[Exclu-Anciens] David Bechkoura (Coach/Monaco B) : « Je suis armé pour voir autre chose lorsque le moment donné sera venu »

Publié le

LTDPSG est partenaire du nouveau média BILLION KEYS. Pour son lancement, découvrez l’interview exclusive de David Bechkoura. Titulaire du BEPF, il ne serait pas étonnant de voir ce spécialiste de la formation rejoindre prochainement le plus haut niveau. Extraits.

Sur quels plans ton métier d’entraîneur a-t-il le plus évolué ?

« Sur la méthodologie de travail, avec l’apparition des GPS et le Live. Lorsque j’exerçais au PSG, nous étions les premiers à utiliser les GPS sous l’ère de Carlo Ancelotti. Le travail intégré fait partie du football moderne, sans oublier d’apporter du travail complémentaire au joueur. L’analyse des données en live permet de travailler avec précision sur la charge de l’entraînement. Tout ceci permet d’élaborer minutieusement nos séances d’entraînement. »

« L’analyse vidéo à l’entraînement ou en match prend également une place prépondérante pour faire progresser le joueur. Visionner ses prestations lui permet de prendre conscience des points à améliorer, de l’impliquer dans son projet. En résumé, on essaye de donner du sens à son travail. »

« Notre quotidien est rythmé par l’ordinateur, la tablette, le téléphone. On recueille et on partage des informations, à l’aide de plateformes prévues à cet effet. Le but est d’optimiser la , mais aussi de prévenir les éventuelles blessures. »

« La data est également partout aujourd’hui, dans tous les domaines d’un club, dans le recrutement, les expected goals, les estimations et dans la prise de décision. J’aime m’ouvrir aux nouvelles technologies. Je prends tout cela comme un outil, que je dois savoir associer avec le ressenti de mon expérience. Les joueurs adhèrent car ça donne une cartographie de la semaine, ça nous aide également à faire des meilleurs choix tout en gardant cette sensibilité. »

Qu’est-ce qui te pousse chaque matin à transmettre ton savoir ?

« Je suis très content de faire mon métier, car c’est quelque chose que j’aime. Il n’y a pas beaucoup de personnes qui se lèvent chaque matin pour faire ce qu’ils aiment. Je suis une personne qui a de la chance, je la mesure tous les jours. Mon parcours est atypique. Je suis issu du monde amateur. J’ai été joueur de national, j’ai passé tous les diplômes fédéraux, dont celui de formateur. Je suis entré au PSG, puis à Monaco. J’ai obtenu le BEPF qui peut me permettre d’entraîner des équipes professionnelles. »

« Je n’ai pas le droit de ne pas être heureux, j’essaye de donner ce que j’ai en vie de donner, car je suis un passionné, quelqu’un qui donne beaucoup. Si je donne beaucoup, c’est simplement parce que j’ai envie que les joueurs réussissent. Je connais tellement l’envers de la médaille, que j’essaye de tirer le maximum des joueurs pour qu’ils puissent vivre de leur passion. Ils ne seront peut être pas tous en L1, peut être pas tous champions du Monde, mais même N1 ou N2, on peut vivre du football et réussir sa vie d’homme. C’est important de transmettre des valeurs. Mes parents m’ont éduqué avec des valeurs le travail, je sais d’où je viens. J’essaye de donner de mon expérience, pour réussir l’accompagnement d’un grand nombre de joueurs au plus haut niveau. »

« J’ai tellement envie que les joueurs comprennent l’importance de tout ce qu’on met en place pour qu’ils y arrivent. Un jeune joueur galvaude parfois cette période là, en se pensant plus fort qu’il n’est, que rien ne peut lui arriver. Ma mission est aussi de leur rappeler que ça ne sera pas forcément la vérité pour tout le monde. »

En mai 2020, tu as obtenu ton BEPF (ndlr : Brevet d’Entraîneur Professionnel de Football). As-tu dorénavant de grandes ambitions ?

« J’ai cinquante ans, dont quinze années passées à la formation de deux très grands clubs. Je pense avoir contribué à faire progresser de nombreux joueurs, tout en les accompagnant du mieux possible. Forcément, le BEPF est un aboutissement dans le cursus de formation d’un entraîneur. C’était important pour moi d’aller jusqu’au bout de ce que j’avais entrepris. C’est une fierté, car je viens du monde amateur. »

« Au-delà de démontrer que j’ai certaines compétences, j’ai dorénavant envie d’écouter les éventuels projets qui peuvent se présenter à moi par l’intermédiaire de mes agents. Je ne vais pas cacher mes ambitions, je suis armé pour voir autre chose lorsque le moment donné sera venu. »