[News-Pros] Herrera : « Prêt pour finir la saison de la meilleure des manières »

Publié le

Arrivé libre dans la capitale à l’été 2019, Ander Herrera s’est imposé comme une figure de l’effectif parisien, où son bon sens et son professionnalisme font l’unanimité. Soldat dévoué, le milieu espagnol a accordé un entretien aux supports officiels du club. Extraits.

Ander Herrera se félicite du cheminement de cette saison pour les siens, malgré de nombreux obstacles. “Cette saison, j’ai beaucoup joué et personnellement je me sens bien. Je n’ai pas eu de blessures importantes, même si c’est normal d’avoir de temps à autre des douleurs. Ça fait partie du foot, surtout dans une saison comme celle-ci. Mais je me sens bien, et surtout je suis prêt pour finir la saison de la meilleure des manières. On a l’opportunité de gagner au moins un titre, sachant qu’on a déjà gagné le Trophée des Champions. Ça, c’est une vraie motivation pour nous donner envie de terminer sur une bonne note.”

Évoquant l’importance d’autres leaders du groupe comme le capitaine Marquinhos ou l’expérimenté Keylor Navas, l’ancien joueur de Manchester United garde l’espoir de coiffer Lille pour le titre. “Je pense qu’on ne doit pas penser à ce que Lille va faire, on doit jouer pour gagner, parce qu’on doit jouer la Champions League la saison prochaine et qu’il il n’y a pas beaucoup de distance entre Monaco, Lyon et nous. Donc en premier pour jouer l’Europe, et ensuite pour essayer de gagner le championnat. On fait notre travail, on ne pense pas à Lille et c’est tout.” Un discours sage et réaliste.

Surtout, Ander Herrera a tenu à adresser quelques mots aux supporters, éloignés des stades depuis plus d’un an maintenant… « Les supporters nous manquent beaucoup. Je suis footballeur, mais je suis avant tout un supporter de football. J’aime le foot, c’est toute ma vie. Je suis d’abord tombé amoureux du foot pour les supporters et l’ambiance des stades. Quand j’étais petit, chaque fois que j’entrais dans un stade, j’étais subjugué par l’atmosphère. Tout le monde chantait. Pour moi, c’est ça football. » Le message est passé.