[Revue de Presse-Pros] Leonardo : « J’avoue, l’équipe réserve manque un peu… » (RMC Sport)

Publié le

A deux jours du choc face au Real Madrid en Ligue des champions, Leonardo était l’invité exceptionnel de Team Duga, ce lundi sur RMC Sport. Le directeur sportif du PSG est revenu sur les conditions du retour à la compétition du Brésilien Neymar, désireux de s’en aller cet été, mais également sur les raisons des nombreux départs des jeunes formés au club.

« Je pense que Neymar a commis des erreurs, a reconnu Leonardo, interrogé en direct sur RMC, ce lundi. Depuis que le mercato est fini, il est allé en équipe nationale. Il a fait un très bon match. Il est revenu de manière très positive. Il s’est remis dans le travail, il s’est entraîné. Il est toujours arrivé à l’heure, il s’est très bien comporté. Il a fait un match très important, parce que ce n’était pas facile dans les conditions qu’il a vécues (face à Strasbourg).« 

Un footballeur brésilien ne meurt jamais

Copieusement sifflé au moment de la présentation des joueurs, Neymar a fait fi des provocations. Et dans les derniers instants du match, il a frappé. Et de quelle manière.

« Il a joué, en silence, a apprécié Leonardo. Il marque un but tellement spectaculaire. Ça ressemble à une histoire d’Hollywood. Il a fait une très bonne communication, honnête, directe, humble. Il est très concentré sur le Paris Saint-Germain. On ne peut pas dire que tout est réglé aujourd’hui, il s’en est passé des choses. Il s’est très bien comporté pendant le match cependant, il s’est engagé. Il est très pro au niveau de l’entraînement. Ce n’est pas un mauvais gamin. Neymar est un patrimoine du football, pas seulement du PSG. »

Cet été, les jeunes formés au Paris Saint-Germain ont déserté la capitale. Ils ont rapporté gros, certes, plus de 60 millions d’euros, mais c’est aussi une partie de la richesse de la formation du PSG qui s’est envolée. Dans le contexte de suppression d’une équipe réserve, la stratégie du PSG interroge. Leonardo assume.

« Le choix, à la fin, c’est celui du Paris Saint-Germain, a déclaré le directeur sportif. Je ne peux pas dire que je n’étais pas là, et donc que ce n’était pas de ma responsabilité, non. Je suis d’accord sur le fait que quand tu n’as pas la deuxième équipe pour relancer des joueurs, les faire récupérer, c’est vrai que ça manque un peu. »

Tanguy Nianzou Kouassi aura t’il du temps de jeu ?

La question des jeunes « n’est pas évidente », s’est défendu Leonardo. Le Brésilien s’est appuyé sur un point de règlement qui contraint, selon lui, les clubs français à faire des choix drastiques, souvent trop tôt. « Aujourd’hui, il y a un règlement (de la Fifa, ndlr) qui te permet de faire un contrat de trois ans seulement aux jeunes de 16-17 ans, explique-t-il. Quand tu fais le premier contrat, il y a quand même une période très courte pour faire un parcours d’arrivée en première équipe. Malheureusement, la France est devenue un berceau de bons joueurs. » Les clubs demandeurs n’auraient plus qu’à tendre la main pour cueillir l’offrande.

Qu’en sera-t’il pour Adil Aouchiche ?

« Si tu attends, tu n’as plus le joueur. C’est un système qui ne nous aide pas trop. C’est vrai que c’est difficile pour eux. Mais aujourd’hui, Areola, Rabiot, Nkunku, Diaby, Timothy Weah, Nsoki, ils ont tous joué ! C’est pour ça qu’ils ont été vendus. Le problème, aujourd’hui, si tu traites avec un joueur de 17, 18, 19 ans qui a un an de contrat, tu es presque obligé de le laisser partir. En France, ils ont déjà cette mentalité de vouloir partir. L’Italien, l’Anglais, l’Espagnol, il ne part pas. Il reste dans son pays. On a un règlement qui offre cette opportunité. Le premier contrat devrait être de cinq ans, pas trois. »