[News-Formation] Hawa Cissoko élue meilleure Axiale Droit de la décennie formée au PSG

Publié le

Vous êtes plus de 900 à avoir voté pour élire la meilleure Axiale Droit de la décennie, formée au PSG. C’est Hawa Cissoko (née le 10 avril 1997) qui compte le plus grand nombre de citations (524 voix), devançant Léa Kergal (166 voix). Le podium est complété par Wanda Meredith Eyana-Yana (97 voix).

Lire aussi > Alice PinguetSantana SahraouiAlice Sombath

Avide de taper dans la balle, cette fan de l’ancien Barcelonais Carles Puyol a en effet attendu longtemps avant d’enregistrer sa première licence en club.

Coureuse de semi-fond, également sprinteuse sur 50 mètres, elle quitte l’athlétisme pour le FC Solitaire Paris Est à 13 ans : « Avant d’entrer en club je jouais quand même déjà au foot, raconte la joueuse. J’étais à fond, dès qu’on pouvait jouer au foot, à l’école ou ailleurs, j’en profitais. Je faisais les tournois, j’aimais ça ». Dans ce club du 19ème arrondissement de la capitale, celle qui joue alors attaquante, décide de se positionner en tant que défenseure. La raison ? Elle ne joue qu’avec des garçons.

Des débuts compliqués, qu’elle fait un peu seule, sa famille ne la soutenant d’abord pas trop. Jusqu’à son arrivée à Paris en 2013. « Lors de ma dernière année avec les garçons, le président de mon club m’a demandé si ça me plairait de faire des essais à Lyon ou à Paris. Je lui ai donc directement dit Paris », explique Hawa. « Quand j’en ai parlé à mon père, il s’est moqué de moi, il ne m’avait jamais vu jouer et pour lui les filles ne jouaient même pas au foot (sourire) », rembobine-t-elle ainsi.

Après un premier essai fructueux, elle est rappelée pour le test décisif. « On avait fait un match contre les U19 nationales de Paris. Et à partir de ce jour-là mon frère Bouba, qui m’avait emmenée, s’est vraiment impliqué ».

Tout s’enchaîne très vite pour elle. Directement surclassée en équipe réserve des U19, elle arrive chez les U19 nationale six mois plus tard. « J’ai fait un match ou je suis entrée en tant que remplaçante au bout de 45 minutes. Apparemment j’ai fait un gros match, je suis restée et je suis devenue capitaine, pendant 1 an », avoue-t-elle en toute simplicité. Son arrivée chez les pros, où elle signe un contrat en 2015, lui permet de réaliser un rêve d’enfance.

Mais la concurrence est rude, et elle n’arrive pas à s’installer au sein de la défense à trois instaurée par Patrice Lair. Elle remporte toutefois le titre de champion de France U19 en 2016, sous la coupe de Pierre-Yves Bodineau, mais aussi l’Euro U19 avec les Bleuettes. « Elle était quand même très importante dans le groupe, par exemple en Ligue des Champions, la défend Lair. Elle était présente, toujours disponible et positive par rapport aux autres ! ».

Une qualité qui lui a valu de partir à Marseille (après 7 matches disputés en D1F avec le PSG), alors que Lille était une autre option : « Avant de rechercher une joueuse, on recherchait une personne bienveillante, susceptible de venir étoffer notre aventure, pose ainsi Christophe Parra, son nouveau coach. Il nous fallait quelqu’un de rapide, qui soit très bon dans les tacles. Une jeune joueuse qui puisse être éduquée sur le plan sportif, à l’image de ce que nous essayons de développer au sein de la section. Hawa répondait à tous ces critères. C’est quelqu’un qui a envie d’apprendre, pour moi c’est un leader « transformationnel ». Même si elle est très jeune, elle a énormément de caractère. Et elle est tellement respectueuse des personnes et du jeu, passionnée par le foot…», la complimente ainsi le tacticien olympien, qui tempère : « Après, elle doit se perfectionner dans sa prise d’information ».

Hawa Cissoko, droit au but - Foot d'elles

La « Cissokance », surnom qui lui a été donné par Maeva Salomon, lors d’un tournoi de jeune, sait qu’elle a encore beaucoup de progrès à faire, et se félicite de son intégration dans un groupe à son image : « On est un bon groupe, on arrive à s’éclater et à travailler, et pour moi c’est la clé de la réussite ».

En plus du foot, elle s’est consacrée aussi à l’obtention de son diplôme de BPJEPS – qui devrait être complété par d’autres – lui permettant d’exercer en tant que formatrice et éducatrice plus tard. Un souhait qui lui est cher, tout comme son envie assumée d’ouvrir un centre sportif, qui mélangerait des personnes handicapées et des personnes valides : « Ma motivation vient du fait que j’ai un petit frère trisomique. Il a toujours voulu faire du sport, était fan de foot. Mais moi je savais comment ça se passait dans les clubs, qu’il allait être victime de harcèlement. En pensant juste à ça, je pleurais », explique-t-elle cette fois d’un air grave.

RDP Corée - France en images - FIFA.com

L’idée ce serait d’organiser des journées à thème. Ils seront par équipe, avec 2 personnes valides et deux autres, handicapées physique ou mentale, pose-t-elle. Ils devront faire des activités ensemble, et gagner, par équipe. Le but serait de sensibiliser les enfants parce que souvent la discrimination vient d’eux. Ça leur prouverait que ce n’est pas parce qu’une personne est handicapée qu’elle est moins forte ». Elle se laisse du temps pour se lancer vraiment dans le projet (ses 25 ans), mais commence à se constituer un réseau, comme lorsqu’elle a participé aux Etoiles du sport où elle a rencontré son idole, Marie-Josée Perec.

Après 11 matches disputés en D1F sous le maillot olympien, elle s’engage avec l’ASJ Soyaux en juillet 2018. Titulaire indiscutable, elle compte à ce jour 37 apparitions (36T+1R) jusqu’à l’apparition du COVID-19.

D1 Arkema : Hawa Cissoko (ASJ Soyaux) : "On est remonté comme ...

En décembre dernier, elle a participé à Tours à un match de charité avec les « Frères Footballeurs » (famille Pogba) pour favoriser l’accès à l’eau potable et à l’éducation dans ce pays d’Afrique de l’Ouest. Ca, c’est Hawa…

L’avis de Nyto, Président-Fondateur de LTDPSG

« Hawa Cissoko aurait formé une sacrée doublette axiale avec la jeune Alice Sombath. 36 sélections en équipe de France chez les jeunes et 2 autres avec les A, tout simplement respect ! Elle aura véritablement marqué de son empreinte cette décennie écoulée, non pas parce qu’elle a rejoint l’OM en 2017, mais tout simplement par son talent qu’elle exprime désormais en D1 Féminine à Soyaux. Simple et souriante, Hawa affiche un caractère et un charisme qui lui permettent de faire l’unanimité parmi ses coéquipières. C’est un véritable roc qui est difficilement délogeable, une guerrière, une battante ! La force tranquille qui contribua largement au titre de champion de France U19 en 2016. »

Prochain RDV : Meilleure latérale gauche