[Revue de Presse-D1F] Valencony : « Le PSG, c’est l’équivalent de l’équipe de France » (Le Parisien)

Publié le

L’ancien portier de Bastia, Bruno Valencony, est l’entraîneur des gardiennes du PSG, opposé à Lyon ce dimanche en finale de la Coupe de France féminine. Il s’est confié auprès du journal Le Parisien avant ce choc au sommet. Morceaux choisis.

« Quand Olivier (Echouafni) a signé au PSG un an après, il m’a rappelé. Le PSG, c’est l’équivalent de l’équipe de France. Même pour les féminines, tu ne peux pas refuser. »

« Si on m’avait dit un jour que j’entraînerai des filles, je ne l’aurais jamais cru, même si je suivais un peu. Je n’avais pas d’a priori, contrairement à certains. C’est une approche différente, qui me plaît. Est-ce dû à mon âge avancé (sourire) ? Ou d’avoir deux filles qui ont l’âge de mes joueuses ? Je les vois rarement, et c’est peut-être pour ça aussi que je prends du plaisir à entraîner les filles. »

« Les humeurs sont plus changeantes chez les filles. Parfois, ça ne sert à rien de forcer les choses. Le fait d’avoir eu deux filles m’aide. Tu n’emploies pas certains termes que tu utilises avec les mecs. Eux, tu peux plus leur rentrer dedans. Mais dans la méthode, il n’y a pas de différence, même si tu pousses un peu moins physiquement. Et encore… »

« Les gardiennes ont fait d’énormes progrès. Les garçons font aussi des erreurs, et on ne leur tombe pas autant dessus. Une fille, on exagère, on rigole. On sait qu’elles sont moins puissantes, moins rapides, qu’elles vont moins loin, moins haut. Mais les cages sont les mêmes et les ballons presque aussi rapides. Quand les miennes sont moins bien, je leur dis : ça arrive aux plus grands, même Lloris ou Ospina que j’ai coachés. »