[Revue de Presse-Anciens] Laurent Bonadéi : « Il y a de gros potentiels au PSG, il y en aura toujours, et on ne peut pas les laisser de côté » (Goal)

Publié le

L’ex-entraîneur des jeunes du PSG, Laurent Bonadéi (qui a fêté ses 50 ans le 3 novembre dernier), passé ensuite par l’OGC Nice, a été interrogé par le médial Goal sur son aventure avec Hervé Renard en Arabie Saoudite, dont il est l’adjoint auprès de l’équipe Nationale, mais également au sujet des nombreux joueurs qu’il a coachés au PSG, et notamment Presnel Kimpembe. Morceaux choisis.

Lire aussi – [Mercato-Anciens] Laurent Bonadéi nommé adjoint d’Hervé Renard avec la sélection Saoudienne

« Quand je suis arrivé au PSG, j’ai eu très vite des joueurs formatés pour le très haut niveau. Dès mon premier tournoi à  Doha, j’avais des Adrien Rabiot, Mike Maignan, Moussa Dembélé, Kingsley Coman, Presnel Kimpembe. On était avec des U16 mais l’objectif c’était de gagner. Un mois après, Rabiot intégrait les pros avec Carlo Ancelotti. J’ai beaucoup aimé cette période. Il y avait une vraie passerelle et beaucoup d’échanges entre les pros et la formation. Bertrand Reuzeau ne nous mettait pas la pression pour finir premier. Le résultat était la conséquence du travail effectué et de la qualité des joueurs. Sur chaque match, j’avais 7-8 première année. Il y avait une belle rivalité avec Lille, Lens ou Le Havre. On gagnait 3-2, 4-2, c’était accroché. Dans les rapports humains, dans l’échange, c’était passionnant parce qu’il y avait du répondant. Mes joueurs étaient amoureux du PSG à 100%. Et même si certains ont fait le choix de quitter le club, certains l’ont fait à contrecœur car ce sont des joueurs qui aiment vraiment le club. Je pense à Moussa Dembélé, à Kingsley Coman aussi. Ils ont fait des choix professionnels pour des raisons qui leur sont propres. Moussa, par exemple, est arrivé à 6 ans, il a été fidèle au PSG jusqu’à l’âge de 15 ans. Quand il part à Fulham, il y a une partie de son cœur qui se déchire. Kingsley part un peu plus tard, mais il aurait pu partir plus tôt aussi. « 

Lire aussi – [News-Anciens] Laurent Bonadéi valide son BEPF

Résultat de recherche d'images pour "laurent bonadéi"

« Je suis fier de les avoir accompagnés, d’avoir été un petit maillon de leur évolution et de leur progression. Ça fait plaisir de les voir là. Ce qui me frustre un petit peu, c’est que très vite, après un an au club, j’ai vu une génération impressionnante. J’avais les U17 et je voyais des Areola, Sabaly, Ikoko et d’autres en U19. Il y avait des joueurs de qualités. Je me disais qu’ils pouvaient gagner la Ligue des champions avec une grande majorité de Parisiens et quelques stars. D’ailleurs, sans les comparer, je reste persuadé que le PSG pourrait avoir une identité similaire à celle de l’Athletic Bilbao, avec un effectif composé de nombreux Parisiens comme peut le faire l’Athletic Bilbao dans le Pays basque. C’est pour ça que le retour de Mbappé est une bonne chose, car c’est un Titi. Ça aurait été bien que Ben Arfa réussisse aussi. J’aurais bien vu Martial, avant qu’il signe à Lyon… La région parisienne est un super vivier et Tuchel a montré que les jeunes avaient leur place. Il a quand même lancé beaucoup de jeunes, mais c’est sûr que pour les résultats attendus du PSG, ne jouer qu’avec des jeunes, ce n’est pas simple. »

« Avoir un mental, ça fait partie du talent. Et pour moi, Kimpembe a un mental. Il a aussi eu le talent d’acquérir la sympathie des autres pros dès son arrivée, comme Thiago Silva par exemple. Il a su rester humble et travailleur. Il s’est accroché, et un petit peu à l’inverse des autres il a toujours joué dans sa catégorie d’âge. Quand j’avais les U17, les autres étaient surclassés, et il faisait partie des cinq deuxième année que j’avais. Il est resté à l’écoute, en U19 il a basculé de latéral gauche à axial gauche. Il a acquis une force supplémentaire. Du coup, avant un début de saison, j’ai dit à Jean Louis de venir voir l’entraînement d’un jeune qui valait vraiment le coup. C’était lui. Il devait reprendre avec l’équipe réserve, et finalement il a repris avec les pros, comme Augustin qui plaisait bien à Laurent Blanc. Ils sont partis en Chine puis ils n’ont plus quitté le groupe. Presnel mérite ce qu’il a aujourd’hui. Il est fier d’être au Paris Saint-Germain, il est fidèle à ce club, il a envie de faire toute sa carrière à Paris et de gagner des titres ici. C’est un amoureux du PSG. »

Image associée

« Ils ont compris qu’il fallait faire certains efforts pour conserver des jeunes. On ne peut pas tous les intégrer à l’équipe première, mais on peut aussi les former pour les revendre comme ils l’ont fait avec Nkunku et Diaby qui sont partis pour près de 15 millions d’euros chacun. Ça parait peu pour le PSG, mais ce n’est pas rien. Il y a des sommes d’argent qui rentrent dans les caisses, et ça peut les aider pour le fair-play financier. Je pense que c’est mieux de les former, de les signer et de les revendre, même 15 millions, que de les perdre pour des frais de formation dérisoires au regard de la qualité du joueur. Il y a de gros potentiels au PSG, il y en aura toujours, et on ne peut pas les laisser de côté. On peut les prêter comme ça a été fait avec Rabiot à Toulouse ou Ikoné à Montpellier par le passé. Le PSG doit accepter d’avoir de très bons jeunes au sein de son académie et les considérer. »

Image