[Titis Sphère] Les Titis et le Toulouse FC

Publié le

Le PSG reçoit le Toulouse FC ce dimanche 25 août 2019 au Parc des Princes pour le compte de la 3e journée de L1. L’occasion pour LTDPSG de faire un point sur les Titis passés par le TFC.

Gilles Brisson, la vie en rose freinée par l’armée

En 1976, Gilles Brisson (né en 58) rejoint son frère jumeau François au PSG en provenance de l’AS Bourg-La-Reine (le club où il a tapé ses premiers ballons à 10 ans).

Après une saison chez les jeunes, Gilles intègre les pros et jouera avec eux huit rencontres. Finalement pas conservé par le club à l’issue de l’exercice, il file au Téfécé en deuxième division.

Là-bas il s’épanouira dans un rôle d’arrière droit titulaire, avant de voir sa carrière être freinée en 80 par son service militaire. Pour se relancer il partira en prêt au PFC entre 1981 et 1982, et reviendra ensuite défendre les couleurs de Toulouse jusqu’en 1986 pour finalement y comptabiliser 167 rencontres.

Résultat de recherche d'images pour "gilles brisson toulouse fc"

Pierre Reynaud, Toulouse détour fatal

Arrivé très jeune au PSG, Pierre Reynaud (promo 68) y a réalisé l’essentiel de sa carrière avant d’y retourner dans la peau d’un recruteur. Entre Paris et Paris, le milieu défensif a fait un détour par le TFC entre 1994 et 1997.

Une expérience compliquée avec une blessure grave intervenue en 96 et suivie d’une année quasi vierge ainsi que de sa fin de carrière de joueur. Bilan dans la Ville rose ? 43 matches et un but.

Et à Paris ? 125 rencontres, une coupe de France (93), un championnat de France (94), et la détection de pépites comme Mamadou Sakho ou Alphonse Areola.

Résultat de recherche d'images pour "pierre reynaud tfc panini"

Cédric Pardeilhan, Titi par la force des choses

Il avait été recruté pour jouer chez les pros, Cédric Pardeilhan (né en 76) a finalement passé le plus clair de son temps avec la réserve (un peu comme Edouard Cissé quelques années plus tard…).

Débarqué au PSG de Pau (National) en 1995, Pardeilhan joue son seul et unique match avec l’équipe A face à l’AJA de Bernard Diomède et dans un poste qui n’est pas le sien (arrière droit au lieu de milieu).

La saison qui suit, il s’engage avec Toulouse (L2) mais l’aventure n’est pas vraiment plus réussie puisqu’il n’y dispute qu’un match de Coupe de la Ligue avec les pros et n’est pas conservé au terme de la saison.

Résultat de recherche d'images pour "cédric pardeilhan"

Julien Stephan, l’année du drame

Contraint de suivre son père Guy Stephan au fil de ses différents postes, Julien Stephan (promo 80) va connaître pas moins de trois centres de formation : Lyon, Bordeaux et Paris. Au PSG, il peaufine sa formation de 98 à 2000, avant de prendre la route de la ville rose, alors en National.

Son année chez les Violets sera malheureusement plus marquée par l’explosion de l’usine AZF de Toulouse (drame intervenu en 2001 faisant 31 morts) que par ses performances sur le terrain, où il ne sera jamais apparu avec l’équipe fanion.

Lionel Mpasi-Nzau

Lionel Mpasi-Nzau (promo 94) est passé par les équipes de jeunes du PSG de 2009 à 2012, puis a évolué au Téfécé B de 2012 à 2015 (23 matches). Il signe son premier contrat professionnel d’une année le 26 juin 2015.

Laissé libre un an plus tard, il rejoint Rodez alors en CFA. Trois ans plus tard, il y joue toujours le rôle de doublure mais en Ligue 2.

Résultat de recherche d'images pour "mpasi toulouse"

Rabiot, pari gagné

Depuis plusieurs années les prêts de jeunes joueurs se multiplient sans toujours rencontrer une franche réussite. Mais dans le cas d’Adrien Rabiot (promo 95), son passage éphémère au TFC (janvier à juin 2013) a fait l’effet d’un déclic, tant chez lui qu’au PSG.

Peu utilisé avant sa venue à Toulouse (6 apparitions en Ligue 1 entre août et décembre 2012), il va rapidement devenir un pion essentiel en disputant 13 rencontres pour un but inscrit sous la coupe d’Alain Casanova.

A son retour, Laurent Blanc en fait un maillon fort avec 25 rencontres à son actif en Ligue 1. Plus costaud et assuré, Rabiot confirme qu’il a tout d’un futur grand.

Résultat de recherche d'images pour "rabiot toulouse"

Clément Chantôme, mention bien

Comme Adrien Rabiot six mois avant lui, Clément Chantôme (promo 87) va chercher du temps de jeu à Toulouse en août 2013. Notamment en raison des arrivées au milieu terrain du PSG, consécutives au rachat du club par les Qataris.

Et comme Adrien, il y réussit. Clément devient rapidement un élément important du dispositif d’Alain Casanova, au point d’être vice-capitaine. Son Bilan ? 28 matches et 2 buts.

Résultat de recherche d'images pour "chantome toulouse"

Odsonne Edouard, du bon et du moins bon

L’attaquant Odsonne Edouard (promo 98) a incontestablement marqué les classes de jeunes du PSG et de l’équipe de France. Titi d’Or et champion d’Europe 2015 (et meilleur buteur avec 8 buts), il remporte le championnat de France des moins de 19 ans l’année suivante et est finaliste de la Youth League.

Pour poursuivre sur sa lancée, « Magic Odsonne » se fait alors prêter au TFC lors de l’exercice 2016-2017 mais le système défensif de Pascal Dupraz et ses (trop) maigres entrées en jeu ne lui permettent pas de briller.

Fin mars 2017, Olivier Sadran rompt son contrat de prêt le liant au Toulouse FC à la suite d’une affaire judiciaire accusant le jeune joueur d’avoir tiré avec un pistolet à billes sur un passant depuis une voiture. Il paye ainsi le même tarif que son coéquipier Mathieu Cafaro qui était aussi présent dans le véhicule.

Le 11 mai 2017, il est de retour à l’entrainement avec le Toulouse FC, suite aux déclarations de Mathieu Cafaro qui a avoué être le tireur.

Bilan dans la ville rose : un but en dix-sept apparitions.

De retour au PSG, il file au Celtic Glasgow d’abord sous la forme d’un prêt à l’été 2017, puis d’un achat définitif en août 2018. Et le moins que l’on puisse dire c’est que l’Écosse lui sied à merveille.

Résultat de recherche d'images pour "odsonne toulouse"

Imbula, relance manquée

Le passage de Gianneli Imbula (promo 92) au PSG a plutôt été éclair. Il y a effectué une pige d’un an, de 2004 à 2005, entre deux cycles au Racing (2000-2004 et 2005-2007).

Ensuite ? Sa carrière ne fera que grimper vers les sommets jusqu’à son apogée lors de l’exercice 2014-2015 avec l’OM sous les ordres de Marcelo Bielsa. Une saison énorme qui fait espérer le meilleur au franco-belge, mais la suite se révélera bien moins étincelante.

Transféré au FC Porto pour une somme record pour l’OM, Imbula ne confirmera jamais. Sorti du onze portugais, il rejoint Stoke City l’été suivant avant d’être prêté en 2017-2018 au TFC. Il y jouera 28 rencontres en L1, sans faire d’étincelles.

Il est de nouveau temporairement cédé , cette fois au Rayo Vallecano, en Espagne où son option d’achat n’est pas levée. De retour à Stoke cette saison.

Image associée

Kalidou Sidibé, une vie après la préfo

Non conservé après ses trois années passées au sein du centre de préformation du PSG (U13-U15), Kalidou Sidibé (promo 99) se relance au Paris FC (U16-U19).

C’est là-bas que le milieu de terrain se fait repérer par le TFC. Il rejoint le centre de formation du club sudiste à l’été 2017 avant de signer un contrat professionnel en novembre 2018. Le colosse de Montreuil (2 mètres) a depuis disputé 23 matches avec les Violets. Il est lié avec son club jusqu’en 2023.

Résultat de recherche d'images pour "kalidou sidibé toulouse"

Et aussi…

De son côté, l’actuel consultant de beIN Sports Robert Malm a évolué avec le Téfécé le temps d’une saison (29 matches + 2 buts en 1998/1999). Son rapport avec le PSG ? Il a été en charge ces dernières années des attaquants de la CFA et de ceux de la section amateurs du PSG.

Résultat de recherche d'images pour "robert malm"