[5J-L1] Tuchel : « Franchement, je ne suis pas très content »

Publié le

Malgré la victoire (2-0) décrochée par le PSG, dimanche à Reims, Thomas Tuchel était très énervé à l’issue de la rencontre. La faute au manque de réalisme de ses joueurs.

Quel est votre sentiment après cette troisième victoire d’affilée ?

« Franchement, je ne suis pas très content. Ce match doit être terminé au bout de vingt minutes. On doit mener de trois ou quatre buts. Et mon sentiment s’est encore accentué en seconde période, où on s’est trop éparpillés. »

Votre équipe n’a quasiment jamais été mise en danger pourtant ?

« Ce n’est pas le problème. En foot, le plus important c’est de se créer des occasions nettes. Là, on en a sept ou huit en première période, quasiment autant en seconde. On a la possession, on a des occasions mais on n’a pas inscrit assez de buts. C’est trop, vraiment. »

À 1-0, vous n’étiez donc pas très rassuré ?

« On maîtrisait la rencontre. On gagne, c’est positif, mais on reste à portée de l’adversaire à la mi-temps. Et après le repos, on a laissé trop d’espaces à Reims, on a perdu trop de ballons faciles. J’attends plus de qualité, de sérieux, de la part de mes joueurs. Plus de précision. »

Neymar, dans une position inhabituelle, a semblé finir blessé. En savez-vous plus ?

« Il a senti quelque chose, m’a-t-il dit. Je pensais que c’était un coup mais sur les images que j’ai vues, ce n’est pas le cas. On verra avec les docs. Sa place sur le terrain ? Il a joué en milieu relayeur alors que je le veux en meneur. Ce n’était pas le plan. Il en a fait trop défensivement. Ce qui m’inquiète le plus, en fait, le concernant, c’est son passage devant la commission de discipline (mercredi, pour d’éventuelles insultes racistes lors du Classique contre Marseille). »

Un mot sur Icardi, qui retrouve le chemin des filets.

« J’espère vraiment que cela va lancer sa saison. C’était trop long. Il a beaucoup travaillé. On le sait, je l’ai dit, ses derniers matches n’étaient pas bons. Il marque un doublé, c’est bien, il est décisif. Je n’oublie pas qu’il a eu beaucoup d’autres occasions et qu’il doit encore s’améliorer. »