[News-Pros] Di Maria : « Faire en sorte d’être toujours au meilleur niveau »

Publié le

Avant de recevoir le Stade de Reims ce dimanche au Parc des Princes, Angel Di Maria est revenu pour PSG TV sur la première partie de saison du Paris Saint-Germain.

Angel, comment te sens-tu ? Tu reviens tout juste sur le terrain après une absence due à la Covid…

« Eh bien, en fait je me sens très bien. Dieu merci, je n’ai eu aucun symptôme, j’ai juste patienté à la maison que les jours passent pour reprendre l’entraînement. Mais, bon, c’est normal. Je crois que mon dernier match complet remonte au 22 décembre. Petit à petit, je me sens mieux, j’ai plus de rythme et c’est important. »

Paris a terminé l’année avec une large avance en championnat. C’était important pour vous, après la déception de la saison passée ?

« Je pense que cette année nous avons commencé très fort, avec l’envie d’essayer de tout gagner à nouveau et c’est l’important. Mais je pense aussi que le championnat français a beaucoup grandi, et petit à petit il s’est beaucoup amélioré. Toutes les équipes vous offrent de grands matches, pas seulement nous, alors je ne pense pas que ce soit facile d’y évoluer. Après, les critiques sont normales dans ce milieu. Mais nous devons ne penser qu’à nous, travailler tous les jours, être à 100% et faire en sorte d’être toujours au meilleur niveau. »

Justement, pour atteindre le meilleur niveau, comment s’opère l’intégration des nouvelles recrues ?

« Quand un joueur arrive lors d’une nouvelle saison, je pense qu’il est difficile de pouvoir s’adapter dans la foulée, et de pouvoir former une équipe parfaite d’un seul coup. Ce n’est pas facile, et même avec les meilleurs joueurs du monde, quand on ne se connaît pas encore, il faut créer cette connexion. Mais on essaye petit à petit d’assembler toutes ces pièces et les choses s’arrangeront d’elles-mêmes. L’important c’est de gagner, c’est la victoire. C’est ce qui nous donne aussi la confiance nécessaire pour continuer à travailler et essayer de rassembler tout le monde autour du même objectif. »

Avec Leo Messi, vous évoluez déjà ensemble en sélection d’Argentine. Est-ce un atout de se connaître déjà, ou faut-il quand même réapprendre à évoluer ensemble dans une nouvelle équipe ?

« C’est du 50/50 ! Je pense que c’est une bonne chose d’avoir déjà une connexion avec Leo, parce que je le connais, parce que je sais où il se positionne en temps normal, où il cherche le ballon, où il a l’habitude de le prendre pour pouvoir marquer ou pour le récupérer avant un duel. Après, c’est évident que quand tu évolues en club, les mouvements des autres coéquipiers, de Kylian à Marco, de ceux qui jouent, font que ses propres mouvements sont aussi différents. Je pense que c’est un peu de tout et que petit à petit, chaque pièce va s’emboîter, qu’il va s’améliorer de plus en plus, comme le reste du groupe. »

Est-ce important de participer aussi à l’intégration des nouvelles recrues en dehors du terrain ?

« Le jour de mon arrivée, je me suis senti chez moi, comme si j’avais été ici toute ma vie. Je me suis adapté très vite, très bien. Parce que j’avais des coéquipiers comme Pastore, Pocho, Marco, Ibra, Maxwell, Thiago Motta, et qu’ils ont tous facilité mon intégration dès le premier jour. Leurs femmes ont aussi accueilli ma femme. Honnêtement, tout a été beaucoup plus facile pour moi. Donc quand Paredes est venu à Paris, ou quand Leo Messi est arrivé plus récemment, nous avons essayé à notre tour d’aider, de leur donner des conseils et de faire en sorte qu’ils s’adaptent le plus rapidement possible. Je pense que c’est la chose la plus importante, de les mettre à l’aise dès le premier jour. »