[Gambardella-U18] Motlock (Coach/CA Lisieux) : « Ce tirage face au PSG, c’est super pour tout le monde, on ne pouvait pas espérer mieux »

Publié le

Une quinzaine d’années après, le CA Lisieux est de retour au stade des 1/64es de finale de la Coupe Gambardella. Fort d’une génération de U18 très talentueuse, le club du Pays d’Auge connaît une épopée vivifiante qui a emporté avec lui l’enthousiasme de toute une ville. Encore plus depuis que le hasard du tirage a envoyé au stade Louis Bielman nul autre que le Paris-Saint-Germain de Zoumana Camara pour défier les joueurs d’Emmanuel Motlock.

« On est évidemment ravi de recevoir le PSG« , se réjouit le co-président Xavier Lejeune qui vit une belle et vivifiante aventure dans le sillage de ses jeunes. « C’est plaisant pour la jeunesse, pour le club mais aussi pour la ville. Ça crée une émulation. Ce n’est pas si souvent qu’on atteint ce stade de la compétition« . Pour créer l’événement, les Lexoviens ont dû se sublimer au tour précédent, le samedi 20 novembre, pour éliminer une équipe du Roumois accrocheuse dont ils n’ont d’ailleurs su se défaire qu’aux tirs au but (2-2, 4 tab 2).

Ancien joueur et coach de l’équipe première du CAL, le guide de cette équipe calvadosienne enthousiasmante se nomme Emmanuel Motlock. À 40 ans, il prend plus de plaisir que jamais à coacher des jeunes. « C’est une génération qui avait gagné la Coupe de Normandie U15 il y a deux ans« , explique-t-il. « Ça fait deux ans que je les ai pris mais je les suivais déjà avant car j’ai la chance d’avoir mon fils dans l’équipe. Je sentais déjà par rapport à ce qu’ils faisaient qu’il y avait un gros potentiel. On sent bien qu’ils sont capables de tout« . Sur un bilan de 14 victoires en 15 rencontres, la jeunesse lexovienne vit en effet une saison enchantée.

Si les conditions le permettent (voir encart plus bas), Noah Diallo et ses partenaires vivront ce dimanche des émotions privilégiées et inédites. Ils n’auront ainsi rien à envier aux séniors lorsque ces derniers sont emportés par la fougue de la Coupe de France. « On a une jauge de 1900 spectateurs« , annonce Xavier Lejeune. « On a mis en place une billetterie pour l’événement et nos 400 places en tribunes sont déjà toutes écoulées. Mardi, on avait aussi déjà vendu 600 billets en pourtour« . L’engouement autour de ce Lisieux/PSG n’est donc pas à démontrer et il va de soi qu’Emmanuel Motlock prépare déjà ses jeunes joueurs à cet environnement peu commun. « Je pense qu’ils ne vivront pas un moment comme celui-là beaucoup de fois dans leur carrière« , explique l’entraîneur. « Il faudra profiter à fond du moment et je vais les préparer à rester dans leur petite bulle. Je leur répète depuis 2 ans qu’ils ont grandi dans leur capacité à rester dans leur petit cocon avant les matchs« .

https://static.actu.fr/uploads/2021/11/1img-0938.jpg

Contre Le Roumois au tour précédent, Emmanuel Motlock avait déjà au fond de lui l’intuition que l’aventure de ses jeunes protégés allait se poursuivre. « Franchement, je leur avais dit avant le match que ce n’était pas terminé et qu’il fallait se préparer à jouer un gros match ensuite. Et du coup le voilà ! » Dans le plateau de cette saison, difficile de trouver plus prestigieux que la jeunesse du PSG incarnée par Edouard Michut, Xavi Simons ou encore Ismaël Gharbi. « En U19, on ne peut pas mieux faire, c’est le graal« , abonde Emmanuel Motlock. « Ce tirage, c’est super pour tout le monde, on ne pouvait pas espérer mieux« . Ce serait toutefois mal connaître ce groupe lexovien et son coach que de penser qu’ils se voient déjà éliminés avant l’heure. « Il ne faut pas changer notre approche, je dis aux enfants qu’il faut qu’on aborde les choses comme on sait faire. Ne nous mettons pas de pression inutile même si c’est un match particulier« .

Même pour celui qui a gagné la Coupe de Basse-Normandie à d’Ornano en son temps sous les couleurs de Lisieux, l’expérience s’annonce unique. Emmanuel Motlock devra en effet livrer un bras de fer avec nul autre que Zoumana Camara, l’ex-défenseur parisien qui a pris les rênes des U19 en début de saison. « Avec l’expérience que j’ai acquis, je ne vais pas me poser de question et vivre le moment à fond« , confie l’entraîneur du CAL. « Certes, Zoumana Camara à côté de moi c’est super, mais franchement, je ne vais rien changer. Beaucoup de gens me demandent ce que j’en pense mais je ne vais me mettre aucune pression moi non-plus ».

De leur rendez-vous avec l’équipe qui vient de sortir en tête de son groupe de Youth League, les Lexoviens sortiront forcément grandis. Et alors que le CA Lisieux lutte depuis de nombreuses saisons maintenant pour retrouver un niveau digne de son standing (l’équipe première n’évolue « que » en Régional 2), l’émergence et les confirmations de cette jeunesse dorée est forcément prometteuse pour l’avenir du club à moyen-terme. « C’est une récompense pour les jeunes, pour l’encadrement et pour tout ce qu’on a mis en place avec Quentin Piquet, Damien Lozahic, Damien Blondel et le coach des U18« , explique Xavier Lejeune. « On a des gamins qui ont toujours été licenciés au CAL pour les trois-quarts. Il faudra être patient avec cette génération. C’est un vrai réservoir pour nous« . Reste à ne pas voir d’autres clubs venir prochainement piller le trésor lexovien. « On rappellera aux gamins que s’ils ont fait ce parcours en Gambardella, c’est parce qu’ils étaient au CA Lisieux« , sourit le co-président. À eux maintenant d’écrire leur histoire.

> Coupe Gambardella. 1/64es de finale – CA Lisieux / Paris Saint-Germain, dimanche 12 décembre à 16 heures au Stade Louis-Bielman.

Météo : attention au report !

Si pour l’heure, le CA Lisieux reste encore un tant soit peu optimiste quant à la bonne tenue de la rencontre ce week-end, les averses répétées qui vont s’abattre sur le Pays d’Auge jusqu’à dimanche laissent à craindre que la pelouse du stade Louis-Bielman soit jugée impraticable à l’heure H. « C’est un peu tendu en ce moment« , nous expliquait Xavier Lejeune mardi soir. « On n’a pas de synthé de repli homologué pour ça et surtout on n’a pas de solution avec des tribunes, on ne peut pas jouer là-dessus vu notre jauge« . Quoi qu’il arrive, ce rendez-vous doit et devra se jouer sur le terrain d’honneur du CAL. Et si d’aventure les choses s’avéraient trop compliquées pour ce week-end, ce Lisieux-PSG en Gambardella aurait certainement la possibilité d’être repoussé de 7 jours au dimanche 18 décembre. Affaire à suivre.