[Conf de Presse-Pros] Thomas Tuchel : « Ca tue un peu les joueurs et les matches »

Publié le

Le PSG reprend après la coupure internationale avec un déplacement à Nice ce vendredi (20h45) dans le cadre de la 10e journée de Ligue 1. Thomas Tuchel va devoir faire sans Neymar ni Idrissa Gueye, blessés en sélections. En conférence de presse ce jeudi, l’entraîneur a notamment poussé un coup de gueule appuyé contre le calendrier international surchargé. 

Etat des troupes

« Il nous manque Tilo Kehrer, Idrissa Gueye et Neymar pour le match à Nice. Juan Bernat est suspendu. Les autres vont participer à l’entraînement du jour. On décidera plus tard pour Julian Draxler et Colin Dagba. On essaye de réduire les risques de blessure. C’est dommage de ne jamais avoir notre équipe au complet. On va chercher les solutions.»

Kylian Mbappé et Edinson Cavani

« Je ne suis pas sûr (que Mbappé débute à Nice). On a trouvé un accord avec la France car ce n’était pas possible qu’il joue contre l’Islande et la Turquie. C’est bien qu’il joue avec la sélection, mais là il ne pouvait pas. Je dois parler avec lui, car ce n’est pas pareil de s’entraîner ou de jouer. On ne peut pas évoluer à 80%, si on joue on doit tout donner. Kylian et Edi (Cavani) se sont entraînés avec nous toute la semaine mais il faut décider après l’entraînement de ce vendredi. C’est un peu tôt pour Dagba et Draxler, pour les autres nous prendrons une décision bientôt.»

Hécatombe de blessés

« On fait tout pour contrôler et éviter les blessures. C’est difficile… On ne sait jamais à 100% les raisons de telles ou telles blessures. Nous sommes convaincus que les meilleures choses pour éviter les blessures, c’est de travailler l’endurance durant la préparation. Mais ce n’est pas possible car on joue tout le temps. Je peux vous dire qu’on essaie de réduire les blessures parce que c’est dommage qu’on ne joue jamais avec l’équipe au complet.»

Calendrier

«Beaucoup de choses me font réfléchir. Bernat, Sarabia et Verratti sont revenus simplement mercredi, s’entraînent ce jeudi et après reprennent l’avion pour Nice. Après la trêve, il y a toujours des éléments à prendre en compte. Le temps de jeu, la fatigue, les blessures … C’est aussi avant un grand match de Ligue des champions à l’extérieur à Bruges. Notre défi est de juger quel match est le plus important. Et aujourd’hui je peux dire que c’est Nice car c’est le premier qui arrive. Jouer vendredi soir, c’est bizarre pour nous, je ne comprends pas trop. On a tout le monde en équipe nationale et on joue à ce moment-là … Je fais confiance à mes joueurs.»

Calendrier (bis)

«C’est beaucoup trop pour les joueurs. Trop de compétitions, de matches amicaux … C’est un grand problème car on n’a pas de phase de préparation. Il faut jouer, se reposer, jouer encore et encore. A la fin, toutes les équipes qui ont notre rythme ont beaucoup de joueurs blessés. Pour moi, ça tue le football. L’an prochain il y aura l’Euro, la Copa America, ça n’arrête pas. A la fin, on sent que ça manque de qualité. Mais c’est normal.»

Verratti capitaine avec l’Italie

«Il était capitaine ? Je n’avais pas vu. C’est un leader et il fait partie de mes relais dans le vestiaire. Il est toujours à 100%, concerné par le fait que tout le monde soit heureux dans le vestiaire. Ce sont des choses qui font de lui un leader et sur le terrain il joue vite. C’est un joueur extraordinaire et formidable. Nous sommes heureux de le voir avec nous.»

Prolongation de Cavani

«C’est trop tôt de parler de ça maintenant. Je suis convaincu qu’il parle avec le club, c’est son club. Je ne connais pas son idée exactement. Je compte sur lui à 100% cette saison. Il a manqué beaucoup de semaines. Je veux un Cavani « fit » et en forme sur le terrain. C’est un gars qui a marqué le plus de buts dans l’histoire du club. Il est très important. Il fait partie de mes cadres avec qui je parle toujours pour avoir une opinion de lui et du vestiaire.»

Mauro Icardi

«Mauro n’est pas arrivé à 100% mais il a déjà fait quelques matches. Il est capable de jouer avec des douleurs, défensivement il a donné beaucoup d’intensité. C’est quelqu’un de discipliné. Il s’est entraîné deux semaines avec nous et c’est bien. Pour lui, c’est difficile, on ne peut pas faire une phase de préparation pendant trois semaines qu’avec lui. On doit jongler avec ça. Je n’ai aucun doute qu’il puisse commencer (à Nice). Il se sent bien.»

Patrick Vieira

«C’était l’une de mes idoles quand je regardais le foot. Quand j’étais à New York, j’ai observé des matches de son équipe. On a eu des échanges ensemble et c’est toujours un plaiisr de le retrouver. J’apprécie son approche, à savoir commencer par faire ses gammes, apprendre en tant que coach, avant peut-être de prendre en main des équipes encore plus grandes que Nice. J’aime vraiment Patrick Vieira, je lui souhaite le meilleur, après nous avoir rencontré (sourire). C’est un personnage humble et brillant.»