[Conf de Presse-D1F] Olivier Echouafni : « Nous allons à Lyon pour l’emporter »

Publié le

En conférence de presse ce vendredi, l’entraîneur du PSG Féminin Olivier Echouafni a expliqué s’attendre à une rencontre équilibrée contre Lyon samedi (17h30) en Championnat. Morceaux choisis.

OL-PSG, match au sommet

« On aurait pu arriver à Lyon avec deux points d’avance, on n’a pas réussi à le faire (1-1 contre Guingamp le 3 novembre). Ça va être serré jusqu’au bout mais les confrontations directes peuvent laisser des traces. Quoiqu’il se passe, après ce match, tout sera encore possible. Après, c’est vrai que les Lyonnaises ont tendance à ne pas perdre beaucoup de matches. Elles se font de temps en temps accrocher mais c’est tellement rare qu’il faut tenir le rythme. Ce n’est pas facile, on s’accroche. On a des arguments. Je pense qu’on a une équipe plus forte que l’année dernière. »

Revanche du Trophée des Championnes

« Ce sont deux compétitions différentes. La tristesse et la frustration, on les avait vraiment l’année dernière à Lyon où on avait pris une gifle (0-5). Ça avait été dur à accepter, surtout sur la physionomie de notre saison. Sur le match, rien à dire, l’OL avait été vraiment supérieur à nous. Ce match avait laissé des traces en fin de saison parce qu’on avait subi énormément. Ce qui m’a rassuré, c’est de voir ce qu’on a pu faire au Trophée des championnes parce que c’était assez équilibré. Aujourd’hui, les deux équipes sont assez proches. On a la meilleure défense, elles ont la meilleure attaque. C’est la meilleure équipe à domicile, on est la meilleure à l’extérieur. L’objectif, même en allant jouer à Lyon, est de gagner, de mettre en avant nos principes de jeu. »

Forces de l’OL

« On redoute tout. C’est une équipe qui a beaucoup d’expérience, qui sait se mettre en mode compétition. On s’attaque à une montagne. C’est une équipe qui est invaincue depuis deux ans et demi, qui, sur les dix dernières années, a perdu deux matches en Championnat. Tout ça vous montre ce qui peut nous attendre là-bas mais les séries sont faites pour s’arrêter un jour ou l’autre. »

Marie-Antoinette Katoto

« Je la sens bien, prête à faire un grand match. Après, ce qu’il s’est passé contre Guingamp fait partie des aléas d’une saison et de tous les groupes. Ç’a été réglé le soir même. Quelques fois, il y a des émotions qu’on a du mal à maîtriser. Marie est encore une jeune joueuse et elle progresse aussi dans ce domaine-là. »