[News-Pros] Le PSG, champion des fins de match !

Publié le

Depuis le début de la saison 2021-2022, Paris doit souvent attendre la fin de match pour souffler. Samedi 4 décembre, lors de la 17e journée face à Lens, c’est Georginio Wijnaldum qui a libéré les Parisiens en égalisant à la 92’minute (1-1, score final).

8 fois sur les 12 dernières journées de championnat, le Paris Saint-Germain a débloqué la rencontre dans les 20 dernières minutes de jeu. Un scénario qui se répète depuis la 6e journée et le match face à Lyon, le 19 septembre (victoire 2-1 pour le PSG). Alors que le match nul se dessinait, Mauro Icardi offrait un succès à son équipe à la 93e minute.

Bis repetita une semaine plus tard, à Metz, lors de la 7e journée. Cette fois, c’est le latéral Achraf Hakimi qui ravit la victoire d’un but dans les dernières secondes du match (2-1, 90+5’). Le 15 octobre, face à Angers (10e journée), il faut encore attendre la 87e minute pour que Kylian Mbappé, sur penalty, arrache un nouveau succès (2-1). Le 29 octobre, c’est Lille qui fait les frais du réveil parisien. Après avoir mené 1-0 pendant plus d’une heure, les Nordistes s’inclinent 2-1 après des buts de Marquinhos (74’) et Di Maria (88’).

Face à Nantes (J14) et Saint-Etienne (J15), le PSG s’impose par deux buts d’écart (3-1). Si le score peut donner l’impression d’une domination sans partage, il n’en est rien. Au Parc des Princes, les Canaris tiennent jusqu’à la 81e minute avant d’encaisser deux buts, un CSC et un but de Lionel Messi (87’). À Geoffroy-Guichard, comme à Lille, Angel Di Maria donne l’avantage à Paris à la 79e minute, avant que Marquinhos (90+1’) ne vienne parfaire une victoire en trompe-l’œil (3-1).

Sur un plan purement comptable, difficile de faire des reproches au PSG, champion d’automne samedi soir. Le club de la capitale compte 42 points après 17 journées, treize unités devant son dauphin marseillais. D’autant que l’an dernier, à la même époque, Paris était 3e avec 35 points. Mais les chiffres ne peuvent pas cacher l’impression lancinante que Paris est souvent en difficulté dans le jeu, et que ces victoires sur le gong sont autant dues à la hargne parisienne qu’au facteur chance. Des soucis d’autant plus difficiles à pardonner que Paris compte dans ses rangs Neymar, mais aussi l’actuel Ballon d’Or (Messi) et un joueur sans doute amené à le devenir dans les prochaines années (Mbappé).