[Exclu-Anciens] Cyril De Sousa : « Youssouf Mulumbu était le milieu de terrain complet par excellence ! »

Publié le

Le dimanche 04 juin 2006, les 18 ans Nationaux du PSG dirigés par David Bechkoura remportaient le titre de champion de France, face à l’AS Monaco. Ce titre a véritablement permis au centre de Formation du PSG de basculer dans une nouvelle ère. LTDPSG ne l’oubliera jamais. Souvenirs évoqués en compagnie de Cyril De Sousa.

Quand on t’évoque cette saison 2005/2006, quel est le premier souvenir qui te revient à l’esprit ?

« Quand je repense à cette saison, le premier souvenir auquel je pense, c’est le changement de coach (David Bechkoura) et de directeur du centre de formation (Bertrand Reuzeau) en juillet 2005. Toutes les cartes ont été redistribuées et encore plus pour moi car j’ai changé de poste pour passer d’attaquant à milieu excentré. »

Quel match t’a le plus marqué en particulier ?

« Je ne vais pas être très original mais je dirais la finale du championnat de France U18 remportée face à Monaco. On avait une génération extraordinaire mais on nous reprochait souvent de ne jamais avoir gagné de championnat… Ce fut chose faite cette saison. »

Te souviens-tu d’un but que tu as inscrit ?

« Je n’en ai pas mis beaucoup cette saison là du fait de mon adaptation à mon nouveau poste, mais celui qui restera est sans nul doute mon but inscrit en finale ! »

Quel joueur de ton équipe fut indispensable dans la quête de ce titre ?

« Si je dois citer un joueur, c’est Youssouf Mulumbu car il était le milieu de terrain complet par excellence. Un joueur très technique qui était très bon également à la récupération du ballon et très adroit dans la finition. »

Quel adversaire t’a le plus impressionné ?

« Franchement je n’ai pas d’adversaire en tête… Je n’ai pas du tout de mémoire, mais franchement je me fous de savoir contre qui je joue ou qui va être à mon marquage. Dans tous les cas je dois être bon et faire des différences pour mon équipe. »

Quelle équipe adverse fut la plus redoutable ?

« Si je devais retenir une équipe ce serait l’AS Monaco. La finale fut accrochée et ils avaient beaucoup de qualités. Heureusement, nous avons été décisifs au bon moment. »

Dans quel stade as-tu pris le plus de plaisir cette saison ?

« Le camp des Loges sans aucune hésitation. Ce terrain représente beaucoup pour moi et pour nous tous je pense. On y a fait nos preuves et nous y avons gagné beaucoup de matchs ensemble. »

Tu dois bien avoir une petite anecdote à nous raconter ?

« Le jour de la finale j’avais à peine réussi à m’échauffer, car j’étais tellement stressé par le match que j’en avais eu envie de vomir. Cela avait même duré pendant dix minutes après le coup d’envoi… »

Quelle est la phrase du coach qui te revient à l’esprit ?

« Je n’ai pas une phrase en particulier mais plutôt une anecdote. On était habitué à avoir des coachs qui nous laissaient beaucoup de liberté sur le terrain et David aimait tout contrôler… On se disait entre nous qu’on jouait avec une manette de Playstation dans le derrière ! (rires) Mais nous sommes devenus champions de France, il avait donc eu raison… »

As-tu vécu un moment difficile sur le terrain ?

« Je dirais plutôt une période difficile, tout mon début de saison a été compliqué car il a fallu que je m’adapte à mon nouveau poste et surtout à ses exigences défensives. »

Quel fut le retentissement de ce titre au sein du club ?

« Pour ma part je n’ai pas ressenti énormément de changement sur le plan personnel. On a surtout ressenti un grand soulagement d’avoir enfin gagné un titre et une immense fierté de la part du club. La présentation du titre au Parc des Princes en fut une belle preuve. »

En 2017, Cyril est finalement laissé libre par le PSG. Il porte successivement les maillots de Logrõnes (Esp), Drancy, Bourges, Chartres, Sablé/Sarthe et Beaucouzé.

Lire aussi >> [Exclu-Anciens] Julien Harrouard : « Mamadou Sakho dégageait quelque chose de spécial ! »