[Amical-Pros] US Orléans (N1) – PSG 0-1 (0-0)

Publié le

Pour son quatrième match dans cette préparation estivale, le Paris Saint-Germain a décroché une troisième victoire ce samedi contre Orléans (1-0). Invaincus cet été, les Parisiens ont affiché deux visages ce soir : un PSG jeune et inoffensif en première période, puis une équipe nettement meilleure après la pause avec l’entrée des joueurs expérimentés.

Dans un onze de départ très jeune, avec les seuls Kehrer, Draxler et Icardi comme joueurs expérimentés, le Paris SG n’a pas montré grand-chose au cours des 45 premières minutes. Il fallait attendre la demi-heure de jeu pour assister au premier tir cadré parisien sur une tentative de Dina Ebimbe à l’entrée de la surface, sans danger pour le gardien adverse. C’était à peu près tout au niveau des occasions pour l’équipe de Mauricio Pochettino en première mi-temps.

Malgré une possession de balle en faveur des Parisiens, ce sont les Orléanais qui ont été les plus dangereux dans le premier acte. Plus tranchants, les joueurs de Xavier Collin profitaient régulièrement de la lenteur de la défense parisienne pour apporter le danger dans la surface adverse sur des centres. La meilleure occasion était même orléanaise avec un duel perdu par Soumaré face à Letellier à la 22e minute.

A la pause, Pochettino faisait entrer Hakimi, Diallo, Kurzawa, Herrera, Gueye et Fadiga. Des changements qui changeaient totalement le visage du PSG. Dès lors, Paris monopolisait le ballon et se montrait nettement plus dangereux. Et à force de subir, Orléans finissait par craquer sur l’ouverture du score d’Hakimi, parfaitement servi par Herrera (1-0, 63e).

Derrière, le club de la capitale a eu la main mise sur le match et s’est procuré plusieurs occasions de faire le break – sur une tête à bout portant de Draxler repoussée par L’Hostis, puis deux frappes de Kalimuendo et Hakimi – sans succès.

En fin de rencontre, Orléans avait tout de même une opportunité d’égaliser sur une volée acrobatique de Lepaul, mais Navas se détendait pour repousser le danger. On en restait donc là avec cette courte victoire parisienne.