[Conf de Presse-Pros] Thomas Tuchel : « J’espère qu’on sera prêts pour toutes les situations »

Publié le

Le coach parisien a fait le point à la veille de la réception de Bruges en Ligue des champions, mercredi (21h). LTDPSG vous propose la retranscription intégrale de sa conférence de presse.

La qualification à portée de main

«Je ne pense pas à cela. Ce sont des conséquences. Au début, ce sont nos performances. A Bruges, on a dû s’adapter, on a eu des difficultés en première période, avec leur pressing très haut, leur jeu, leur courage et leur agressivité. On a eu besoin de beaucoup de temps pour s’adapter. A la fin, c’était une victoire méritée, une victoire extraordinaire avec cinq buts. Mais ça a longtemps été compliqué pour nous… Demain (mercredi), le match, il faudra s’améliorer, s’adapter, être prêt. J’espère qu’on sera prêt. On a fait une séance tactique aujourd’hui afin d’être prêt à toutes les situations. Si on est capable de faire bien cela, de démontrer notre mentalité, d’être compétitif, on a la possibilité de gagner encore, et si on le fait, la conséquence peut être la qualification. Mais le résultat, c’est la conséquence de notre performance. Et on ne peut contrôler que notre performance.»

La défaite à Dijon (2-1)

«Leonardo déçu après Dijon ? Ah oui. Mais ce n’était pas possible de trouver une personne qui n’était pas déçue dans le bus, dans l’avion… C’est la même chose pour lui que pour nous. Si on perd un match, c’est comme ça. Si on perd un match contre le dernier, c’est toujours très difficile d’accepter et de digérer, vraiment difficile. C’était nécessaire de prendre deux jours, et après on a parlé avec les joueurs, tactiquement, la mentalité, comment on a commencé ce match. Si on joue deux mi-temps aussi différentes, on sait qu’on donne l’occasion que les choses se passent comme ça. Nous ne sommes pas les premiers à perdre un match contre le dernier, on n’est pas les derniers non plus à qui ça arrive. Ça peut arriver dans le foot. Mais pas si on joue deux mi-temps comme la deuxième. C’était trop tard… On déteste perdre, on n’y est pas habitué, on est une équipe compétitive, mais on est évidement aussi une équipe qui peut perdre contre Dijon un vendredi soir. On doit s’améliorer. C’était nécessaire d’en parler honnêtement, avec l’esprit critique. On est ensemble. C’est notre responsabilité, celle des joueurs, la mienne. On doit s’améliorer, apprendre. Et peut-être que c’est encore une bonne leçon pour nous.»

Résultat de recherche d'images pour "thomas tuchel"

La saison idéale pour gagner la C1

«Chaque saison, c’est la saison idéale (rires). Le problème, c’est qu’on n’est qu’en novembre ! Aucune équipe n’a gagné la Ligue des champions en novembre ! Le Real a fait beaucoup de choses en Ligue des champions, mais ils n’ont jamais gagné en novembre ou décembre, ce n’est pas possible. C’est pour cela qu’on doit rester sur le terrain, les pieds sur le terrain, être modeste et ne pas trop penser à gagner (le titre). C’est encore un grand défi de gagner le groupe, et après, en 8es, en quarts.»

FC Bruges

«Je les ai vus à Madrid (2-2 contre le Real Madrid, ndlr). Pendant un temps, ils ont été très courageux, un pressing très haut, récupérant le ballon dans le camp adverse. Ils ont marqué deux buts. C’était très impressionnant ! Contre nous, c’était plus courageux encore, plus agressif. Demain (mercredi), je ne sais pas (à quoi m’attendre). On a eu la capacité de s’adapter, de marquer cinq fois (à Bruges). C’est une équipe très courageuse, c’est leur style de faire le pressing très haut sur le terrain. J’attends qu’ils essaient de le refaire, ils n’ont rien à perdre. Ils n’ont pas pu le faire pendant 90 minutes contre le Real. J’espère que ce ne sera pas possible non plus ici. Mais ça dépend de notre qualité, notre adaptation, notre précision, notre jeu dans la structure. On doit être très attentif et préparé à toutes les situations. C’est une équipe très agressive, ils ont un jeu un peu fou, un peu bizarre, pas complètement structuré à la perte du ballon. Quelques fois, ils jouent en un contre un sur tout le terrain. Et c’est un peu extraordinaire, quelques fois c’est un peu fou. On doit vraiment jouer avec précision, calme. On doit être préparé à tout.»

Le match aller trop facile

«J’espère que non, mais si on devait prendre une leçon, on l’a prise à Dijon. Si on joue avec trop de confiance, en imaginant que rien ne peut arriver, tout peut arriver. J’ai toujours confiance en mon équipe parce qu’ils ont souvent montré qu’ils sont capables de jouer à un niveau très élevé, avec beaucoup de sérieux. La Ligue des champions, c’est le meilleur niveau en Europe. Ce n’est jamais facile. Si on ne regarde que le résultat, 5-0, c’était vraiment extraordinaire. Mais on a eu des difficultés, c’était très compliqué pendant un certain nombre de minutes. Ils ont un style vraiment particulier, difficile de s’adapter, de contrôler le match et les contres, de sortir de la pression. On doit être très intelligent et avoir la mentalité nécessaire, être très attentif. Je suis convaincu qu’on peut le faire, mais il faut respecter le jeu et l’adversaire. C’est normal de le faire dans toutes les compétitions, et sans doute aussi en C1.»

Résultat de recherche d'images pour "thomas tuchel"

La Ligue des champions qui l’empêcherait de dormir

«Je suis bien conscient que je gagne beaucoup d’argent, c’est un privilège. J’ai le privilège de travailler dans le foot. Le jeu est comme l’un de mes meilleurs amis. Travailler dans le foot est un cadeau. Ne le dites à personne, mais je pourrais peut-être travailler gratuitement (sourire). Il y a beaucoup d’attentes, mais il faut aussi faire attention… Pas forcément pour se protéger, parce qu’on est très exigeant avec nous-mêmes. Mais si on ne juge les coaches et les équipes que sur un succès en Ligue des champions, il faut s’attendre à beaucoup de déceptions parce qu’il n’y a qu’un vainqueur chaque année. Et jusqu’ici, le PSG ne l’a pas encore gagné. On ne peut pas se casser la tête, perdre le sommeil, en ayant qu’un seul but, la gagner. Je dors mal quand on joue mal. Je dors mal quand je n’ai pas la solution pour le match suivant. Mais c’est important de faire étape par étape, de ne pas rêver et de ne pas mettre trop de pression sur nous-mêmes. Tout le monde peut gagner dans cette compétition, mais à la fin, il faut de la chance, une dynamique, peut-être une décision favorable des arbitres… Parfois, il faut accepter, et ce n’est pas simple, qu’il y a le facteur chance.»

Les avances du Bayern Munich

« Ça ne m’intéresse pas parce que je suis l’entraîneur du PSG. J’ai un contrat cette saison et, la dernière fois que j’ai vérifié, j’étais aussi sous contrat pour la saison prochaine. Donc je ne peux pas penser une seule minute à d’autres clubs. »