[Revue de Presse-Pros] Gameiro : « C’était un rêve de gosse de porter un jour le maillot du PSG » (DNA)

Publié le

Après avoir fait son grand retour dimanche au stade de la Meinau sous les couleurs de son club formateur, le RC Strasbourg Alsace, Kévin Gameiro (34 ans) s’apprête à fouler une autre pelouse qu’il connaît bien : celle du Parc des Princes, où le Racing défie le Paris Saint-Germain samedi.

Nouveau retour aux sources pour l’international français (13 sélections, 3 buts), qui a évolué deux saisons avec le maillot parisien, entre 2011 et 2013. Transfuge du FC Lorient, l’attaquant est également l’une des premières recrues de l’ère QSI (Qatar Sports Investments).

« C’était un rêve de gosse de porter un jour le maillot du PSG. Pouvoir porter ce maillot et gagner des titres avec ce club, j’en avais toujours rêvé quand j’étais petit.» a déclaré Kevin Gameiro aux Dernières nouvelles d’Alsace. Clin d’œil du destin : c’est au Parc que le natif de Senlis (Oise) a fait sa première apparition en professionnel à 18 ans avec Strasbourg, le 10 septembre 2005 « C’est le stade de tous mes débuts ! Ce jour-là, il y avait ma famille, mes amis. C’est un souvenir que je garderai toute ma vie.»

Champion de France en 2013

Durant ses deux saisons sous les couleurs parisiennes, l’attaquant inscrit 23 buts et distille six passes décisives, toutes compétitions confondues. Il est également sacré champion de France en 2013, aux côtés de la recrue phare de l’époque, l’attaquant Zlatan Ibrahimovic.

Après un exercice 2012-2013 durant lequel il voit son temps de jeu considérablement se réduire (25 apparitions et 8 buts en championnat), Kévin Gameiro décide de quitter la capitale pour le Séville FC, où il remporte trois titres consécutifs en Ligue Europa (2014, 2015 et 2016). Pour autant, le Strasbourgeois ne garde aucune amertume liée à son expérience parisienne. « Même s’il y a eu des moments difficiles me concernant, je ne retiens que le positif », a-t-il assuré dans les dernières nouvelles d’Alsace.

Samedi, celui qui est aussi passé par l’Atletico de Madrid et Valence ne compte pas faire de cadeaux à son ancienne équipe. « Il ne faut pas se prendre la tête, (il faut) répéter ce qu’on a travaillé à l’entraînement et prendre du plaisir surtout. Si tu n’en prends pas sur des matchs comme ça, ça ne sert à rien de jouer au foot ». Habitué des grands matchs en Espagne et sur la scène européenne, l’attaquant aura l’occasion de mettre son vécu au service de ses nouveaux équipiers. « Son expérience va nous servir, sur ce match bien sûr, mais aussi pour toute l’année », a souligné jeudi auprès de l’AFP l’entraîneur du Racing Julien Stéphan.