[News-Anciens] Sébastien Cibois (Stade Brestois/L1) : « Pas de place au PSG pour un gardien formé au club »

Publié le

Direction la Bretagne pour prendre des nouvelles de l’ex-Titi du PSG Sébastien Cibois (22 ans) qui évolue désormais au Stade Brestois (L1), après avoir quitté le PSG en septembre 2019.

Le gardien de but né à Argenteuil (95) revient en exclusivité pour LTDPSG sur son départ du club après 12 années passées en Rouge & Bleu, mais également sur la complicité tissée avec Gianluigi Buffon et Alphonse Areola.

Confinement dû au COVID-19

« Je suis rentré sur Paris, plus exactement dans le 77 chez ma copine. Il y a un jardin où je peux suivre plus facilement le programme concocté par mon club. Le staff a créé un groupe WhatsApp sur lequel on nous transmet des fiches à remplir quotidiennement. Ce n’est pas facile car le football me manque terriblement. On se demande tous quand pourra t’on reprendre les entraînements ? Nous n’avons pas l’habitude d’une telle situation. »

Suppression de l’équipe réserve du PSG

« En mai, j’avais fait part au club de mon souhait d’être prêté. Si tel n’était pas le cas, j’aurais demandé à partir du club. Antero Henrique et Maxwell avaient pris note de ma demande. Puis est intervenue la suppression de l’équipe réserve. La direction sportive a changé. Leonardo est arrivé. Rémy (Descamps) et moi-même avons été mis de côté, car le club avait déjà fait son choix pour les quatre gardiens. »

PSG : Sébastien Cibois résilie son contrat - Le Parisien

Sa mise à l’écart

« Nous nous sommes entraînés avec un effectif réduit, sous la coupe de Vincent Guérin. C’était une situation très compliquée à vivre. Nous avions tous la pression de trouver un club avant la fin du mercato. J’étais content pour mes coéquipiers qui trouvaient un point de chute. Pour ma part, je me disais que j’avais réalisé une bonne saison en CFA et que mes conseillers allaient faire le nécessaire pour me trouver un projet. J’ai pris mon mal en patience, j’ai bossé comme d’habitude. Les semaines ont passé, je ne voyais rien venir… Soi-disant il y avait des pistes, mais je n’ai eu aucun retour. Le 2 septembre à 23h30, j’ai souhaité rompre mon contrat avec le PSG ainsi qu’avec mes agents. »

Ses essais en Espagne

« J’ai opté pour une nouvelle société de conseil qui m’a permis de réaliser des essais en Espagne. J’ai passé deux semaines à l’Atletico Madrid. Après avoir convaincu le staff la première semaine, ils m’ont demandé de rester une semaine supplémentaire. Le club était d’accord pour me faire signer, mais qu’en juillet 2020. Je n’ai pas donné suite. Même chose avec le Celta Vigo, le staff est séduit, mais pour rejoindre le club qu’en juillet 2020. Je n’ai également pas donné suite. »

Ses 6 mois sans compétition

« Une chose est claire, je n’ai jamais voulu stopper le football. C’est ce que j’aime le plus au monde. Le football, c’est ma passion ! C’est tout pour moi ! Quand mes précédents agents m’ont conseillé de signer avec une CFA ou une CFA2, je me suis dit qu’ils allaient un peu loin dans leur raisonnement ! Là j’ai pris conscience qu’il fallait que je prenne mon destin en main. J’ai donc bossé dur et la porte s’est ouverte en Bretagne. »

Son essai au Stade Brestois

« Alors que je m’entraînais à l’ACBB pour entretenir ma forme, mes conseillers m’ont obtenu un essai à Brest fin 2019. L’un des gardiens était blessé. J’y suis allé deux semaines. J’ai participé à des entraînements ainsi qu’à un match amical face à l’US Avranches, où de nombreux ex-Titis du PSG venaient de signer, notamment mes deux meilleurs amis Alec Georgen et Lorenzo Callegari. Il y avait également Samuel Essende et Hicham M’Laab avec qui j’avais joué au PSG. Ils avaient d’ailleurs milité pour que je signe avec eux, mais je ne me voyais pas être N°2 dans un club de N1. »

Cibois Instagram posts (photos and videos) - Picuki.com

Sa signature au Stade Brestois

« Le Stade Brestois m’a offert un contrat de deux ans et demi. Je suis le N°3 dans la hiérarchie, tout en sachant que le N°2 arrive en fin de contrat en juin prochain. A ma signature, le staff m’a dit que je devrais évoluer dans la hiérarchie. »

Son intégration à Brest

« L’état d’esprit du groupe est très familial. On vit tous bien ensemble. C’est tout autre chose qu’au PSG, où l’ambiance était celle d’une entreprise. Il n’y avait pas de place pour l’affection. Ca fait du bien de retrouver ce type d’ambiance, ça me rappelle un peu ce que j’ai connu plus jeune. Sur le plan de la qualité, il y a forcément une différence de niveau avec le PSG. C’est incontestable même si ici il y a de très bons joueurs. Les infrastructures sont excellentes, à l’image du terrain hybride où l’équipe dispute ses matches. Sinon, j’habite une maison qui possède un jardin. Je suis bien installé, il ne me reste plus qu’à tout faire pour gagner ma place ! »

Différences entre le Stade Brestois et le PSG

« Au Stade Brestois, on bosse davantage qu’au PSG. A Paris, les séances étaient basées sur l’entretien physique et la conservation du ballon. Ici, on travaille la force, l’endurance, la tactique… C’est normal car le club arrive de L2 et pour tenir 90 minutes face à des équipes du haut de tableau il faut être au top sur le plan du cardio. L’autre grand changement est sur l’aspect médiatique, un monde sépare les deux clubs ! A Brest, il n’y a pas autant de journalistes. De plus, il n’y a pas de vidéos ou de photos de nos séances d’entraînement comme c’est le cas au PSG tous les jours. D’ailleurs, ça m’a permis de lâcher un peu les réseaux sociaux. Au PSG, j’avais ce besoin d’entretenir mon image. Etant donné que le Stade Brestois est moins porté sur cela, ça force les joueurs à vouloir moins posté de photos ou de vidéo, ce n’est pas plus mal. »

On était vraiment fusionnels» : Sébastien Cibois raconte sa saison ...

Sa complicité avec Areola et Buffon

« Evoluer à leur compagnie m’a permis de grandir en tant qu’homme, tout simplement. Dans n’importe quelle situation, ils savent rester humbles. Deux vrais bonhommes ! A mes yeux, « Gigi » est le meilleur gardien de l’histoire de notre sport. Je l’admirais énormément avant sa venue au PSG, c’était déjà une idole pour moi ! Le voir me donner des conseils, c’était dingue ! Même lui, il me disait qu’il pouvait être mon père en rigolant… Nous avions une super entente. Il était toujours de bonne humeur, il chambrait tout le temps lors des entraînements. Il ne se prenait pas au sérieux, mais il bossait dur. Il m’a attitré un surnom « Ciboy’s » ! Depuis c’est resté ! On se parle encore sur un groupe Whatsapp que nous avons créé tous les trois. J’ai d’ailleurs encore du mal à réaliser qu’un aussi grand footballeur sache rester aussi simple. C’est vraiment quelque chose d’incroyable ! Quant à Alphonse, il a vécu la même situation que moi, mais en moins pire bien sûr. Il évolue désormais dans le meilleur club du monde et il s’y plaît beaucoup. Etant donné qu’il avait déjà été prêté à Villareal, il maîtrise l’espagnol ce qui a facilité sa venue au Real. Il est réellement épanoui car il évolue dans une institution avec de très grands joueurs. Je ne pense pas qu’il revienne un jour au PSG, surtout avec le traitement qu’il a subi. Soit il s’imposera au Real ou alors je le vois bien tenter sa chance en Premier League. Son objectif est celui d’être le N°1 de l’équipe de France. Je n’oublie pas Gianluca Spinelli, notre entraîneur des gardiens, qui a également joué un rôle important dans notre bonne entente. »

Ses meilleurs souvenirs au PSG

« La victoire à la Al Kass International Cup à Doha en 2015. Nous avions une incroyable génération, composée des promotions 98 et 99. Je n’oublie pas notre beau parcours en championnat de France U17 la même saison. Malheureusement nous avions été battus par Lorient en finale. Et puis la signature de mon premier contrat professionnel et mon passage dans le groupe professionnel. La récompense de nombreuses années de travail ! »

Premier contrat professionnel pour Sébastien Cibois | Paris Saint ...

Ses moins bons souvenirs au PSG

« La résiliation de mon contrat. J’aurais souhaité que cela se passe autrement, mais c’est le foot ! Chaque blessure subie a été une sorte d’apprentissage. Dans l’absolu, je n’ai aucun regret. »

La place des jeunes gardiens au PSG

« Avant la venue des Qataris, les jeunes pouvaient réellement espérer avoir leur chance. Alphonse est le seul à l’avoir eu ensuite, mais dorénavant il n’y a plus personne. Le club ne souhaite que des Stars ! Pour qu’un jeune s’impose dans les buts, il faudrait que le club explose et que les Qataris s’en aillent… Par contre, ils sont obligés de conserver le centre de Formation car il reste le meilleur de France. Ce qui est le plus regrettable, c’est de ne voir aucun joueur de ma génération au club ! Je suis persuadé qu’en mettant les Georgen, Callegari, Ikone, Edouard, Doucouré, Zagadou, Soumaré dans une même équipe, on finirait dans le top 5 de la L1 ! »

cibois hashtag on Twitter

Ses ambitions à 22 ans

« J’ai signé un contrat jusqu’en juin 2022. Mon but est de devenir le N°1 ou N°2 à Brest. Si je peux devenir directement le N°1, je ne me gênerais pas ! Si tel n’est pas le cas, je m’orienterais vers un prêt dans un club de L2 où je souhaiterais faire une saison pleine. Mes deux grands objectifs sont de disputer un jour la Ligue des Champions et de rejoindre l’équipe de France A. »

Son mot de la fin

« Je resterai un Titi du PSG à vie. Je n’oublie pas tout ce qu’on a pu me transmettre. Je sais d’où je viens ! »