[News-D1F] Echouafni : « On s’attaque à un monstre, un ogre qu’est l’OL avec l’expérience qu’elles ont »

Publié le

Alors que son équipe a été isolée une semaine en raison du Covid-19, l’entraîneur du PSG féminin Olivier Echouafni a dû s’adapter mais estime que son groupe est prêt pour le choc contre l’OL, ce mercredi, en quart de finale aller de Ligue des champions, au Parc des Princes (18 heures).

Comment avez-vous fonctionné avec votre groupe à l’isolement durant une semaine pour préparer ce choc face à l’OL ?

« On a essayé de garder le lien à travers la visio. L’avantage c’est qu’on est quand même en pleine saison, sur le plan athlétique, les filles sont plutôt au point. Une semaine d’arrêt à ce niveau-là, c’est vrai que ça reste important. Mais il n’y aura pas forcément d’incidences en vue de nos prochaines échéances. Oui il y a une inconnue, mais on va essayer de se mettre dans les meilleures conditions en vue du retour à Lyon. On sait que ça ne va pas être facile. On vient de vivre huit jours sans entraînement, et on s’attaque à un monstre, un ogre qu’est l’OL avec l’expérience qu’elles ont, leurs cinq titres consécutifs en Ligue des champions. Pour nous, c’est un vrai défi. On va tout faire pour être au niveau. »

Le camp lyonnais a critiqué le PSG après le report du choc en Championnat qui était prévu le 13 mars. Cela fait partie du jeu ?

« Oui. En même temps je comprends aussi l’agacement de Lyon, du président Aulas. Je pense que je l’aurais été tout autant. Maintenant, on vit quand même une situation très particulière. J’étais dans l’attente notamment des décisions médicales, et ce qui primait avant tout c’était que les joueuses soient protégées, le staff aussi. Pour nous, il n’y avait pas de débat possible. On voulait jouer ce match, mais on n’a pas pu le faire. On nous a pas mal critiqués sur le fait qu’on n’avait pas voulu aller jouer. Mais croyez-moi que les joueuses étaient déterminées à l’idée de se déplacer à Lyon pour cette journée de Championnat. En aucun cas on ne voulait pas y aller. »

Tout le monde est apte cette fois-ci ? Tout le monde est négatif au Covid-19 ?

« On a passé les tests ce matin, on aura la réponse dans la soirée. La dernière fois on les a passés le jeudi, on a eu les résultats dans la journée du vendredi. On est soumis à ça. On espère de tout coeur qu’on pourra compter sur tout le monde. Les trois joueuses qui étaient positives (Charlotte Voll, Sandy Baltimore et Bénédicte Simon) sont de retour. »

Comment avez-vous vécu la semaine, entre l’attente pour votre qualification en C1 et les critiques de l’OL, en ne pouvant pas être avec vos joueuses ?

« On essaye de prendre du recul. Il a fallu s’adapter à la situation. Oui, on a été critiqué mais à un moment donné il faut se rendre compte de la situation dans laquelle on vit. On est dans une région où il y a une augmentation importante des cas de Covid. Cela a été particulier, car on n’avait aucune visibilité par rapport à la compétition, par rapport à ce match retour de Ligue des champions. Sincèrement, il y a une grande frustration de la part du groupe, on avait la ferme intention de glaner notre qualification à Prague. Tout le monde a été déçu, mais on s’est adapté à la situation. Prague nous avait demandé si on pouvait inverser et décaler les dates à l’aller, on avait été à l’écoute. Finalement, on a perdu sur tapis vert ce match retour (0-3, victoire 5-0 à l’aller), on accepte la décision de l’UEFA, mais ça ne fait pas forcément plaisir. On aurait aimé gagner notre qualification sur le terrain. »