[Mondial-U17] Auteur d’un triplé, Kalimuendo offre la 3e place aux Bleuets

Publié le

Un triplé de l’attaquant du PSG Arnaud Kalimuendo a permis à l’équipe de France de terminer sur le podium de la Coupe du monde U17, en renversant les Pays-Bas (3-1) lors du match pour la 3e place à Gama (Brésil).

Certainement hantés par leur désillusion de jeudi, les Bleuets, avec un onze remanié, ont mis un peu de temps à entrer dans le match face à une équipe néerlandaise frappée du style Ajax (sept titulaires issus du centre de formation ajacide). Les Oranje ont ouvert le score par Taabouni, parti dans le dos de la charnière Kouassi-Matsima pour tromper Lima Semedo (15e).

Les Pays-Bas – pourtant tout aussi talentueux que les Bleuets intrinsèquement avec des noms qui devraient faire parler dans l’avenir (Unuvar, Hoever, Hansen) – ont perdu le fil par la suite. La plus grande précision française a fait la différence, avec toujours le même finisseur, Arnaud Kalimuendo (voir ci-dessous).

Le premier but tricolore est venu d’une bonne passe du capitaine Lucien Agoumé, qui avait beaucoup manqué contre le Brésil (suspendu), et d’un centre précis du Lyonnais Semih Altikulac (22e). Le deuxième est né d’un long centre du remuant Mbuku, bien suivi par le centreur Taibi (54e), et le troisième d’une frappe d’Aouchiche, encore très juste, sur la barre (62e).

PAYS-BAS – FRANCE 1-3 (1-1)

Arbitre : Andreas Ekberg (Suède).

Buts : Mohamed Taabouni (15e) pour les Pays-Bas ; Arnaud Kalimuendo-Muinga (22e, 54e, 62e) pour la France.

Pays-Bas : Calvin Raatsie – Anass Salah Eddine, Devyne Rensch, Ki-jana Hoever – Naci Unuvar (puis Naoufal Bannis, 58e), Mohamed Taabouni, Kenneth Taylor (cap), Youri Regeer, Ian Maatsen – Jayden Braaf (puis Soulaiman Allouch, 90e), Sontje Hansen. Sélectionneur : Peter van der Veen

France : Darren Lima Semedo – Brandon Soppy, Tanguy Nianzou Kouassi, Chrislain Matsima, Melih Altikulac (puis Timothée Pembélé, 90e) – Johann Lepenant (puis Naouirou Ahamada, 79e), Lucien Agoumé (cap), Adil Aouchiche, Waniss Taïbi – Arnaud Kalimuendo-Muinga, Nathanaël Mbuku (puis Isaac Lihadji, 65e). Sélectionneur : Jean-Claude Giuntini.

Le parcours des Bleuets

Phase de groupes
Dimanche 27 octobre : France-Chili 2-0
Mercredi 30 octobre : Corée du Sud-France 1-3
Samedi 2 novembre : Haïti-France 0-2

Classement du groupe C
1. France, 9 points (+ 6)

2. Corée du Sud, 6 points (0)
3. Chili, 3 points (- 1)
4. Haïti, 0 point (- 5)

Huitième de finale
Mercredi 6 novembre : France-Australie 4-0

Quart de finale
Lundi 11 novembre : Espagne-France 1-6

Demi- finale
Jeudi 16 novembre : France-Brésil 2-3

Match pour la troisième place
Dimanche 17 novembre : Pays-Bas-France 1-3

Statistiques de la sélection*
Buts marqués : 22, meilleure attaque devant le Brésil (17), les Pays-Bas (14), le Mexique et le Paraguay (13).
Buts encaissés : 6, troisième meilleure défense après le Brésil (5) et le Mexique (3).
Meilleurs buteurs : Arnaud Kalimuendo-Muinga (5 en sept matches) et Nathanaël Mbuku (5 en six matches), deuxièmes après le Néerlandais Sontje Hansen (6 en sept matches).
Meilleur passeur : Adil Aouchiche (7 en sept matches), premier devant Sontje Hansen (3).

*Avant la finale Mexique-Brésil, pour les équipes au moins quart finalistes.

Il s’agit du deuxième podium pour une équipe de France au Mondial U17, après le titre conquis en 2001 par la génération Le Tallec et Sinama-Pongolle.

Alors que le duel entre le Néerlandais Sontje Hansen (6 buts) et le Français Nathanael Mbuku (5 buts) pour le titre de meilleur buteur de la compétition était attendu, c’est un autre attaquant qui a crevé l’écran ce dimanche. Protégé de Thiago Motta l’an dernier avec les U19 du Paris-Saint-Germain, grand espoir du centre de formation parisien, Arnaud Kalimuendo a signé un triplé retentissant, pour finir la compétition avec cinq réalisations, après celles contre la Corée du Sud et face au Brésil. Bien placé et clinique sur un centre en retrait d’Altikulac (22e), vigilant sur le centre à ras de terre de Taibi (54e) et opportuniste avec une tête plongeante après un montant d’Aouchiche (62e), le joueur a justifié pourquoi Thomas Tuchel faisait déjà appel à lui dans le groupe de l’équipe première parisienne.