[Revue de Presse-Pros] Franchi : « J’aimerais avoir le jeu au pied de Navas et les réflexes de Donnarumma » (Goal)

Publié le

Cette saison, Denis Franchi passe par toutes les cases du club de la capitale. Depuis plusieurs mois, il s’entraîne avec l’effectif professionnel, comme lorsque nous l’avons rencontré jeudi dernier, mais a aussi effectué trois rencontres avec la N3, qui fait partie de l’association du PSG, et dispute également les matchs de Youth League. Un programme dense pour le jeune gardien italien arrivé en 2019 après deux saisons perturbées par la Covid-19.

Avant la troisième rencontre en Youth League face à Leipzig, il s’est confié pour le média Goal sur sa personnalité, sa relation avec Donnarumma mais aussi sa satisfaction d’avoir plus de temps de jeu.

Savez-vous comment le PSG vous a repéré ?

« Je ne sais pas vraiment comment ils ont fait mais je pense que cela s’est fait lors d’un tournoi à Nantes avec l’Udinese et c’est certainement là-bas que le PSG m’a repéré. C’est un tournoi qui s’est bien passé puisque l’on est arrivé en finale, on a perdu aux penalties mais j’ai fait un bon tournoi. Et c’est après que j’ai reçu une proposition. »

Le fait de venir en France très jeune a-t-il rendu votre adaptation compliquée ? 

« J’habite tout seul depuis que j’ai 14 ans. Déjà à Udine, je vivais seul et j’ai fait deux ans où j’ai vécu dans un centre de formation. Après, je suis venu ici et ce n’était pas facile. J’ai laissé ma famille, même si j’ai été parfaitement accueilli. Au début, la barrière de la langue, c’est un peu compliqué mais j’ai essayé de parler avec les autres pour apprendre plus vite et j’ai aussi pris des cours de français. Maintenant, je crois que ça va… (rires). »

Au centre de formation, on parle de vous comme quelqu’un de très travailleur, sérieux, toujours à l’heure et déjà très professionnel. Est-ce ainsi que vous vous définiriez ? 

« J’aime bien arriver au centre avant l’entraînement, je me prépare, j’ai besoin de faire de la gym pour être prêt et de m’entraîner tout seul quand je peux. C’est ce que je fais en plus. Je crois que c’est important de travailler sérieusement surtout parce que l’on est jeune et que l’on doit montrer pourquoi on est ici. Tous les jours, on doit travailler plus que les autres pour montrer au coach et au staff que l’on peut arriver au même niveau que les champions qui sont ici. »

Un peu plus d’un an après votre arrivée, est-ce ce qui vous a permis d’intégrer le groupe professionnel ?

« J’ai toujours montré que j’avais envie d’être là et d’évoluer au haut niveau. Et c’est ce travail qui m’a amené à être avec le groupe professionnel, à jouer avec des champions du monde et les joueurs les plus forts. Quand tu passes d’une équipe jeune à une équipe de joueurs plus expérimentés, tout change. Tu dois montrer que tu es prêt et que tu as la maturité pour jouer ici, parce que sinon c’est compliqué. Le mode de vie aussi change. Après, pour moi, peu de choses ont changé car je travaillais beaucoup avant et encore plus maintenant. Sur tout ce qui est nutrition, sommeil ou soins, j’ai toujours été professionnel. »

Pour vous qui êtes Italien et appréciez le Milan AC, ça a dû être particulier de voir Gianluigi Donnarumma arriver au PSG ?

« Je suis très content qu’il soit venu ici. Avant, je regardais tous ses matchs à la télévision. C’est comme une idole pour moi. En m’entraînant avec lui, j’apprends beaucoup car il me donne des conseils qui sont importants. Je me compare à lui car il reste très jeune. Il me fait du bien. Quand je fais quelque chose et qu’il voit que techniquement ce n’est pas bon, il me dit comment m’améliorer. Par exemple, lui, il recule bien vers son but quand il y a une contre-attaque ou une frappe adverse alors que moi je suis toujours un peu haut. C’est sûr ce genre de points qu’il me conseille. »

Qu’est-ce que vous appréciez dans ses qualités de gardien ?

« J’aime sa personnalité car il est jeune mais quand il joue il ressemble à un gardien qui est très expérimenté. Bon, bien sûr, il a commencé à jouer à 16 ans mais il dégage quelque chose que les autres n’ont pas. »

Vous vous entraînez presque tous les jours avec Donnarumma et Navas, quelles qualités prendriez-vous à l’un et à l’autre ?

« Pour Keylor, j’aimerais avoir son jeu au pied. Il dégage l’impression que c’est simple pour lui de jouer et c’est ce que je cherche aussi à apprendre à ses côtés. Pour Gigio, dans la cage il est très fort, rapide au sol et il a des réflexes incroyables. Voilà ce que je prendrai de lui. »

Vous êtes régulièrement avec les pros, vous disputez la Youth League et le week-end avec la N3, c’est une saison dense pour vous ? Ça doit faire du bien après deux saisons marquées par la Covid…

« Pour moi c’est très important d’avoir du temps de jeu, avec la N3 aussi car je joue face à des adultes et chez les pros je suis toujours face à des adultes. J’ai besoin de ça pour progresser. Et la Youth League, c’est une compétition importante pour le PSG et je gagne encore du temps de jeu. »

Sur les deux matches de Youth League, on a vu beaucoup de bonnes choses, pensez-vous que le PSG peut aller loin dans cette compétition ? 

« On a une équipe très jeune (renforcée par des joueurs des générations 2004, 2005 et 2006 du centre de formation). On prend match après match et on ne se met pas de pression. Contre City on a bien joué. On a montré que l’on pouvait être compact et que l’on pouvait bien jouer au football. Durant la première période, c’était compliqué mais durant la seconde c’est nous qui avons fait le jeu et on n’a jamais concédé d’occasions. C’est ce genre de match qui nous donne de la confiance. »

A trois reprises cette saison, vous êtes aussi allé jouer avec la Nationale 3 qui fait partie de l’association. Comment avez-vous accueilli la proposition de jouer avec cette équipe ?

« Comme je l’ai dit, je suis jeune et j’ai besoin de jouer. Alors si je peux jouer, j’y vais. En face, ce sont des adultes et ça me fait du bien de me confronter à ce type d’adversaire. Je ne pense pas au fait de jouer avec des amateurs, je me concentre sur moi et sur mes performances. »

Avez-vous l’impression d’être plus observé et attendu par les adversaires en N3 car vous êtes un joueur professionnel du PSG ? 

« Oui, et c’est normal. Mais ce statut me donne aussi beaucoup de responsabilités au sein de mon équipe et c’est ça que j’aime. J’ai aussi besoin de ça pour m’améliorer. Si on prend un but, c’est ma responsabilité comme quand j’arrête un penalty. Je suis là pour montrer au coach, à tout le monde que je suis prêt à jouer à haut niveau. Quand je joue avec eux ou en Youth League, je dois être performant et montrer que je suis totalement concentré sur le match avec cette équipe. Jamais, je me dis : ‘je suis pro donc je relâche’. »