[News-Anciens] Chantôme : « C’était plus facile pour un jeune à mon époque »

Publié le

Il a intégré le centre de formation du Paris Saint-Germain à l’âge de 12 ans et a débuté en pro, à peine majeur, un jour de Trophée des Champions 2006. Il aurait pu partir en Angleterre, choisir la facilité mais alors que Paris connaissait des moments difficiles, il a choisi de rester pour défendre ses couleurs. Avant de naviguer vers d’autres horizons à partir de 2015, entre autres du côté de Rennes. Clément Chantôme a indéniablement le coeur rouge et bleu et il a ici accepté de remonter le temps.

Clément, enfant, que représentez pour vous le Paris Saint-Germain ?

« Le Paris Saint-Germain représentait pour moi un des plus grands clubs français avec énormément de grands joueurs, des matches en coupe d’Europe épiques. En plus, étant de la région parisienne j’étais forcément supporter et suivait tous les résultats de Paris. »  

Que retenez-vous de vos années parisiennes ?

« Je retiens de mes années parisiennes mes meilleurs souvenirs de footballeur, j’ai vraiment tout vécu avec le Paris Saint-Germain. J’y suis arrivé à 12 ans et j’en suis parti quand j’avais 27 ans. J’ai donc énormément de rencontres, de souvenirs, qui resteront indélébiles. »  

Girondins4Ever - Blanc : "Chantôme a de grandes chances de nous quitter"

Quel est votre plus beau souvenir de match avec Paris ?

« Mon plus beau souvenir de match avec Paris, c’est sans aucun doute mon premier match avec le Paris Saint-Germain en pro. En ayant fait toute ma formation à Paris, c’était un moment juste incroyable. Une confirmation. Il y a aussi le match du titre en 2013, pour moi, c’était vraiment particulier de vivre ça, après toutes ces années passées à me battre pour Paris. »  

C’est Jean-Pierre Dogliani qui vous a repéré. Racontez-nous ?

« Oui, Jean-Pierre m’a repéré quand je jouais au Mée sur Seine, un club du 77. Il venait me voir jouer souvent. Il a fini par se rendre chez mes parents plusieurs fois pour me convaincre de rejoindre le Paris Saint-Germain. Il a vraiment insisté et il a eu bien raison. Je lui en serai toujours reconnaissant. Malheureusement, il nous a quittés trop vite (en 2003), alors que je venais de signer à Paris. »  

Quel regard portez-vous sur la jeunesse parisienne de 2022, les Simons, Michut, Dina Ebimbé ?

« Je pense que c’était plus facile pour un jeune à mon époque. Ils ont besoin de jouer et de trouver du temps de jeu dans des clubs en prêt pour pouvoir revenir plus armés et espérer s’imposer dans un des plus grands clubs européens. »  

Mercato : Clément Chantôme (PSG) signe à Bordeaux - Eurosport

Vous auriez pu à un moment quitter le PSG pour Arsenal. Vous avez préféré rester. Votre amour pour Paris était quelque chose de très fort ?

« J’avais des vrais contacts avec Arsenal. Évidement, ça m’a fait réfléchir parce qu’à l’époque, Arsenal était un club qui comptait en Europe mais je commençais alors à jouer au Paris Saint-Germain, dans le club de mon cœur et les dirigeants de l’époque voulaient vraiment que je reste. Du coup, je n’ai pas hésité et je suis resté pour pouvoir progresser chez moi, à Paris. »  

Vous avez également porté le maillot rennais. Que diriez-vous de vos années bretonnes ?

« Rennes était un vrai bon club où j’aurais pu m’épanouir mais il arrive que parfois, dans le football, ça ne colle pas… Je n’ai donc malheureusement pas tant de bons souvenirs que ça… C’est la vie. »  

Un pronostic pour ce PSG-Rennes ?

« J’espère une victoire 3-1 du Paris Saint-Germain ! »