[EDF-A] Kimpembe : « Sortir premiers du groupe de la mort, je prends ! »

Publié le

Au lendemain de l’arrivée des Bleus à Bucarest et deux jours avant le huitième de finale contre la Suisse, le défenseur central Presnel Kimpembe a répondu aux questions des médias. LTDPSG vous propose la retranscription intégrale de ses dires.

PAUL POGBA 

« On connaît la qualité de Paul, il ne m’impressionne plus car je le connais par cœur mais c’est un joueur de haut niveau avec beaucoup de qualités. Pour défendre sur les passes et ouvertures qu’il fait, c’est compliqué et je ne vais pas donner d’astuces pour nos prochains adversaires (il sourit). »

LES BLESSURES DE LUCAS HERNANDEZ ET LUCAS DIGNE 

« Ces deux joueurs ne sont pas forfait pour l’instant. Si le coach et l’équipe en ont besoin, je me tiendrai à disposition pour évoluer à leur poste. Mercredi, face au Portugal, c’était Adrien (Rabiot). Depuis la fin du match, je ne lui ai pas parlé de ça mais pendant la rencontre forcément car il était à ma gauche. Adrien est un grand joueur et il sait s’adapter. Jouer défenseur, il l’a déjà fait en équipe de jeunes même si ce n’était pas au poste de latéral. »

Presnel Kimpembe

SES PROGRÈS EN TERMES DE CONCENTRATION 

« (Interrogé sur le fait qu’il ait progressé au niveau de la concentration selon son ancien sélectionneur chez les Espoirs Pierre Mankowski et son formateur au PSG Laurent Bonadéi) Je suis d’accord, je les aime bien tous les deux (il sourit). Je connais mes qualités comme mes défauts et c’est un point où j’ai dû travailler. Ça a été compliqué dans le passé sur cet aspect. Ce sont des choses qui forgent et permettent de se développer. Il faut en passer par là. »

EN TÊTE DE LEUR GROUPE 

« Sortir premiers du groupe de la mort, je prends ! Ça ne me pose pas de soucis. Si je vous retourne la question et vous dis, vous préférez finir premier en ayant eu des difficultés ou terminer second voire troisième en ayant offert du beau jeu ? On voulait terminer premiers, on a obtenu cette place, c’était notre objectif. »

KYLIAN MBAPPÉ 

« La compétition n’est pas encore finie. Marquer ne va pas être un problème pour Kylian. Il est collectif et au service de l’équipe. C’est quelque chose qui ne va pas tarder. Il s’est procuré des occasions, il ne les a pas mises au fond mais ça va venir. La victoire et les points sont le plus important. » 

LA MÉTHODE DIDIER DESCHAMPS 

« Simple, efficace. Le coach s’entend bien avec tout le monde, il est à proximité, proche de ses joueurs, il échange beaucoup, il a ce côté humain. Avoir été joueur a créé des liens plus facilement. C’est quelque chose de positif. »

LE CONTEXTE SANITAIRE 

« La différence par rapport à Istra (lors de la Coupe du monde 2018), c’est qu’on avait l’opportunité de sortir devant l’hôtel et le campus. Il y avait un peu plus de libertés. Mais on est des privilégiés et on ne va pas se plaindre. On a la chance de faire ce métier et de donner le sourire à des milliers de personnes. On s’occupe avec des jeux de cartes, le poker, la lecture, Netflix, la Play… On échange avec les copains. C’est une période où il y a des matches donc on regarde à la télé les rencontres de nos adversaires potentiels. »

LE PROCHAIN ADVERSAIRE ET LES AUTRES QUALIFIÉS 

« La Suisse est une belle équipe avec de grands joueurs. J’ai surtout regardé Suisse-Turquie (3-1, dimanche 20 juin), un match avec beaucoup d’intensité et de qualités, ça partait dans les deux sens et il y a eu des buts avec une équipe suisse très agressive. Dans cet Euro, il y a de très bonnes équipes. Celle qui m’a le plus impressionné ? Ce n’est pas facile de répondre mais je dirais l’Italie qui a fait un très bon tournoi jusqu’à présent et a démontré pas mal de choses. »

ANTOINE GRIEZMANN 

« Antoine, c’est un ancien Colchoneros. Il sait d’où il vient. On connaît son sens du sacrifice. C’est quelqu’un de très généreux dans les efforts, il a réussi à le démontrer lors du dernier match. Ce n’est pas qu’un joueur offensif, c’est aussi un joueur défensif, on ne va pas cracher dessus. On prend toute sa palette. »