[36J-L1] Stade Rennais FC-PSG 1-1 (0-1)

Publié le

Bousculé en seconde période, le Paris Saint-Germain a logiquement concédé le nul à Rennes (1-1), ce dimanche, en clôture de la 36e journée de Ligue 1.

Alertés d’entrée par Guirassy, qui se jouait facilement de Marquinhos, les Parisiens ne tardaient pas à dominer les débats de manière assez nette. Offensif, Herrera faisait passer un premier frisson dans le dos de Gomis, contraint de réaliser un arrêt déterminant dans la foulée pour l’empêcher de trouver la faille. Très vigilant, le gardien sénégalais réalisait une nouvelle parade pour freiner un tir tendu de Di Maria. Vingt grosses minutes parisiennes qui n’étaient pas récompensées.

Conscients de trop subir, les Rennais procédaient en contre et passaient par les côtés pour surprendre leurs adversaires. Tait, actif dans l’entrejeu, chauffait à son tour les gants de Navas, tout heureux de voir l’arbitre refuser le but de la poitrine de Guirassy pour une position de hors-jeu.

Sérieux à défaut d’être efficace, le club de la capitale se mettait à reculer de manière dangereuse, avec un notamment un Kurzawa en difficulté face à un Doku très percutant. Le latéral gauche obtenait toutefois un penalty, validé par la VAR, pour une semelle d’Aguerd, que Neymar transformait sans trembler (0-1, 45e+6).

Piqués au vif, les Rennais revenaient avec l’intention d’égaliser au plus vite. Doku, toujours lui, continuait de semez la zizanie dans son couloir et obligeait Navas à se détendre sur sa frappe croisée. En face, Draxler passait tout proche d’un but extraordinaire après un magnifique enchaînement, mais le ballon fuyait le cadre au dernier instant.

Sans maîtrise, le PSG laissait Rennes se ragaillardir et subissait le pressing adverse, à l’image de cette perte de belle de l’Allemand qui s’est soldée par un arrêt déterminant de Navas devant Tait.

A force de subir, le pire arrivait pour Paris. Sur un corner de Bourigeaud, Guirassy s’envolait pour au-dessus du Diallo pour tromper Navas de la tête à l’aide du poteau (1-1, 70e). Preuve que quelque chose ne tournait pas rond pour les visiteurs, Kimpembe était directement exclu pour un tacle très mal maîtrisé sur Doku.

Le symbole de la soirée parisienne, pleine d’impuissance et de frustration, sauvée in extremis par Navas sur une dernière frappe de Tait. Jamais le PSG n’a été aussi proche de perdre son trône depuis 2018.