[Conf de Presse-Pros] Kimpembe : « Je prends les nouvelles responsabilités à bras ouverts »

Publié le

A la veille d’affronter Istanbul Basaksehir pour le compte de la 2e journée de C1, le défenseur Presnel Kimpembe a répondu aux médias depuis Istanbul. LTDPSG vous propose la retranscription intégrale de ses dires.

Danilo Pereira en défense

« Ce n’est pas un problème pour lui, il a déjà joué à ce poste par le passé. Si le coach le met là il a ses raisons, il faut les respecter. Je l’aiderai du mieux possible mais il est prêt pour ce genre de match, c’est l’ancien capitaine de Porto. Ce sera au coach de décider, on respectera son choix. »

Son très bon niveau actuel

« Des déclics, il y en a eu beaucoup dans ma jeune carrière. Il y a eu Manchester, le fait que j’ai joué blessé quasi une saison entière et l’après Coupe du monde. J’ai beaucoup travaillé pour me relever. C’était dur, mais il faut passer par là pour relever la tête. »

Début de saison compliqué

« Ça a été difficile pour nous tous. On a repris l’entraînement depuis le 22 juin. Avec le Covid, ce n’est facile pour personne. On est resté à la maison quatre mois (après l’arrêt de la L1). Etre concentré pour les coupes et la C1… On a été en finale. Il fallait enchaîner avec les sélections, le championnat. Ça a été dur pour nous parce que la L1 a été arrêtée. On est content de pouvoir reprendre notre métier et on va essayer d’en profiter au maximum. »

Brassard de capitaine

« Ça c’est très bien passé, ce n’est pas la première fois que je porte le brassard. Si le coach me le donne, c’est que je peux le porter. On se connaît bien avec Marquinhos, on s’entend très bien sur et en dehors du terrain. On a de nouvelles responsabilités et on les prend à bras ouverts parce qu’on est travailleurs, avec beaucoup d’humilité, on est capable de faire ce qu’il faut pour l’équipe et le club. »

Contexte diplomatique franco-turc

« On est des footballeurs. Tant que l’UEFA donne son accord pour jouer ici, on vient pour jouer et rentrer à la maison. Le reste, ce n’est pas de notre ressort. Des tentions depuis notre arrivée ? Non, pas du tout, RAS ! »