[News-Anciens] Mickaël Salamone (AS Poissy/N2) : « Très fier d’avoir joué pour ce club mythique ! »

Publié le

Comme chaque semaine, PSG.FR & LTDPSG retrouvent un ancien joueur passé par le centre de Formation du Paris Saint-Germain. Direction les Yvelines, à Poissy, pour prendre des nouvelles de l’ex-Titi Mickaël Salamone, qui revient sur son actualité et sur ses années parisiennes.

Mickaël, depuis cet été tu évolues à l’AS Poissy (N2), club basé à seulement cinq minutes du centre de Formation du Paris Saint-Germain. De quoi te remémorer de très bons souvenirs ?

« Tout d’abord, j’avais vraiment besoin de revenir dans la région qui m’a vu grandir. J’ai opté pour Poissy car j’ai toujours eu un lien particulier avec ce club. Mon père y a joué et mon oncle en a été le directeur sportif. J’ai donc été amené à fréquenter les terrains du club depuis tout petit. Je n’arrive pas en terre inconnue. Evoluer non loin du camp des Loges n’est pas anodin en effet. Quand je repasse devant le centre de Formation, cela me fait du bien moralement. J’ai un sentiment de nostalgie le temps de quelques instants mais très vite c’est la fierté d’avoir appartenu à cette très bonne école de football qui prend place en moi. Il m’arrive d’y emmener régulièrement des amis pour leur raconter ce que j’y ai vécu. Chaque mètre carré représente un souvenir. Sur le moment, on ne se rend pas forcément compte de la chance que l’on a d’y être formé. Avec du recul, je peux vraiment affirmer que je suis très heureux d’avoir porté le maillot Rouge et Bleu. »

Tu as disputé plusieurs derbys face à Poissy avec l’équipe réserve du Paris Saint-Germain en N2 (ex-CFA). Qu’éprouves-tu comme sentiment en portant dorénavant les couleurs Jaune et Bleu de l’ASP ?

« J’ai joué trois derbys avec l’équipe B de Paris. Les matches étaient toujours très engagés, voire très chauds mais toujours avec un bon état d’esprit. C’était un match à ne pas perdre ! Il y avait toujours de bonnes équipes à Poissy qui ne nous rendaient pas les choses simples. Bien souvent, il y avait des anciens Titis dans le camp adverse. Les deux clubs étant proches géographiquement, il y avait toujours beaucoup de supporters dans les tribunes. C’est le genre de matches que tout footballeur aime disputer. J’étais très jeune lorsque j’ai été amené à participer à ces rencontres, ce fut un vrai accélérateur dans mon plan de formation. »

Tu resteras dans l’histoire du Centre de Formation pour avoir été champion de France U19 à deux reprises ! Il y a plus de dix ans déjà…

« C’est comme-ci c’était hier… Rien que d’en parler j’en ai des frissons. Quand je croise des anciens Titis, on en reparle toujours. Remporter deux titres consécutifs, ce n’est pas rien ! Notre coach David Bechkoura y fut pour beaucoup. Il était très dur mais juste. Il a su nous transcender dans les moments clés de ces deux saisons. Lors de chaque match, nous étions très attendus car nous représentions un club mythique. Malgré cette pression, on rentrait sur le terrain avec une confiance incroyable envers chaque coéquipier. A chaque coup d’envoi, nous étions persuadés qu’on allait gagner. Je n’ai jamais retrouvé cette sensation par la suite. C’était comme une sensation que rien de mal ne pouvait nous arriver. A l’image des différentes séances de tirs au but lors de la phase finale en 2010 où j’ai stoppé plusieurs ballons. Etre champion de France avec ses potes de Formation, c’est fabuleux à vivre. On vit tellement de choses en commun durant notre adolescence, que nous sommes tous liés à vie. Bonifier cette amitié avec des titres, c’est magnifique ! »

Tu évolues au poste de gardien de but. Un poste à part ?

« Je ne me suis jamais senti vivre en marge d’un groupe, car j’ai toujours fait l’effort d’aller vers les autres. Beaucoup de gardiens sont réservés et sont un peu en retrait. A Paris, je m’entendais bien avec tout le monde, notamment avec les cadres de mon équipe. Il n’y a pas de mystère, les bonnes performances sur le terrain permettent de se faire accepter ou non. Si je n’avais pas été décisif, j’imagine que j’aurais vécu plus difficilement mon cursus de formation. S’agit-il d’un poste à part pour autant ? Je dirais plutôt un groupe dans le groupe ! Il est vrai que nous avons un entraînement spécifique car ça demande une certaine technique. Le poste a également évolué, avec un jeu au pied beaucoup plus présent. Avant de juger un gardien pour son jeu au pied, il est avant tout présent pour préserver son but. Il doit avoir une certaine prestance, dégager de l’assurance, savoir communiquer, être bon sur sa ligne et dans les airs. Nos performances sont analysées de manière plus précises avec la vidéo. Quant aux datas, je m’en méfie. Un clean-sheet veut tout dire et rien dire à la fois ! »

Lors de la décennie écoulée, le Paris Saint-Germain a formé un très grand nombre de gardiens de but qui évoluent au plus haut niveau. Le fruit du hasard ?

« Tout sauf un hasard ! Bien au contraire, c’est le résultat d’une méthodologie de travail qui fonctionne très bien. Areola, Maignan, Diaw, Descamps, Mpasi, Cibois, Franchi… C’est exceptionnel ! Sans citer ceux qui comme moi évoluent du N1 au N3. Voir mes anciens coéquipiers tout en haut me motive forcément pour les rejoindre. J’ai connu la L1 avec Evian, j’ai hâte d’y regoûter. Cela prouve surtout que l’école des gardiens de but est excellente. Pouvoir s’entraîner avec ceux du groupe professionnel permet de progresser encore plus rapidement. »

A l’image de ta nouvelle équipe (leader du groupe A de N2, avec 4 victoires en 4 matches), tu réalises un très bon début de championnat. Quelles sont les clés de votre réussite actuelle ?

« Tout le monde tire dans le même sens ! C’est quelque chose que je ne comprenais pas lorsque j’étais plus jeune. Il ne suffit pas d’avoir les joueurs les plus forts individuellement pour s’en sortir, mais onze mecs qui ont la même détermination et qui approuvent le discours du coach. Avec un tel état d’esprit, ça ne peut que fonctionner. Nous allons tout faire pour entretenir cette bonne dynamique le plus longtemps possible et pourquoi pas revoir nos objectifs à la hausse. Ce serait une juste récompense pour toutes les personnes qui travaillent au club. On m’a accueilli avec bienveillance. Je vais tout faire pour être à la hauteur de leur dévouement. »

PROFIL

Date de naissance : 27 mai 1992
Lieu de naissance : Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine)
Poste : Gardien de but
Clubs successifs : Racing CF (1997 à 2004) – Paris Saint-Germain (2004 à 2012) – Evian TG (2012 à 2014) – FCM Aubervilliers (2015 à 2016) – Entente SSG (2016 à 2019) – Vannes OC (2020 à 2021) – FC Annecy (2021 à 2022) – AS Poissy (depuis juillet 2022)

Palmarès avec les jeunes du Paris Saint-Germain : Champion de France U19 (2010 & 2011)