans les semaines à venir ? »