[Gold Cup 2019] Marc Collat : « Nous avons tous dans la tête l’idée d’aller en finale » (Le Nouvelliste)

Publié le

Après ses déclarations empreintes de modestie en mars dernier lors du tirage au sort, l’ancien coach de l’équipe réserve du PSG Marc Collat va affronter avec Haïti le Mexique en demi-finale de la Gold Cup 2019. Le Nouvelliste est allé à sa rencontre avant cette rencontre historique.

« Vu le groupe dans lequel nous étions tombés, il était naturel d’avoir l’ambition de passer les poules pour se retrouver en 1/4 de finale, après, notre victoire face au Costa Rica a changé la donne et nous nous sommes retrouvés face au Canada plutôt que le Mexique…J’ai dit préférer jouer le Mexique parce que c’est tout d’abord une récompense pour les joueurs d’évoluer face à un adversaire si prestigieux, et, d’autre part, retrouver le Costa Rica aurait eu un air de revanche après leur défaite, et enfin cet adversaire, nous allons le retrouver en octobre et novembre prochains en Ligue des nations…« 

Sa manière de gérer la Gold Cup 2019 rappelle à la fois la gestion de groupe d’Aimé Jacquet en 1998, de Luis Felipe Scolari en 2002 mais aussi une gestion de compétition mode Didier Deschamps en 2018.

« Je vous assure que je ne m’inspire d’aucun autre entraîneur, simplement ma longue expérience dans le football me permet de gérer un peu mieux les problèmes posés par une période aussi longue de concentration, entre les matches, les entraînements, les voyages éprouvants, et les séjours dans les hôtels….J’ai avec moi un staff qui travaille très bien, et notamment Pascal Grosbois, qui, avec moi, analyse nos adversaires sur vidéos pour en tirer l’essentiel, que l’on présente aux joueurs. »

C’est dorénavant tout un peuple qui espère voir Haïti passer le Mexique. De quoi ressentir une éventuelle pression…

« En fait, nous avions plus la pression lors des matches de poules car notre objectif était d’en sortir, aujourd’hui cet objectif est atteint et tout ce qui arrive à présent est du bonus, mais nous avons tous dans la tête l’idée d’atteindre la finale…Ces joueurs forment un groupe très sain, et même s’il y a de la concurrence, les remplaçants sont les premiers à encourager les joueurs appelés à figurer dans le onze du départ. »