[Conf de Presse-Pros] Thomas Tuchel : « Nous sommes prêts pour ce défi »

Publié le

Thomas Tuchel, l’entraîneur du PSG qui sera opposé au Real, mardi (21 heures) à Madrid, en Ligue des champions, laisse le suspense sur son onze de départ. Et n’exclut d’aligner un quatuor offensif avec Neymar, Mbappé, Icardi et Di Maria.

Êtes-vous amoureux de Kylian Mbappé autant que Zinédine Zidane, comme il l’a déclaré tout à l’heure ?

(Sourire) « Je ne sais pas à quel point Zidane est amoureux de lui mais on est amoureux aussi. Kylian est notre joueur. Et on est très heureux qu’il soit là. Quelquefois c’est comme ça, quand il y a des choses que tu ne peux pas avoir, tu les aimes beaucoup. Malheureusement pour Zinédine, Kylian est un de nos joueurs. »

Kylian est-il prêt à débuter un match ?

« C’est très facile de répondre : il est prêt. Il s’est entraîné sans problème, il se sent bien. »

Que reste-t-il du 3-0 du match aller ? Vous attendez-vous à une opposition différente ?

« Pour moi, c’est complètement différent pour plusieurs raisons. On joue à Madrid, à Santiago Bernabeu, c’est peut-être le stade le plus difficile à jouer en Ligue des champions. Le Real va jouer avec Sergio Ramos, c’est un leader, c’est une autre équipe avec lui. Ils sont dans une bonne phase, en bonne forme. C’est une période très difficile pour jouer contre eux. Mais de notre côté, nous sommes avec Ney, Kylian, aussi une équipe équilibrée, dangereuse. Nous sommes prêts pour ce défi, j’en suis convaincu. C’est le moment d’en profiter : je veux dire par là de travailler ensemble, souffrir ensemble. C’est un moment pour prouver, pour montrer qu’on est capables de jouer un match difficile comme ça. »

Vous avez cité Neymar et Mbappé. Demain, pouvez-vous vous passer de Di Maria et Icardi au coup d’envoi, vu leur forme ?

« On peut faire beaucoup de choses. J’ai décidé de prendre la décision demain matin (mardi). Mais c’est clair que Mauro et Angel ont super bien joué quand Ney et Kylian étaient absents. Peut-être qu’on jouera avec les quatre, peut-être pas. C’est un moment peut-être difficile pour moi mais c’est un bon moment aussi. Ça veut dire que tout le monde est là, tout le monde est disponible. J’ai confiance en mes joueurs et en notre relation, pour accepter des décisions difficiles tactiquement ou personnellement. Nous sommes intelligents, c’est aussi nécessaire si on veut lutter contre des joueurs comme ceux du Real Madrid. »

Vendredi, vous disiez que vous aviez besoin de dormir…

« Honnêtement, c’est toujours un grand match contre le Real à Madrid. Mais avant le premier match j’avais dit : si on gagne on n’est pas qualifié ; et si on perd on n’est pas éliminés. C’est pareil. On a battu Galatasaray et Bruges et ça valait trois points aussi. Demain, il y aura beaucoup de qualités (en face), c’est super intéressant. Mais c’est peut-être aussi pour nous le moment d’essayer quelque chose, de voir avec les joueurs s’ils sont capables de montrer sur cette scène demain. J’ai appris quelque chose : ce n’est pas possible de prendre des décisions trop tôt, car il peut toujours se passer des choses. C’est nécessaire d’attendre l’entraînement et ensuite, de prendre la décision en l’expliquant bien. Je suis convaincu qu’on a un grand esprit dans le groupe. Ils savent que des décisions difficiles peuvent arriver. Ils sont tous ensemble. »

Au match aller, il manquait quelques cadres et vous aviez salué la prestation défensive. La clé du match est-elle que les attaquants défendent avec application ?

« Oui, c’est absolument la clé. On a montré un esprit et une intensité contre le ballon de manière exceptionnelle lors de chaque match de Ligue des champions. Chaque joueur qui a joué comme attaquant a montré cet esprit. Sans l’effort de toute l’équipe, ce n’est pas possible de gagner en Ligue des champions. »

Vous êtes fâché contre Zidane après ses propos sur Mbappé ?

« Pas du tout. Je ne veux pas discuter de cette chose-là. Il y a deux semaines, j’étais avec Zidane lors d’une réunion d’entraîneurs et on n’a pas abordé ce sujet. Si on lui pose une question sur Kylian Mbappé, que peut-il dire ? Il est français. Il y a beaucoup d’entraîneurs qui aiment Mbappé. Je ne suis pas fâché ou énervé, ça ne m’intéresse pas beaucoup. »

Comment interprétez-vous toutes les phrases du Real sur Mbappé ? Vous pensez qu’il va terminer au Real ?

« C’est vraiment une mauvaise question pour moi. Je suis entraîneur du PSG, c’est mon joueur et on essaie de bâtir une équipe avec lui. Je ne veux pas réfléchir à Kylian dans le futur. »

Quel est votre joueur préféré entre Kylian Mbappé et Neymar ?

« Si je réponds à cette question ici, je peux retourner à l’hôtel, prendre mon staff et partir (sourire). Ce n’est pas comme ça pour un coach. Il y a des joueurs importants que j’apprécie. Mais on a besoin de onze joueurs et qu’il y ait un bon lien entre eux. Bien essayé, mais je n’irai pas sur ce terrain-là (sourire). »

Vous avez dit tout à l’heure que Kylian Mbappé était votre meilleur joueur…

« Je n’ai jamais dit ça. Ni d’aucun joueur. Je ne crois pas à cette chose-là. Qu’est-ce qu’on fait si mes joueurs préférés sont blessés ? On joue avec les joueurs qu’on aime moins ? Ce n’est pas comme ça. J’aime beaucoup mes joueurs et mes joueurs préférés, ce sont ceux qui sont disponibles. Oui, il y a des joueurs plus talentueux ou avec plus de potentiel, mais c’est une équipe j’espère équilibrée et tout le monde est important. »

Selon vous, quel est le facteur le plus dangereux du Real demain ?

« Le maillot du Real Madrid à Bernabeu, c’est ça le plus difficile. »