[Conf de Presse-Pros] Pochettino : « Je suis là pour prendre des décisions » (Compte-Rendu)

Publié le

Mauricio Pochettino, l’entraîneur du PSG, s’est justifié lors de la conférence de presse d’après-match sur la sortie prématurée de Leo Messi et s’est satisfait de la progression de son équipe dimanche soir face à l’OL (2-1). LTDPSG vous propose la retranscription intégrale de ses dires.

Vous venez d’enchaîner une 6e victoire de suite en Championnat cette saison. Quelle analyse faites-vous de cette rencontre ?

« Nous avons fait une bonne prestation. Je suis satisfait. On a vu de très bonnes choses avec une évolution par rapport à ce qu’on a vu à Bruges. Il y a eu une progression. On a fait un bon match contre une bonne équipe de Lyon. »

Comment jugez-vous votre équilibre collectif et le rendement de vos quatre stars devant ?

« Il y a eu, je trouve, un assez bon équilibre, entre attaque et défense. Il nous avait manqué un petit peu de réussite en première période. On a eu des occasions de marquer. On a trouvé des moments intéressants. Avec des séquences de pressing, de jeu. C’est une prestation, avec un équilibre collectif, assez affirmée. »

Pourquoi avoir décidé de remplacer Leo Messi dès la 76e minute?

« On doit prendre des décisions par rapport au bien de l’équipe. Parfois les décisions ont des conséquences positives, parfois non. Je suis là pour prendre des décisions. On doit prendre des décisions, ça peut plaire ou ne pas plaire. »

Afficher l’image source

Qu’avez-vous pensé de la prestation d’Angel Di Maria ?

« Je suis content du rendement de l’équipe en général. Le rôle d’Angel, j’ai aimé. On lui a demandé de la largeur côté droit. De manière à ce que Messi profite des espaces entre les lignes. Kehrer devait être aussi un soutien dans cette zone-là. Il avait un rôle essentiellement défensif. Di Maria avait un rôle défensif ; il devait aussi aider Herrera et Gueye dans cette zone. Il a été efficace. »

Comment faire pour que le PSG, comme il y a quelques mois, fasse de nouveau peur à ses adversaires ?

« Il faut faire peur ? On a énormément de respect pour nos adversaires. On ne peut pas penser à ça. Nous sommes dans le monde professionnel. On ne raisonne jamais comme ça. »