[Conf de Presse-Pros] Thomas Tuchel : « Que tout le monde soit prêt à tout donner »

Publié le

A la veille du déplacement à Lyon pour la 6e journée de Ligue 1, Thomas Tuchel s’est présenté devant les médias ce samedi à 13h30. Présent, LTDPSG vous relate les dires du technicien allemand.

Etat des troupes

« Kylian (Mbappé), Thilo (Kehrer), Colin Dagba, Edi Cavani, Mauro Icardi et Pablo Sarabia ne sont pas avec le club. Pour Mbappé, c’est très proche mais ce n’est pas fini. »

OL-PSG

« C’est simple, on doit faire la même chose. Ce n’est pas facile. Le match avant et le match après (la Ligue des champions, ndlr), c’est très difficile. C’est très exigeant de jouer la Ligue des champions contre le Real Madrid, de faire un match comme ça à la maison. Exigeant physiquement mais aussi mentalement. Il était absolument nécessaire de récupérer et de profiter. Et aujourd’hui il fallait se reconcentrer. Demain, ça peut et ça va être difficile. Il y a une grosse concurrence entre Lyon et nous, l’an dernier c’était difficile. On doit faire un bon match, à notre meilleur niveau. J’attends un Lyon en top forme, c’est une bonne occasion pour eux de montrer aux supporters qu’ils peuvent faire mieux que les derniers matches. » 

Quatuor offensif

« On peut y penser si tout le monde est là. Aujourd’hui, sans tous les joueurs c’est impossible d’y penser. On prendra la décision quand tout le monde sera là. Il y a beaucoup de possibilités. On doit adapter à la situation, à l’adversaire, au résultat, toutes ces choses-là. Je n’ai pas de réponse à cette question car ce n’est pas un problème maintenant. »

OL-PSG (bis)

« C’est particulier mais on doit accepter qu’hier n’était pas le moment de penser à Lyon. C’était le moment de récupérer. On doit être prêt demain soir, on ne doit pas être prêt aujourd’hui. C’est nécessaire d’avoir un bon mix entre sourires, travail et intensité. C’est une rivalité, c’est bien, ce sont des matches spéciaux. C’est comme un match de Ligue des champions, tout le monde veut jouer. Cela va créer naturellement une ambiance spéciale. Tout le monde sait que ça va être un grand match. C’est nécessaire pour grandir et améliorer. Je suis convaincu qu’on peut gagner, mais aussi que cela va être dur. »

Etat d’esprit

« La victoire contre le Real, l’ambiance aide. Rien n’aide comme une victoire comme celle-là, avec une performance avec un bon esprit et une intensité collective. Cela aide beaucoup, c’est clair. Mais c’est passé. Maintenant le défi, c’est de le refaire. Nous sommes confiants mais on doit montrer encore et encore. Dans un grand club comme le PSG, c’est normal. Nous sommes quatre points devants, avec une victoire c’est la possibilité d’avoir sept points. C’est une grande occasion. Il faut jouer comme une équipe, serrée, ensemble, que tout le monde soit prêt à tout donner. »

Joueurs absents

« Pour Pablo, c’est de la malchance, il a pris un coup à la dernière minute. C’est comme ça, le match est trop tôt. Toutes les blessures sont différentes. Il y a beaucoup d’explications après. Pour Icardi, on a pris beaucoup de risque de le laisser commencer contre le Real. C’est une chose de jouer, une autre de commencer en Ligue des champions contre le Real. Presnel aussi, quatre mois sans match. On a pris des risques. Je l’ai dit avant. Je ne savais pas s’il était prêt ou non. Chaque blessure à des conséquences pour un autre joueur. C’est peut-être le moment de se reposer mais il faut jouer parce qu’un autre est blessé. C’est difficile d’arrêter ce cycle. C’est difficile de gérer la charge de travail. » 

Solidité défensive

« Si c’est aussi facile, on va le faire jouer (Idrissa Gueye, ndlr) chaque match et on n’encaissera aucun but (rires). Mais c’est une des raisons. Il y avait des raisons en fin de saison dernière aussi (pour les buts encaissés, ndlr). C’est clair. Après notre défaite contre Manchester, c’était un peu difficile. On a eu beaucoup de blessés, on a perdu notre esprit. C’était trop facile de marquer contre nous. On a retrouvé notre esprit de défendre. On a recruté des joueurs avec cet esprit, on a gagné en personnalité. On me demandait après Metz « Mais pourquoi pas plus d’occasions ? Pourquoi ce n’est que 1-0 ? Pourquoi pas 2-0 ou 3-0 ? Et pourquoi sur un coup de pied arrêté ? » Mais 1-0 c’est déjà une performance, c’est difficile. Ce n’est pas super pour écrire, mais il y a des bonnes choses. On contrôle beaucoup de choses, beaucoup de phases de match. » 

Effet de la victoire face au Real

« La pression elle est toujours là, entre nous, parce qu’on veut toujours faire l’entraînement parfait, le match parfait. Cela donne confiance parce que la victoire était méritée, avec beaucoup d’efforts offensivement et défensivement. Beaucoup de choses qu’on veut implémenter dans ce groupe. Je pense que mes joueurs sont confiants, parce qu’ils savent que c’était un gros effort et beaucoup de travail. Mais bien sûr tout le monde attend qu’on gagne à Lyon demain, c’est la vie. On doit faire avec le sourire. On a une belle vie, c’est un cadeau de travailler dans ce métier. Les attentes sont énormes et les victoires comme cette semaine c’est la récompense. »