[News-Anciens] Souleyman Doumbia (SCO Angers/L1) : « Ce ne sont pas toujours les meilleurs qui arrivent au sommet »

Publié le

Direction le Maine-et-Loire pour prendre des nouvelles de l’ex-Titi Souleyman Doumbia (23 ans) prêté au SCO Angers (L1) par le Stade Rennais (L1) depuis janvier 2020.

Le défenseur né à Paris revient en exclusivité pour LTDPSG sur ses débuts en L1, mais également sur ses 7 années vécues au PSG .

Confinement dû au COVID-19

« Je suis rentré sur Paris, auprès de ma famille. Ca va bien, on vit avec les règles de sécurité. On s’adapte, il n’y a pas le choix. Je fais du footing en soirée. Je joue au foot dans le jardin, mais c’est frustrant car j’aimerais pouvoir jouer sur un plus grand espace. Sinon je regarde des films pour occuper mes journées. »

OFFICIEL - Rennes signe le latéral gauche Souleyman Doumbia ...

Son départ du PSG

« Etant donné que le PSG ne m’offrait pas de réelles garanties, j’ai accepté le projet du FC Bari (Serie B) en septembre 2016. Ce club m’a fait la meilleure proposition contractuelle ainsi que sur le plan sportif. Je n’ai pas hésité une seule seconde pour aller en Italie. Mais une fois sur place, les choses n’ont pas été aussi simples que ça… Mon intégration fut difficile (ndlr : 5 apparitions), notamment à cause de la langue et de la mentalité. Un vrai choc climatique ! J’ai ensuite été prêté à Vicenza (Serie B) après l’hiver, sans guère plus de réussite (ndlr : 3 apparitions). Ca été très compliqué en Italie notamment à cause du racisme, présent dans les tribunes mais aussi à l’intérieur des clubs. Découvrir cela à 19 ans, c’est rude ! Mais ça m’a forgé en tant qu’homme. Aujourd’hui je sais ce que je veux ou ce que je ne veux pas. Je suis plus apte à prendre des décisions. »

Sa relance en Suisse

« Le FC Bari m’a de nouveau prêté, mais ce coup-ci en Suisse au Grasshopper de Zurich (D1). Je suis arrivé à Zurich seulement deux semaines avant la reprise du championnat. Malgré cela, le coach a tenu à me titulariser d’entrée ! Après une première saison réussie (ndlr : 35 apparitions ttc), le club Suisse m’a définitivement engagé. J’ai réalisé un bon début de saison (ndlr : 16 apparitions ttc), au point d’attirer les regards. Plusieurs clubs allemands de Bundesliga étaient intéressés, mais j’ai opté pour le Stade Rennais.»

Mercato-Anciens] Souleyman Doumbia (Stade Rennais FC) vers le SCO ...

Sa venue au Stade Rennais FC

« Signer à Rennes, c’était comme une sorte de revanche sur la France ! Ou plutôt sur moi-même, sur le fait que je n’ai pas été assez sérieux plus jeune. Je voulais me prouver que j’avais le niveau pour jouer en L1. Le Stade Rennais est un très bon club, avec un très bon projet et pas trop éloigné de Paris où réside ma famille. Ces dernières années, j’ai très peu vu mes proches. Ca a compté aussi dans mon choix. Malheureusement, je me suis blessé juste après ma première titularisation. Ensuite, il y a eu des décisions que j’ai eu du mal à comprendre. J’avais besoin de jouer (ndlr : 10 matches ttc), j’ai donc accepté un prêt au SCO Angers l’été dernier. A Angers, j’ai retrouvé du temps de jeu, avec un projet super intéressant. Le coach et le directeur sportif m’ont vraiment montré leur intérêt. Je n’ai pas hésité. Ca se passait très bien avant le confinement.»

Son avis sur la L1

« Etre pro n’est pas un aboutissement. Tu peux acquérir ce statut n’importe où sur la planète ! Le niveau de la L1 est bon, mais je sais que si je joue régulièrement, tout peut aller très vite. Mon ambition est d’enchaîner les matches, puis on verra bien là où ça me mène. J’ai des qualités intrinsèques, comme mon endurance, ma vitesse, qui me permettent de tenir le rythme. J’ai fait de grands progrès mentalement et tactiquement. Je gère mieux les temps forts et les temps faibles, en fonction de si on a le ballon ou pas. »

Mercato - Rennes : Souleyman Doumbia en route pour Angers | Goal.com

Son passage au PSG

« Comment ne pas mettre en avant ma promotion née en 96 ! Très peu d’observateurs avaient misé sur nous. Alors oui, Kingsley (Coman) et Moussa (Dembélé) étaient souvent mis en avant, mais pas les autres joueurs. Au final, la plupart évoluent au plus haut-niveau. On a réalisé un beau truc quand même ! Souvent, les promotions 95 et 97 étaient davantage regardées que la nôtre. Je ne peux pas ressortir un moment en particulier, on y passerait des jours ! Je retiens surtout notre complicité, nos moments de rigolade. Même si je n’ai que 23 ans, je peux affirmer qu’il s’agit des plus belles années de ma vie à ce jour.»

Ses regrets avec le PSG

« J’étais arrivé à un stade où je n’étais plu compatible avec le PSG, ou le PSG avec moi…Je n’étais pas satisfait du projet qui m’était proposé. Il n’y avait plus d’entente, mais cela ne veut pas dire que j’en veux aujourd’hui au PSG ! Cela reste mon club formateur où j’ai tout appris. C’était la fin d’un cycle, je n’ai aucun regret. Qui sait ? Peut-être y reviendrais-je un jour ? »

News-Anciens] Bon Anniversaire à Souleyman Doumbia - Les Titis du PSG

La place des jeunes au PSG

« Chaque année, il est possible de voir des jeunes du centre de Formation intégrer le groupe professionnel. Mais dans ce PSG là, il s’agira d’exceptions ! Ce qui me chagrine, c’est la suppression de l’équipe réserve. J’ai joué 15 matches avec cette équipe, ce qui m’a permis de donner une réelle continuité à ma formation. Certes, ce n’était pas un niveau qui faisait rêver (ndlr : N2, ex-CFA), mais il s’agissait du football des adultes. Même si ce n’était pas des joueurs exceptionnels face à nous, il fallait tout de même aller au combat pour gagner les matches. Ca nous permettait de nous aguerrir. Quand tu joues en U17 Nationaux ou U19 Nationaux, tu rencontres d’autres centres de Formation avec des jeux qui se ressemblent. Il faudrait qu’on m’explique ce qu’ils vont faire dorénavant des jeunes qui ne joueront pas en pro après les U19 ? Ils vont en faire quoi de tous ces joueurs ? Si tu n’es pas un crack très tôt, ça va s’avérer très compliqué. Dans une promotion, il y a 7-8 bons joueurs, mais tous ne peuvent pas signer pro. C’est pour cela que les Titis ne doivent pas forcément penser qu’au PSG. Il ne faut pas avoir peur de partir, mais quand on signe au PSG, c’est bien souvent parce qu’on aime le club depuis tout petit et qu’on rêve d’y jouer en pro. Mais… »

Son mot de la fin

« Je ne sais pas quoi dire ! (rires) Que ce fut un entretien très enrichissant, un réel plaisir comme toujours. Au final, en lisant les interviews de tous les ex-Titis je m’aperçois que nous sommes tous sur la même longueur d’ondes. A savoir qu’il ne faut jamais rien lâcher ! J’adresse d’ailleurs un message d’encouragement à tous les Titis dont on ne parle pas, ceux qui sont en seconde ligne : sachez que ce ne sont pas toujours les meilleurs chez les jeunes qui arrivent au sommet ! »

Stade Rennais - Mercato : Souleyman Doumbia s'engage jusqu'en 2022