[News-Anciens] Harold Voyer (US Avranches-N1) : « Je mesure la chance d’avoir porté ce maillot »

Publié le

Comme chaque semaine, PSG.FR et LTDPSG retrouvent un ancien joueur passé par le centre de Formation du Paris Saint-Germain. Direction la Normandie, et plus précisément à Avranches, pour prendre des nouvelles de l’ex-Titi Harold Voyer qui revient sur son actualité et sur ses années parisiennes.

Harold, tu as porté le maillot Rouge et Bleu durant treize saisons, ce qui fait de toi un véritable Titi du Paris-Saint-Germain ! De quoi être imprégné par l’amour de ce maillot ?

« C’est un club que j’aurais toujours en moi, c’est certain ! J’y ai appris à jouer au football, rien que pour ça je serai reconnaissant éternellement envers le Paris Saint-Germain. J’ai eu cette chance d’habiter pas très loin du Camp des Loges et de pouvoir y signer ma première licence de football. J’ai clairement pu réaliser le rêve de beaucoup d’enfants qui vivaient en Ile-de-France. C’est un honneur et une grande fierté d’avoir joué si longtemps pour ce club. »

Lors de tes premiers pas, tu as intégré l’association du Paris-Saint-Germain. Quels sont tes principaux souvenirs ?

« Quand j’étais plus jeune, je jouais au foot pour le simple plaisir de taper dans un ballon. Le football n’était qu’un simple jeu pour moi. Je prenais beaucoup de plaisir à retrouver mes coéquipiers aux entraînements et aux matches. Nous avons eu la chance de pouvoir participer à de nombreux tournois dans toute l’Europe. Prendre l’avion si jeune pour aller disputer des compétitions de football n’est pas donné à tout le monde. C’était tout simplement incroyable de vivre cela avec ma bande de copains. Nous sommes restés en contact pour la plupart, preuve que nous formions un groupe très solidaire. Je ne retiens que de la joie vécue lors de mes premières années au sein du club. Et puis même si j’étais défenseur, j’ai aussi marqué beaucoup de buts parce qu’on avait une très bonne équipe. Ce poste correspondait le mieux à ma personnalité. La suite n’a fait que confirmer que je m’étais pas trompé. »

Les portes du centre de préformation se sont ensuite ouvertes à toi. Peut-on parler d’un vrai virage dans ta carrière footballistique ?

« Effectivement, j’ai compris que les choses sérieuses commençaient réellement, que le football pouvait devenir mon métier plus tard. Chaque entraînement était réalisé avec plus de sérieux. On devait gérer le rythme scolaire en parallèle du football. Il fallait donc soigner notre nutrition et savoir bien se reposer. C’était très intéressant à vivre, et on a gagné en autonomie. Nous sommes devenus de vrais petits hommes avant l’heure. Cette étape m’a forgé un mental d’acier. Je suis devenu beaucoup plus costaud psychologiquement. Pourtant tout n’était pas si évident, car il y avait les prémices de la concurrence qui commençaient à apparaître. Rien de bien méchant pour autant parce qu’on était une vraie bande de potes. » 

Et puis tu as fais ton entrée au centre de Formation où tu as remporté ton plus beau trophée !

« Je me revois en train de soulever la coupe pour notre victoire lors du championnat de France U19 en 2016. Rien que d’en parler ça m’émeut. Nous avions une équipe exceptionnelle, avec un staff de grande qualité. Ce titre était une forme de logique pour tout l’excellent travail fourni pendant tant d’années. Un mois avant, on avait atteint la finale de la Youth League, perdue contre Chelsea. Nous avions donc à cœur de remporter ce titre. Je n’oublierai jamais la bonne ambiance qui régnait au quotidien. C’est une fois que l’on ne vit plus tous ces moments que l’on se rend vraiment compte que des millions de jeunes footballeurs auraient aimé être à notre place. Même si je n’ai malheureusement pas signé de contrat professionnel à l’issue de mon cursus de formation, je n’ai aucun regret même si ça a été ma toute première désillusion dans le football. Tout s’est toujours bien passé pour moi au Paris-Saint-Germain, malgré quelques blessures qui ont ralenti ma progression. Cette déception m’a rendu plus fort. Même si mon parcours a été semé d’embûches, je ne regrette rien à ce jour, au contraire je mesure chaque jour la chance d’avoir porté le maillot Rouge et Bleu. »

Tu as eu la possibilité de t’entraîner avec le groupe professionnel. Est-ce impressionnant lorsque l’on débarque du centre de Formation ?

« Oh que oui ! Dès le premier ballon touché, on s’aperçoit qu’on est propulsé dans la cour des très grands ! Thiago Motta, Maxwell, Thiago Silva, Ibrahimovic… Il n’y avait que des légendes ! Et puis il y avait aussi des petits cracks comme Lucas ou bien Verratti. Que ça soit pour une simple passe, un tir ou une conservation de balle, on se rendait vite compte du travail qui nous restait à fournir pour atteindre leur niveau. On en prenait plein les yeux lors du moindre exercice. Tout va plus vite, tout est plus précis, tout est plus maîtrisé. M’être entraîné avec tous ces joueurs de renom a été une immense chance car j’ai beaucoup appris à leurs côtés. »

Pour clore notre entretien, peux-tu nous faire part de ton actualité au sein de l’US Avranches ?

« J’ai rejoint ce club en 2020. Nous évoluons en National 1. Je suis plutôt content de ma saison. J’ai la sensation d’avoir franchi un cap. Certes, il me reste du travail à accomplir mais je suis sur la bonne voie. Mes défauts se gomment au fil des années. Je suis beaucoup plus agressif dans les duels que lorsque je jouais au Paris Saint-Germain. Je communique davantage et je suis moins nonchalant qu’auparavant. Je suis plus en éveil, ça va faire rire certains de mes anciens coachs ! L’essentiel est d’avancer tout en ayant conscience de mes axes de progression. »

PROFIL 

Date de naissance : 26 mars 1997
Lieu de naissance : Saint-Germain-en-Laye (Yvelines)
Poste : Défenseur axial
Clubs successifs : Paris-Saint-Germain (2004 à 2017) AS Poissy (2017 à 2019) RC Lens B (2019 à 2020) US Avranches MSM (depuis juillet 2020)

Palmarès avec les jeunes du Paris-Saint-Germain : Champion de France U19 (2016)

Equipe de France : U16 (2 sél.) U19 (1 sél.)