[News-Pros] C1 : Focus sur le jeu du RB Leipzig

Publié le

Après une soirée pleine d’émotion pour le 50eme anniversaire du club, les Parisiens les plus assidus – Kylian Mbappé en tête – ont certainement visionné la seconde affiche de ce « Final 8 ». L’occasion était trop belle. Il ne fallait pas manquer cette première séance vidéo en mondiovision. Si ce Leipzig – Atlético n’était pas l’affiche la plus alléchante du tableau, il mettait aux prises deux formations que tout oppose : le style et l’esprit. Et dans ce deuxième combat de la semaine, c’est le club allemand qui a eu le dernier mot (2-1). Alors, quelles observations peut-on noter sur le prochain adversaire du PSG ?

Une équipe joueuse

Comme l’Atalanta, Leipzig fait sensation en explorant ces altitudes pour la première fois de son histoire. Mais c’est surtout dans son expression collective que la formation de Julian Nagelsmann présente des similitudes avec la Dea. Elle n’en est pas un calque, elle a ses propres singularités, mais elle la rejoint dans ses intentions de jeu : volume de courses, intensité, fluidité, disponibilité, vitesse de transmission et projections en nombre sont des caractéristiques bien visibles dans l’équipe de Nagelsmann. Leipzig est également articulé autour d’un système atypique – le 3-4-3, qui se distingue légèrement du 3-4-1-2 de la Dea – dont Kampl et Sabitzer sont les deux plaques tournantes.

https://www.leparisien.fr/resizer/AaNsOrTKmX5Do2TgMHYmyVIKl7k=/932x582/cloudfront-eu-central-1.images.arcpublishing.com/leparisien/7L32NETNGN6BR2BU7YZ5AVCXJU.jpg

Enfin, le RB Leipzig présente quelques gros frappeurs dans ses rangs. L’ancien Titi parisien Christopher Nkunku s’est souvent montré décisif à mi-distance. Ce jeudi soir, c’est Tyler Adams qui a délivré les siens d’un tir contré à l’entrée de la surface.

Upamecano, patron d’une défense à 3

En seconde période, lorsque l’Atlético est sorti dans son temps fort, le club allemand a été au bord de la rupture, avec plusieurs situations de un-contre-un. Les Colchoneros ont d’ailleurs égalisé sur penalty (par Joao Félix) quelques minutes après une première action litigieuse.

https://i.inews.co.uk/content/uploads/2020/08/PRI_161129487.jpg

Mais le Français Dayot Upamecano, en dehors de cette phase de flottement, endosse clairement le lead de cette défense. En difficulté depuis le restart, le natif d’Évreux a répondu présent dans ce grand match.

L’exploitation des côtés

Comme tous les équipes construites sur la base de ce schéma, le RB Leipzig s’appuie sur ses deux pistons. Très actifs, toujours disponibles, Laimer et Angelino sont deux joueurs caméléons que les Parisiens devront surveiller. Les situations de surnombre dans les demi-espaces permettent également à d’autres éléments de se greffer pour porter le danger.

RB Leipzig 2 - 1 A Madrid - Match Report & Highlights

Sur l’ouverture du score contre l’Atlético, c’est ainsi Sabitzer qui a distillé un centre limpide sur la tête décroisée d’Olmo après un mouvement collectif de haut vol initié par Halstenberg. Sur le but victorieux, Sabitzer est cette fois-ci à l’avant-dernière passe et c’est le piston gauche Angelino qui a décalé Adams.

L’absence de Timo Werner

Leipzig a tenu le ballon dans des proportions importantes (58% de possession), a multiplié les situations sans pour autant collectionner les occasions nettes. En ce sens, l’absence de Werner se fait sentir. Cela se traduit d’ailleurs dans le total de tirs, quasi égal (10 contre 9), face à une équipe qui n’est véritablement sortie qu’une vingtaine de minutes. Avec son fond de jeu, l’équipe de Julian Nagelsmann peut s’appuyer sur des circuits bien huilés, mais Timo Werner en était le facteur X, aussi bien pour son rendement que pour sa polyvalence.

RB Leipzig - Atlético de Madrid (2 -1) : Les 5 leçons à retenir de ...

Le trio Poulsen-Olmo-Nkunku, mobile et habitué aux permutations, peut manquer de créativité dans les trente derniers mètres. En résumé, Leipzig apparaît un peu moins incisif offensivement que l’Atalanta, mais un peu plus consistant derrière. Le PSG a les atouts pour annihiler ses plans. Ce sera un combat intense, encore une fois.