[Conf de Presse-Pros] Tuchel : « Je ne me sens pas en danger »

Publié le

A la veille d’affronter Istanbul Basaksehir pour le compte de la 2e journée de C1, l’entraîneur du PSG Thomas Tuchel a répondu aux médias depuis Istanbul. LTDPSG vous propose la retranscription intégrale de ses dires.

Son poste menacé

« Non. Je ne me sens pas en danger. On joue au foot. Je sais comment je travaille. Un coach ne peut jamais avoir peur d’un résultat, ce n’est pas possible. Je reste concentré, je sais comment on prépare les matches, comment on est ensemble au Camp des Loges. Le reste, ça ne m’intéresse pas. »

Marquinhos au milieu

« Evidemment, c’est une clé. C’était une décision pour l’équipe, pas contre quelqu’un ou Danilo, c’était pour l’équipe. J’y ai beaucoup pensé. J’aime beaucoup ce que Marqui a fait pour nous au milieu. C’est mon avis : c’est plus important qu’il soit au milieu parce qu’il peut aider tout le monde. Demain, il jouera au milieu pour nous aider à gagner ce match. »

Contexte diplomatique

« On a entendu des choses, je ne suis pas inquiet, mais je suis triste que tout le monde ne puisse pas vivre ensemble et en harmonie. Chaque personne veut vivre en harmonie. Je suis un peu triste, mais pas inquiet. J’espère qu’il n’y aura pas d’implication entre sport et politique. »

Lancement de la saison

« Pas lancer la saison. On a gagné six fois en L1 et c’est une grande performance. Personne ne peut dire autre chose… Mais la saison en C1, c’est clair. On est toujours très exigeant avec nous, notre attente en nous est très élevée. C’est le deuxième match, on a zéro point. J’espère que le match contre MU était le dernier moment pour rappeler qu’il faut tout donner physiquement pour gagner. C’est le champion de Turquie, une équipe avec de l’expérience. Il manque des joueurs mais on a beaucoup de confiance. On a perdu un match compliqué contre MU. On est ici pour montrer qu’on veut gagner, qu’on peut jouer beaucoup mieux que la semaine dernière. »

Contexte politique (bis)

« Je n’en ai pas parlé à mes joueurs jusqu’ici. Je vais réfléchir pour savoir si je le fais aujourd’hui ou demain. Peut-être qu’on le fera… On n’est pas que des sportifs, on vit ensemble dans ce monde. Je suis triste que ce n’est pas possible de vivre ensemble en harmonie. Il y a quelques tensions, c’est une situation particulière. On va réfléchir pour savoir si on donne un avis, si on apporte des clarifications, mais le focus doit être sur le sportif. C’est un privilège de jouer la Ligue des champions, et peut être donner un signal, que c’est possible de combattre sur un niveau sportif. J’espère qu’on pourra le donner à tout le monde. On va se concentrer sur les aspects sportifs. »