[EDF-A] Rabiot, Kimpembe et Coman : opération séduction réussie !

Publié le

L’équipe de France a terminé cette triste année 2020 sur une bonne note. Surpris par la Finlande (0-2), en amical, les Bleus ont assumé leur statut de champions du monde en s’imposant au Portugal (0-1) puis face à la Suède (4-2) afin d’assurer leur place dans le Final Four de la Ligue des Nations.

Trois parties riches en enseignements qui ont permis à certains Tricolores de se mettre en avant… notamment nos trois protégés formés au PSG !

Adrien Rabiot

C’est LA grosse satisfaction de ce rassemblement. Alors que beaucoup (sauf nous…) le pensait définitivement perdu pour la sélection suite à l’épisode du Mondial 2018, le milieu de terrain a parfaitement répondu aux attentes. Doté d’une technique au-dessus de la moyenne et d’un gros coffre, l’ancien joueur du Paris Saint-Germain a été prépondérant contre le Portugal et la Suède. Une implication de tous les instants, de la personnalité, des efforts utiles, Rabiot a bel et bien progressé avec la Juventus au cours des derniers mois. Avec le départ de Blaise Matuidi pour la MLS, le Francilien s’est engouffré dans la brèche et peut prétendre à une place de titulaire aux côtés des indéboulonnables Pogba et Kanté dans l’entrejeu. Un milieu à trois en béton armé qui a de la gueule avec un Rabiot métamorphosé.

Presnel Kimpembe

Brutal, voilà le mot qui pourrait définir le défenseur central du Paris Saint-Germain. Non seulement, le Francilien, sauf blessure, est assuré d’être de la partie l’été prochain, mais en plus, il devrait avoir du mal à être délogé du onze de départ. Désormais bien remis de sa période post-Mondial très compliquée, le solide roc a encore une fois montré qu’il n’avait pas froid aux yeux. Face au Portugal, il a fait preuve d’autorité, de puissance et de sérieux pour contenir Cristiano Ronaldo. Dans un match sans enjeu contre la Suède, Kimpembe a un tout petit peu relâché la pression mais cela ne l’a pas empêché de faire une meilleure impression que son acolyte, Varane, bien moins impérial. Un joueur qui n’hésite pas à aller au duel, Deschamps doit adorer.

Kingsley Coman

Malchanceux depuis ses débuts en sélection, l’ailier du Bayern Munich semble enfin avoir trouvé la plénitude. L’unique buteur de la dernière finale de la Ligue des Champions surfe sur sa bonne période et montre à son coach qu’il peut être un atout très important en vue de l’Euro. Très remuant au Portugal, où il a réalisé de grosses différences grâce à sa capacité à éliminer ses adversaires, Coman a aussi montré qu’il pouvait se montrer utile dans les replis défensifs chers à Deschamps. Il a d’ailleurs bouclé ce rassemblement avec un but plein de sang-froid quelques minutes après son entrée en jeu face à la Suède. S’il est épargné par les blessures, le double Titi d’Or (2012 & 2013), qui a raté le Mondial 2018, sera sans nul doute de la partie l’été prochain. Avec un rôle qui pourrait être majeur.