[Exclu-Anciens] Sébastien Atlan (Canet RFC/N2) : « Frustrant d’affronter l’OM sans public, pour moi le Minot passé par le PSG ! »

Publié le

L’ancien joueur de l’équipe réserve du PSG (2012 à 2014), Sébastien Atlan (36 ans), va affronter l’OM ce dimanche (21h, diffusé sur Eurosport 2) pour le compte des 16es de finale de la Coupe de France, avec son équipe du Canet RFC (N2) qu’il a rejoint en 2019 (avec une montée en prime !).

Pas banal, surtout lorsque l’on sait que le natif de la cité phocéenne y a également réalisé toutes ses classes au sein du centre de formation Olympien ! Un rendez-vous qu’il aurait tant aimé vivre sous le regard de ses proches…

Canet RFC

« Le projet du Canet RFC s’est présenté à moi par le biais de William Prunier, qui fut mon coach au SC Toulon. J’espérais intégrer le staff du Sporting (ndlr : titulaire du BEF) dans le cadre de ma reconversion, mais je suis un homme de challenge et tant que la santé est là, je veux faire durer le plaisir de jouer. J’ai saisi cette opportunité car j’aime m’investir dans des projets passionnants, même si c’est un peu plus compliqué de jouer quatre-vingt-dix-minutes minutes ! (rires) »

« J’ai donc déménagé pour au moins la dixième fois. J’ai été extrêmement bien accueilli. Avant de venir, on m’avait dit que les Catalans étaient un peu froids, mais je n’ai pas du tout ressenti cela. C’est une région touristique, avec un état d’esprit qui rappelle un peu la Corse… Ca vit plus l’été que l’hiver, avec ce défilé de voitures et des plages bondées ! (rires) Personnellement, on ma mis dans les meilleures dispositions possibles pour me sentir bien intégré. Le club ne cherche pas à tout prix de conserver une identité Catalane, certains joueurs sont de la région mais il n’y a pas d’hymne à apprendre ou de tradition à respecter. »

Afficher l’image source

« Au Canet, on est retiré de tout ! Ici, c’est plus une terre de rugby, mais pourtant il y a plus de licenciés au football. Le football plaît énormément dans cette région, pour preuve nous avions les meilleures affluences de notre groupe lorsque nous étions en N3 la saison passée, et même cette saison en N2 avant l’arrêt des compétitions. Le peuple Catalan veut revivre de grandes heures, comme ce fut le cas par le passé avec Perpignan. Toute la région est derrière nous, tous les autres sports également. Ce match face à l’OM est un grand coup de projecteur sur la Catalogne du Nord. On va tout faire pour faire bonne figure. »

« A mon arrivée la saison dernière, l’ambition du club était de monter en N2. Ce fut chose faite. A moyen terme, l’objectif est de monter en N1. Cette saison est une sorte de transition, pour stabiliser le club. Cette région mérite vraiment une équipe en L2. Le Canet RFC est le mieux placé pour y parvenir, il faut donc y croire ! »

Tirage au sort face à l’OM

« Je n’ai pas prié pour affronter l’OM ? mais dès que j’ai su qu’il y avait une équipe du « 13 » dans notre groupe géographique, j’étais persuadé qu’on tomberait soit sur l’OM ou soit sur Aubagne. Honnêtement, j’ai passé l’âge de compter les jours avant de jouer une telle rencontre. Je suis content, je ne vais pas dire le contraire ! Mais je suis très frustré, car c’est le genre de match qu’on doit normalement jouer devant du public… J’aurais tant aimé jouer face à mon club formateur, devant mes proches. Elle aurait été belle l’histoire ! C’est un beau clin d’oeil. »

« Depuis l’annonce du match, je reçois des tonnes de messages et d’appels téléphoniques ! Ca n’arrête pas ! Même de la part des personnes rencontrées dans tous les clubs où j’ai pu jouer… C’est quelque chose quand même ! »

seb (@sebnumber3) | Twitter

« Forcément, j’imagine quel joueur olympien je pourrais avoir dans ma zone du terrain. Peut-être l’immense Pape Gueye car je joue milieu relayeur… Plus je vieillis, plus je monte sur le terrain ! (rires) Je n’ai pas le physique pour aller au duel, par contre ma technique peut permettre à l’équipe de conserver le ballon dans des moments chauds. Je tape toujours les coups de pieds arrêtés comme à la belle époque du PSG ! Je vais tenter d’apporter mon expérience pour les temps forts avec ballon en jouant juste et ceux plus compliqué sans ballon où il faudra faire preuve d’anticipation. »

Préparation du match face à l’OM

« Bien qu’étant expérimenté, je vais disputer mon tout premier 16e de finale de la Coupe de France. C’est donc une découverte pour moi aussi ! Mon approche de l’évènement est gérée de manière calme, avec un rythme de vie normale. C’est ça que j’essaye d’apporter aux plus jeunes du groupe qui n’ont jamais joué un match d’un tel niveau. Certains se montrent très excités, il ne faut surtout pas avoir joué le match avant l’heure ! Il ne faut pas s’emballer, mais prendre du plaisir le jour J, profiter de l’instant présent. »

« Notre staff a conservé sa même manière de préparer une rencontre. Nous allons très certainement décortiquer le jeu marseillais via la vidéo. Nous connaissons forcément tous très bien nos adversaires, ce qui n’est sûrement pas le cas inversement ! (rires) »

Mercato-Anciens] Sébastien Atlan (Toulon) signe au Canet RFC (N3) - Les  Titis du PSG

« On s’entraîne comme d’habitude. Ce qui change réellement, c’est toute l’agitation autour de l’équipe. Il y a un défilé quotidien de journalistes, de photographes, des élus locaux… On sent une atmosphère particulière. Dans notre tête, ça reste un match comme les autres, même si l’OM n’est pas n’importe quelle équipe. »

Incidents à la Commanderie

« J’ai grandi dans ce contexte marseillais qui a toujours été chaud, je n’ai donc pas été choqué par l’envahissement de la Commanderie, même si c’est fort regrettable. De mes premières années en tant que Minot jusqu’à la réserve de l’OM, j’ai toujours connu cette ferveur des supporters. Remporter le titre de champion de France U11 en battant le FC Metz (3-0) à Clairefontaine, ce fut un truc de dingue ! Quand nous étions ramasseurs de balle au stade Vélodrome, c’était incroyable à vivre ! Et que dire des challenges foot à la mi-temps sur la pelouse ! Et tous ces matches vécus en tribune… J’ai toujours baigné au contact de supporters de l’OM. Mais ça c’est valable pour n’importe quel jeune joueur du PSG ou de l’OL. Les gens attendent davantage de bons résultats des ces grands clubs de L1. »

PSG vs OM

« Au PSG, j’y ai vécu deux années extraordinaires ! Là-bas, j’y ai vécu mon rêve, car j’ai toujours adoré le PSG ! J’ai pu y côtoyer des joueurs de très haut-niveau. L’OM, c’est une partie de ma vie, notamment celle de mon adolescence. J’y ai vécu mes années de formation, je m’y suis construit en tant qu’homme. Ma famille et mes proches vivent à Marseille. Ca représente tout autre chose. Je ne peux pas aimer l’un plus que l’autre : Marseille c’est ma vie, Paris c’était mon rêve ! »

PSG version 2020/2021

« J’ai connu le PSG, quasiment au début du projet de l’ère Qatarie. J’avoue être un peu déçu de son évolution, de la manière dont le club a grandi. J’estime, ça n’engage que moi, que la qualité collective du groupe pro a régressé de saison en saison. L’effectif dans sa globalité faisait davantage rêver qu’aujourd’hui ! J’ai vraiment cru qu’avec le retour de Leonardo, on allait de nouveau bâtir un collectif fort, mais finalement non… Un joueur comme Thiago Motta n’a par exemple pas été remplacé. Le jeu sous Laurent Blanc était beaucoup plus fluide, ça déroulait ! Quand les équipes venaient au Parc, elle prenait un tarif maison ! »

Afficher l’image source

« Le PSG d’aujourd’hui paraît prenable pour n’importe quelle équipe. Il y a eu beaucoup trop d’erreurs répétées en matière de recrutement, ce qui est paradoxale lorsqu’on connaît la puissance financière des propriétaires. Avant, il y avait Ibrahimovic, Pastore, Lavezzi, Thiago Motta, Maxwell, Verratti qui est toujours là… C’était du très lourd ! La seule vraie plus-value selon moi, c’est la venue de Keylor Navas. Kylian Mbappé et Neymar, c’est fort d’accord, mais collectivement ? »

« Je pense que ça va être encore très difficile pour le PSG d’arriver à remporter la Ligue des Champions cette saison, même si l’équipe a atteint la finale lors de la dernière édition. L’effectif me fait beaucoup moins rêver que par le passé. »

Gestion des jeunes au PSG

« Il y a eu beaucoup trop d’erreurs sur le plan de la gestion humaine ces dernières années. Malgré un effectif pléthorique, le niveau est globalement moins relevé et pourtant les jeunes jouent de moins en moins. Certes, bon nombre de Titis vont apparaître une ou deux fois en pro, mais après plus rien et puis ils s’en vont ! Il n’y a pas un réel suivi, un projet clair pour les jeunes du club. C’est ensuite très facile pour tous les agents et les soi-disant conseillers qui gravitent autour d’eux, de leur tenir des discours axés sur l’argent et une prétendue chance plus facile à saisir ailleurs… »

« Comment a t’on pu supprimer l’équipe réserve ? Une sacrée erreur ! Il est vrai que l’équipe avait des difficultés pour jouer régulièrement le haut de tableau, mais c’est valable pour l’ensemble des équipes réserves de tous les clubs pros ! C’est dans la difficulté que les plus jeunes s’aguerrissent… J’en parlais encore récemment avec mon coach de l’époque au PSG, David Bechkoura, qui dirige l’équipe B de l’AS Monaco. Son équipe s’est sauvée in-extremis chaque saison en N2, mais il est reconnaît que c’est aussi un bon apprentissage pour les jeunes. C’est un tremplin primordial dans leur cursus de formation. »

Sébastien ATLAN, CFA PSG - YouTube

« Passer des U19 Nationaux du PSG à l’équipe professionnelle, je ne pense pas que ça fonctionnera pour beaucoup de jeunes joueurs. Lors de mes deux années passées avec l’équipe B du PSG (ndlr : 56 matches), j’ai évolué avec un grand nombre de joueurs qui aujourd’hui réalisent de belles carrières professionnelles : Jordan Ikoko, Youssouf Sabaly, Pierre Bourdin, Mike Maignan, Alphonse Areola, Kalifa Coulibaly, Kingsley Coman, Franck Bambock, Presnel Kimpembe… Comme quoi, ce passage en N2 n’était pas si néfaste dans leur apprentissage ! »

Les jeunes footballeurs actuels

« En règle générale, lorsqu’un jeune est là pour réussir, il est à l’écoute. Les jeunes joueurs ne sont pas forcément plus doués qu’il y a dix ans en arrière, mais par contre leur mentalité a évolué avec le temps. Chacun doit s’adapter mutuellement. Il peut parfois y avoir des petits accrochages, c’est la vie ! On a le droit de ne pas être d’accord, mais ça doit toujours être dans le respect des uns et des autres. Une équipe est composée de personnalités différentes, ça sera toujours ainsi. »

« Le principal changement est surtout lié aux réseaux sociaux sur internet. Tout ça n’existait pas à mon époque ! C’est ainsi en 2021, on doit s’y faire… On s’adapte à leur jeunesse, et eux doivent s’adapter à notre travail. Il faut un juste milieu des choses. Si un jour j’endosse le rôle d’entraîneur, c’est avec cette philosophie que je chercherai à tirer le meilleur d’eux-mêmes. Un jeune joueur sérieux et réceptif avancera toujours plus vite qu’un jeune joueur, peut-être plus talentueux à la base, mais qui se reposera sur ses acquis. J’en ai tellement vu dans ma carrière des jeunes à fort potentiel ne pas franchir le fameux cap vers le monde pro, ne pas comprendre pourquoi ils se retrouvaient en situation d’échec… Le travail et le respect, il n’y a que ça de vrai. »

Peut être une image de 12 personnes et texte qui dit ’CANETRFC SOIS UN LION PMU PMUR PMU M MUR’

« Mike (Maignan) avait un gros caractère lorsque nous nous sommes côtoyés au PSG. Un caractère bien trempé ! (rires) On lui disait souvent d’écouter, de prendre en considération nos conseils, pour vraiment mettre à profit sa force mentale. Très vite, il a progressé, il est devenu encore plus efficace. Même s’il a pris qu’un peu de ce que nous les « anciens » nous voulions lui faire comprendre, c’était toujours ça de pris ! Ca ne m’étonne pas du tout qu’il ait atteint son niveau actuel. La très grande majorité des joueurs qui furent mes coéquipiers au PSG étaient très respectueux et savaient où ils voulaient aller. Ils étaient tous très travailleurs et méritent vraiment de réussir de belles carrières. »

Crise sanitaire

« Depuis la reprise officielle du N2, tous les joueurs de l’équipe se font tester régulièrement au coronavirus. Aucun d’entre-nous n’a pour l’heure été touché. C’est tout de même dingue d’avoir à se balader avec un masque. C’est nouveau, mais on s’y habitue même s’il m’arrive parfois de l’oublier quand je descends de ma voiture pour aller acheter du pain ! (rires) Il faut absolument être respectueux des gestes barrières si l’on veut retrouver un monde meilleur. Les gens se plaignent souvent en France, mais il y a des pays bien plus touchés que le nôtre et qui n’ont pas les mêmes moyens matériels pour faire face au virus. »

« Voir à la télévision un PSG-Borussia Dortmund, qui fut le premier match sans public, ce fut très choquant ! Pas un seul spectateur dans le Parc des Princes, alors qu’habituellement ce stade aurait vibré comme jamais ! J’ai de plus en plus de mal de regarder des matches à la télévision, car on a l’impression d’assister à des matches amicaux. La Ligue des Champions et la Série A que j’affectionne particulièrement arrivent encore à me captiver, mais pour combien de temps ? »

Peut être une image de une personne ou plus, personnes debout, véhicule et texte qui dit ’A.FAUR CANET 니 Roussillon OOTBALL CLUB 66 CANETRFC’

« Face à l’OM dimanche prochain, nous aurions du jouer devant 12 000 spectateurs. Là, il n’y en aura pas un seul… Il n’y aura pas d’engouement dans les tribunes, hors habituellement le public est une source de motivation supplémentaire. Vous imaginez, ça se trouve Cristiano Ronaldo et Lionel Messi vont finir leur carrière dans des stades vides ! C’est fou ! Notre quotidien a changé, on ne peut même plus se promener en toute liberté. J’espère sincèrement que l’on va sortir de cette crise, mais ce n’est pas gagné… »