[Revue de Presse-Pros] Al Khelaïfi : « La ville de Paris nous incite à bouger » (Bloomberg)

Publié le

En un peu plus de dix ans, le Paris Saint-Germain est passé d’un club décevant capable de coups sur la scène nationale à marque mondialement connue, attirant les plus grandes stars de la planète. Une expansion permise avec l’arrivée de QSI en 2011.

Et même si les dirigeants à la tête du club de la capitale sont prêts à céder une part minoritaire (10-15%) à un fonds d’investissement américain, la volonté de s’agrandir encore et toujours reste intacte. Un souhait qui ouvre la question d’un dossier épineux : celle du stade.

Depuis plusieurs années, Nasser Al Khelaïfi n’a jamais caché son envie de racheter le Parc des Princes, propriété de la ville de Paris, pour lequel elle dispose d’un bail emphytéotique de 30 ans signé en décembre 2013 soit jusqu’en… 2043. Seulement, le patron du champion de France en titre bute sur la gourmandise des responsables de la mairie. «Nous souhaitons trouver un accord raisonnable mais aujourd’hui le conseil de Paris est sur une autre planète» , précise une source proche du Paris SG auprès de L’Equipe.

Alors que les dirigeants parisiens ont déjà investi 85 millions d’euros pour effectuer les rénovations de l’enceinte dans le cadre de l’Euro 2016, le conseil de Paris attend une proposition de 350 millions d’euros pour céder le Parc des Princes. Un chèque jugé beaucoup trop élevé par Al Khelaïfi en personne. «Paris mérite un meilleur stade. Ma première option, c’est de ne pas déménager. Mais la ville de Paris nous incite à bouger» , a indiqué l’homme de 49 ans dans un entretien accordé à Bloomberg.

Une position d’autant plus dommageable de la mairie de Paris que les investisseurs qataris sont prêts à débourser jusqu’à 500 millions d’euros au Parc des Princes en cas d’accès à la propriété. Un argent qui pourrait être utilisé ailleurs puisque deux sites sont à l’étude pour la construction d’un éventuel nouveau stade : à Poissy (Yvelines), à côté du futur centre d’entraînement, ou au niveau de l’hippodrome de Saint-Cloud, à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine).

Il existe une dernière option qui pourrait être moins onéreuse : racheter le Stade de France. Alors que le PSG souhaite rajouter 12 000 sièges au Parc des Princes, pour le faire passer de 48 000 à 60 000 places, l’enceinte basée à Saint-Denis a une capacité de 80 000 sièges. L’État est d’ailleurs ouvert à cette possibilité pour se «débarrasser» d’une enceinte peu rentable. Une opportunité que l’actuel leader de Ligue 1 pourrait saisir si la mairie de Paris abuse de sa patience.

Powered by Live Score & Live Score App