[5J-L1] Neymar : « Ma tête est au PSG. Je vais tout donner sur le terrain ! »

Publié le

Quelques minutes après avoir donné la victoire au PSG face à Strasbourg d’une reprise acrobatique (1-0), Neymar s’est présenté en zone mixte. Une première depuis des mois, forcément, puisqu’il n’avait pas joué sous le maillot parisien depuis le 11 mai. S’il ne s’est pas étendu, il a notamment réagi au traitement des ultras à son encontre.

Quel est votre sentiment après ce match au scénario fou ?

« On a affronté une équipe qui est restée derrière et a évolué en contre-attaque. Ils ont fait un bon match mais finalement, on a réussi à mettre un but et à prendre les trois points. »

Que pouvez-vous dire de l’ambiance ? Était-ce compliqué à vivre ?

« Pour moi, non. Je suis très tranquille. On sait tous ce qui s’est passé (allusion aux tractations durant tout l’été pour un retour du joueur au FC Barcelone), je comprends que ce soit très difficile pour eux (les supporters parisiens). Mais à partir de maintenant, je suis un joueur du PSG. S’ils veulent me siffler, il n’y a pas de problème. On est plus de 25 joueurs dans l’effectif, tu ne peux pas te focaliser sur un seul. Les autres joueurs ne méritent pas de vivre cette situation. On a une équipe et on doit soutenir le club, soutenir Paris. Quand le public est derrière l’équipe, ensemble on est plus forts. »

Qu’avez-vous ressenti par rapport aux banderoles et aux sifflets venus des tribunes ?

« C’est triste, c’est dommage, je savais qu’ils allaient faire ça. C’est le foot mais, à la fin, Dieu est très juste. Ç’a été un match comme un autre, j’ai déjà été insulté dans d’autres stades à l’extérieur, au Brésil, en France. Mais maintenant je sais que je jouerai tous les matches comme si j’étais à l’extérieur… Je veux dire que je n’ai aucun souci avec les supporters. Malheureusement, j’ai eu des blessures ces deux dernières années, dont certaines très sérieuses, qui m’ont fait louper beaucoup de matches. Mais, chaque fois que j’ai été sur le terrain, j’ai répondu aux attentes. J’ai d’ailleurs certainement eu ici les meilleures statistiques de ma carrière. Je n’ai pas besoin qu’ils me soutiennent ou crient mon nom. Ce que je veux, c’est qu’ils soutiennent le PSG. On dit que le club est au-dessus d’un quelconque joueur donc qu’ils continuent à pousser l’équipe. C’est mieux que de m’insulter… »

Ils ont été blessés par vos envies de départ. Est-ce vous regrettez de ne pas avoir pu signer au Barça ?

« Tout le monde sait que je voulais partir. Je l’ai bien dit et répété mais je ne vais pas rentrer dans les détails des négociations. Les personnes, ici, savent ce qui s’est passé. J’avais des motivations personnelles, ce n’était pas contre l’institution PSG. Quand on ne sent pas bien dans un endroit, on veut s’en aller. J’ai tout fait mais ils ne m’ont pas fait partir. Le marché des transferts est fermé. C’est un chapitre clos, je n’en parlerai plus. Ma tête est au PSG. Je vais tout donner sur le terrain. Je suis totalement concentré ici, je vais me donner à fond comme dans chaque club ou je suis passé. C’est mon travail. »

Qu’avez-vous ressenti au moment où vous avez marqué votre but ?

« C’est un demi-retourné acrobatique. Je suis très content d’avoir marqué. Car c’est un jour particulier. J’ai été insulté à domicile, je n’ai pas été préparé à ça mais la lumière divine, Dieu, m’a béni. Mais quand il y a eu le but, ils (les supporters) ont bien été forcés d’être contents. La célébration ? Je ne vais pas être père (rire), c’est la mère de mon fils qui a eu son fils pendant le match et j’avais promis de faire un petit geste. »

Vous avez un message pour les ultras ?

« Non, rien. Je veux juste remercier mes partenaires de m’avoir permis de mettre ce but. »