[8F-C1] Ménès, Riolo, Domenech, Cissé… Le PSG se fait allumer de partout !

Publié le

Qualifié pour les quarts de finale de la Ligue des Champions, le Paris Saint-Germain a connu un match retour difficile face au FC Barcelone (4-1, 1-1) mercredi. Sur son blog, le consultant de Canal+ Pierre Ménès a affiché une immense déception par rapport au niveau de jeu des Parisiens sur cette rencontre.

« Très franchement, je voyais un 2-1 pour Barcelone ou un 2-2. Évidemment, je n’avais pas prévu que le PSG livrerait une prestation aussi apocalyptique, avec une première période abominable. (…) Franchement, sans un Navas exceptionnel, le Barça aurait très bien pu refaire son retard dès la mi-temps« , a estimé Ménès.

Le consultant de la radio RMC Daniel Riolo a poussé un coup de gueule sur la peur des Parisiens, toujours marqués selon lui par les échecs précédents dans cette compétition.

« Pochettino a, je pense et j’espère, fait connaissance avec son groupe hier. Il a pu prendre des informations sur la valeur des uns et des autres quand le niveau s’élève. Il a pu mesurer que les traumas anciens pesaient toujours sur le club. Ce n’est pas parce que de nouveaux joueurs sont arrivés que ça n’existe plus. Ça transpire sur les murs, les gens en parlent. Deux énormes catastrophes sportives, deux défaites surréalistes avec la ‘trouille au cul’ dans l’histoire récente, ça marque, qu’on le veuille ou non et même dans un sport où culturellement on repousse la peur, l’émotion et autres propos se référant à la tête. (…) A ce jour, ce PSG n’a, pour l’instant, pas démontré avoir en son sein les qualités pour aller au sommet de l’Europe », a terminé Riolo.

L’ancien Parisien Edouard Cissé doute sérieusement du niveau réel du PSG. « En l’espace de trois semaines, on se dit : mais qu’est-ce qui s’est passé ? Là on a un Barça à un bon niveau. Tu trembles. Et en fin de compte, on a une équipe éliminée mais qui joue mieux. Dans les attitudes, les postures. Et vous en avez une autre qui panique. Bon, ok, on oublie ce match-là, mais c’est dommage. Parce qu’entre le 4-1 à l’aller et celui-là, tu te dis : c’est quoi le niveau ? Il y a un des deux matchs qui était un accident. Lequel ? Et c’est ça qui est chiant et qui m’embête. Comme en 2017 avec le 4-0 à l’aller et le 6-1 au retour : c’est quoi le niveau du PSG en Ligue des Champions ? », s’est demandé Cissé pour le quotidien régional Le Parisien.

S’il a félicité le club de la capitale française pour sa qualification, l’ex-sélectionneur de l’équipe de France Raymond Domenech a eu un pincement au cœur pour les Blaugrana.

« Le PSG qualifié dans la douleur bravo. Mais pour ceux qui aiment le foot, se dire que cette équipe du Barça est éliminée est plutôt triste », a expliqué l’ancien patron des Bleus sur Twitter.

Ancien joueur du club de la capitale, Mickaël Madar n’a pas mâché ses mots dans les colonnes du quotidien L’Equipe. « C’est un truc de fou, je n’ai jamais vu une équipe du PSG aussi amorphe, aussi peu agressive et combative. En fait, il n’y a rien eu du tout de ce que tu attendais d’une équipe, aucune solidarité, aucune ‘niaque’, pas de pressing cordonné… (…) Ceux qui m’ont le plus déçu individuellement ce sont les milieux axiaux. Paredes et Gueye, c’est une plaisanterie ! Je n’avais jamais vu le PSG subir une passe à 10 à ce point-là, en courant dans le vide et en ne ressortant presque jamais proprement le ballon », a fustigé Madar.

L’ancien joueur du club de la capitale, Didier Domi, estime que les Parisiens n’ont toujours pas la bonne approche mentale pour un tel rendez-vous. « Dans l’approche mentale, ça ne va pas. Ce soir (mercredi), Paris était quand même dans une situation où il pouvait se faire peur ! Si Messi marque le penalty avant la mi-temps, le momentum passe du côté du Barça. En seconde période, leur chance était passée, mais cette approche de gagne-petit, d’avoir une équipe coupée en deux et un milieu de terrain passif, cela montre que cette équipe n’a toujours pas compris le message », a soutenu l’ex-défenseur parisien pour So Foot.