[Rétro-Pros] 1J-C1 : PSG-Real Madrid 3-0 (18-09-19)

Publié le

Paris a débuté sa saison européenne par un large succès face au Real Madrid, le mercredi 18 septembre 2019, au Parc des Princes.

No Neymar, no Mbappé, no Cavani, no problem. Largement diminué, notamment dans le secteur offensif, le PSG a dominé le Real Madrid (3-0), au Parc des Princes, pour ouvrir sa saison en Ligue des champions. Une victoire logique face à de petits Merengue, qui ont eux aussi leurs propres problèmes de blessures (Asencio, Isco, Modric…) et de suspensions (Ramos).

Ligue des champions. PSG-Real Madrid (3-0) : revivez la victoire ...

Grâce à ce doublé d’Angel Di Maria et ce but tardif de Thomas Meunier, les Parisiens débutent idéalement leur campagne en C1, avant un déplacement qu’on imagine bouillant à Istanbul, face à Galatasaray (1er octobre). Lesquels Parisiens défieront d’ailleurs Lyon au Groupama Stadium dimanche (21h), pendant que le Real ira à Séville.

Paris démarre fort et tient bon

Grosse entame des Parisiens, agressifs au pressing et de plus en plus inspirés au fil des minutes. Il ne fallait pas attendre longtemps pour voir Bernat, après un appui sur Icardi, servir idéalement Di Maria. Pointu de l’Argentin, sans espoir pour Courtois, fébrile et qui a mal bouché son angle (1-0, 13e). Réponse immédiate d’Hazard de 25 mètres (16e), mais Paris ne relâchait pas l’étreinte, pas du tout, pressant toujours aussi haut, avec Sarabia et Di Maria saignants. Sur coup franc, Bale faisait parcourir quelques frissons dans les travées du Parc (32e). Di Maria le faisait exploser des 20 mètres, après un une-deux Gueye/Marquinhos (2-0, 33e). Bale, encore lui, marquait un but, un super lob… finalement annulé pour une mimine dans la surface (35e), avant deux lourdes frappes, une de loin (37e), une de près (45e+1).

http://www.leparisien.fr/resizer/iY2Ll2S9i2f7Btm40IBzQnBawOQ=/932x582/arc-anglerfish-eu-central-1-prod-leparisien.s3.amazonaws.com/public/53DVM3QOJZTQIPDKQYZRD6UKQU.jpg

Le Real un poil plus entreprenant, mais Paris, en place, serein et fort, rentrait aux vestiaires sur cet avantage – mérité – de deux buts. Paris subissait plus à la reprise, avec Hazard qui descendait régulièrement pour toucher le cuir et orienter le jeu. Bonne reprise, sans occasion toutefois. Or, des occasions, il en pleuvait bientôt comme à Gravelotte sur le but de Courtois (59e, 60e, 61e), sans réussite. Benzema a placé quelques banderilles (76e, 79e), un but refusé (hors-jeu) et une tête au ras du poteau. Mais Paris ne flanchait pas. Entré en cours de jeu à la place d’Icardi, Choupo-Moting a même rêvé au 3-0 d’une frappe lointaine (85e). C’est Meunier qui se l’offrait, dans les arrêts de jeu, après un échange entre latéraux, Bernat, en contre. Bouquet final (3-0).

La loi du milieu    

Di Maria brillant, Sarabia aussi, Bernat actif sur son côté… Pas facile de trouver un Parisien passé à côté de son sujet mercredi soir, si ce n’est Meunier, buteur en toute fin de partie, mais pas loupé par un Tuchel fou furieux après l’une de ses pertes de balle en deuxième période. Le coach allemand n’aura, en revanche, pas eu grand-chose à reprocher à son milieu de terrain, avec Marquinhos en sentinelle et le tandem Verratti-Gueye.

PSG met une claque au Real et les internautes se lâchent

Le Sénégalais a récupéré un nombre incalculable aux quatre coins du terrain, avec l’Italien qui a pu orienter à sa guise, tout en faisant le travail défensif. Quel travail abattu par les trois hommes… L’entrée d’Herrera à la place de «Marqui», pris de crampes (70e), ne changeait pas grand-chose à l’affaire, si ce n’est que Gueye glissait en pointe basse de ce triangle infernal. La grande réussite parisienne face au Real.

Le fond et la forme

En rodage, le PSG ? Depuis le début de la saison, oui. A l’image de cette prestation insipide face à Strasbourg pas plus tard que samedi dernier (1-0). L’effet Ligue des champions a transfiguré l’équipe parisienne, sérieuse, appliquée, agressive à souhait et surtout qui a produit du jeu, des actions offensives de grande classe, des mouvements inspirés. Sans sa très chère «MCN», c’est fort. Même face à un petit Real.  

PSG - Real Madrid (3-0) : Les 5 leçons à retenir du récital ...