[Revue de Presse-Pros] Colin Dagba : « J’ai envie de grandir avec le PSG »

Publié le

Colin Dagba, 20 ans, est l’un des rares rescapés du centre de formation dans l’effectif du PSG. Le latéral droit, souvent loué par Thomas Tuchel, a disputé les deux derniers matchs en tant que titulaire et confirme son ascension rapide.

Le journal Le Parisien a été à sa rencontre dimanche en marge de la finale de la Coupe Mercurial Grand Paris organisée par son équipementier Nike. Ce jeudi soir, il dispute un match amical avec les Bleuets, face à l’Albanie, à Amiens.

Comment décririez-vous votre relation avec Thomas Tuchel, qui parle parfois de vous comme d’un fils ?

« C’est une impression qu’il vous a donnée en mettant des mots sur ce qu’il pensait de moi. Mais ça reste quand même professionnel. Parfois, je me fais charrier dans le vestiaire! Notre relation est très bonne. Je me sens en confiance avec le coach et j’essaie d’écouter tous ses conseils pour m’améliorer le plus possible. »

Où vous situez-vous dans la hiérarchie à votre poste, alors que vous n’avez débuté chez les pros qu’il y a un an ?

« Je mesure le chemin parcouru. J’espère gratter le plus de temps de jeu possible. Thilo (Kehrer) a commencé la saison, Thomas (Meunier) a continué lors du match à Rennes. Moi, j’ai fait une entrée à Rennes et j’ai enchaîné ensuite. C’est une remise en question perpétuelle pour le poste, avec les blessures et les performances. J’ai déjà fait deux matchs titulaires, ça montre que c’est une possibilité pour le coach. »

Quelles sont les prochaines étapes ?

« Mon souhait a toujours été d’être titulaire au PSG. J’ai envie de grandir avec ce club. Tout le monde désire participer aux grandes échéances comme la Ligue des champions, donc j’aimerais les jouer, évidemment. »

Prolonger votre contrat est-il un objectif ?

« Je suis sous contrat jusqu’en 2023, ce n’est pas une priorité pour le moment. »

Juste avant la Coupe du monde 2018, vous aviez disputé un match d’entraînement contre les Bleus avec les jeunes du PSG. Est-ce un objectif d’intégrer un jour cette équipe ?

« Quand on est en Espoirs, on y pense forcément. On dit que c’est la marche d’après. Il y a beaucoup de travail, mais c’est un objectif dans ma carrière d’arriver chez les A. »

Didier Deschamps a réservé des surprises lors de la dernière Coupe du monde. Pensez-vous à l’Euro 2020, en fin de saison ?

« C’est sûr que j’y pense, même si je me dis que c’est encore loin et qu’il faut que je travaille pour y arriver. J’aimerais représenter la France rapidement. Du moins, un jour, parce que peut-être que ça n’arrivera pas. Avec les Espoirs, on a réussi à se qualifier pour les JO. C’est évidemment un objectif de fin de saison. »

Quel souvenir gardez-vous des Jeux olympiques depuis votre enfance ?

« J’ai toujours apprécié les JO, j’ai toujours regardé que ce soit l’été ou l’hiver. Je regardais beaucoup l’athlétisme et j’essayais de suivre le foot. J’ai été marqué par Usain Bolt et, chez les Français, par Yohann Diniz. »

Sur quels points voulez-vous progresser cette saison ?

« Le volet défensif est toujours important pour un défenseur. Après, offensivement, j’aimerais m’améliorer dans la dernière passe. Être plus décisif. Dans un club comme Paris, il y a beaucoup de créateurs, les passes décisives ne viennent pas forcément des côtés. Mais c’est un objectif personnel et un point que je vais travailler. »

Comment avez-vous vécu les nombreux départs de camarades du centre de formation cet été ?

« C’était un peu dommage parce que j’ai beaucoup d’amis qui sont partis. Avec la suppression de la réserve, c’était compliqué pour eux d’avoir une place dans le groupe. On est déjà beaucoup avec l’équipe première. C’était un choix pour leur carrière, c’était important pour eux de partir, parce qu’il n’y avait pas forcément la place ici. »

Cela renforce-t-il la valeur de votre présence ?

« C’est sûr que ça me rend fier, parce que les jeunes se disent qu’il y a la place pour jouer. Ils ont l’espoir d’évoluer en équipe première un jour, c’est important. »