[Revue de Presse-D1F] Ollé-Nicolle : « J’ai été jeté en pâture » (L’Equipe)

Publié le

L’ancien entraîneur de l’équipe féminine du PSG Didier Ollé-Nicolle, mis à pied par le club avant d’être blanchi la saison passée pour des soupçons d’agression sexuelle, est revenu sur son année compliquée dans un long entretien donné à L’Équipe .

« Je sors d’une situation qui était irréelle, très violente, qui m’a fait très mal et a fait très mal à ma famille », a-t-il confié en prélude, ajoutant que « le ciel [lui] est tombé sur la tête ».

Soupçonné d’agression sexuelle sans qu’aucune plainte n’ait jamais été déposée, il avait été écarté du PSG en mai, pendant que le club diligentait une enquête en interne. Finalement blanchi, il a été licencié puis remplacé sur le banc parisien par Gérard Prêcheur.

« J’ai été jeté en pâture », déplore celui qui a porté plainte contre X pour dénonciation calomnieuse auprès du procureur de la République de Versailles.

Didier Ollé-Nicolle est aussi revenu sur l’ambiance délétère au sein du club depuis l’agression de Kheira Hamraoui, en novembre, à coups de barre de fer. « Je devais faire attention à chaque mot que je disais à l’entraînement, il y avait des clans partout…, raconte-t-il. J’ai pris la décision, à ce moment-là, d’entraîner Hamraoui et (Aminata) Diallo seules pendant une semaine. Puis ensemble la deuxième semaine. Sept jours terribles parce que les deux filles ne se parlaient pas. J’ai senti qu’elles se haïssaient. »

Aminata Diallo, coéquipière de Kheira Hamraoui, a été mise en examen il y a une dizaine de jours pour « association de malfaiteurs » et « violences aggravées ». Les enquêteurs la soupçonnent d’avoir commandité l’agression de sa partenaire. Elle a été remise en liberté sous contrôle judiciaire.

« Je reste très fier de ne pas avoir cédé à la pression de l’entourage de certaines joueuses et d’avoir toujours fait jouer Hamraoui, qui méritait sa place sur le terrain. Dans mon esprit, c’était très clair : avec Kheira, Grace Geyoro et Sara Däbritz, on avait le meilleur milieu de terrain de France », a encore plaidé Didier Ollé-Nicolle, qui se considère comme « une victime collatérale de l’affaire Hamraoui ».

L’ancien entraîneur a aussi expliqué que les accusations portées contre lui ont eu des répercussions sur sa vie professionnelle. « Cette affaire a eu des conséquences très dures à vivre sur ma vie d’entraîneur… Mais je suis toujours debout, optimiste et passionné. »